Faites un don

Retourner à l'accueil > Actualités > Des juments en gestation... torturées pour leur sang

Enquête10.10.2017

Des juments en gestation... torturées pour leur sang

L’Europe aura à se prononcer sur ce scandale : des juments engrossées, maltraitées et avortées en Amérique du Sud dans le but de leur prélever une hormone, utilisée dans les élevages français notamment. 30millionsdamis.fr revient sur cette effroyable affaire.

Une jument victime des "fermes à sang" © Animal Welfare Foundation

Leurs révélations ont provoqué la stupeur. Entre mars 2015 et avril 2017, deux associations de défense animale, TSB (Tierschutzbund Zürich) et AWF (Animal Welfare Foundation), ont mené une enquête - relayée en France par l'association Welfarm - dans les « fermes à sang » en Uruguay et en Argentine. Leurs investigations ont mis en lumière le sort atroce de pauvres juments exploitées, engrossées, martyrisées puis avortées pour récupérer une hormone, la gonadotrophine chorionique équine (eCG). Une hormone notamment utilisée dans les élevages français. En faisant usage de l'eCG, les éleveurs se rendent "complices" de toutes les souffrances infligées à ces équidés. A partir d'aujourd'hui, personne ne pourra dire : "On ne savait pas".

Un marché de plusieurs millions d'euros

L’Europe est parmi les premiers importateurs de l’eCG, utilisée dans les élevages ovins, caprins, porcins et bovins pour synchroniser les chaleurs chez les femelles. Le but de cette opération est de programmer les naissances, réduire les intervalles de fécondations et les mises bas pour accroître la productivité. Associée à d’autres hormones, l’eCG permet de rendre fécondes des femelles encore prépubères. Ce business rapporterait des millions d’euros à Syntex, la société spécialisée dans ce type de production. Comme le rapporte le quotidien Libération, en France entre janvier et mai 2017, elle a exporté pour 5.1 millions d’euros de l’eCG vers l’hexagone.

Des méthodes de production barbares

C’est entre le 40ème et le 120ème jour de leur gestation que les juments produisent l’eCG. Durant cette période, les équidés sont prélevés environ deux fois par semaine jusqu’à dix litres de sang : « la grande quantité de ces prélèvements provoque des anémies dont découlent des maladies de peau, une diminution du volume sanguin, un affaiblissement du système immunitaire, voire la mort », explique Adeline Colonat, porte-parole de l’association Welfarm dans le quotidien Le Monde.

Partagez sur FacebookTwitter et Google +.

Lorsque le placenta ne sécrète plus l’hormone, les animaux sont avortées manuellement (la grossesse dure normalement 11 mois, NDLR) sans anesthésie, avec une main enfoncée dans l’appareil génital pour percer le sac du liquide amniotique, avant d’être de nouveau engrossées. « Au bout de trois à quatre ans, les juments qui ont survécu à ces années de maltraitance, épuisées et stériles, partent à l’abattoir pour alimenter le commerce de viande chevaline, exportée notamment vers la France », dénonce Adeline Colonat, dans Libération. Chaque année, c’est plus de 10 000 spécimens qui seraient concernés.

Une pétition de 1,7 million de signatures

En mars 2016, le Parlement européen publiait un amendement déclarant que la production de cette fameuse hormone, dans les pays tiers, n’était pas conforme aux standards de l’U.E. en matière de protection animale. C’est désormais au Conseil de l’U.E. de statuer. Une pétition demandant l’interdiction de son importation en Europe a déjà réuni plus de 1,7 million de signatures.

Commenter

  1. scootifle 16/10/2017 à 18:29:29

    N'importe quoi gaspillage alimentaire cela reviens à dire que oui stop à la souffrance animale la preuve trop d'animaux tués trop de bouffe puisque l'on jette alors arrêt de dire cher (re) Nanou que la souffrance animale ne compte pas Ok !!!! et je rajoute encore une fois arrêté de faire les mômes quand on est pas fou tu de se nourrir soit même. 

  2. nanou2017 16/10/2017 à 08:42:06

    Bonjour nous sommes le 16 octobre 2017 JOURNEE NATIONALE DU GASPILLAGE ALIMENTAIRE 

    Sur le site de notre gouvernement de la République en marche à reculons nous avons les chiffres pour 2016 du gaspillage alimentaire dont nous sommes tous responsables il faut bien le dire : 

    Le gaspillage alimentaire dans la consommation des ménages représente en France : 20 KILOS DE DECHETS PAR AN ET PAR PERSONNE dont 7 KILOS DE DECHETS ALIMENTAIRES NON CONSOMMES ENCORE EMBALLES

    Le coût du gaspillage alimentaire en France est estimé entre 100 ET 160 EUROS PAR AN ET PAR PERSONNE SOIT DE 12 A 20 MILLIARDS D'EUROS

    Dans le monde environ : 1/3 DES ALIMENTS DESTINES A LA CONSOMMATION HUMAINE EST PERDUE TOUT AU LONG DE LA CHAINE ALIMENTAIRE

    En conséquence quand on lit ces chiffres, il faut arrêter de prétexter la souffrance animale ou qu'elle soit d'ou qu'elle vienne "parce qu'il faut bien que les gens mangent et qu'il y a des gens qui meurent de faim..."  Parce que non seulement c'est se moquer du monde mais en plus c'est de nous rendre plus responsables qu'on ne l'est déjà...

    Mais c'est sûr, quand certains en France ont la prétention de vouloir nourrir toute planète, on a pas encore tout vu...

     

  3. camilleandpinto 15/10/2017 à 09:21:54

    Pauvre jument

  4. chere zoe 13/10/2017 à 22:17:29

    Ursule je ne comprends pas bien votre commentaire, surtout sur ce type de site qui s'adresse en premier lieu aux amoureux des animaux, très sensibles à la cause animale. Oui beaucoup de gens souffrent c'est certain mais chacun sa sensibilité et chacun est libre de mener le combat qui lui est cher. Le sort fait à ces pauvres juments est purement et simplement scandaleux, et nous avons le droit de le dire. Après soit nous sommes humanistes pour toutes les espèces humaines ou animales soit je pense,on ne l'est pour rien et j'ai l'habitude de dire que si l'on aime pas les animaux, on ne peut pas aimer les gens. 

  5. pichounette 13/10/2017 à 15:57:45

    je suis d'accord avec puce 62.... dans certains pays comme l'uruguay on éventre un cheval et on regarde la distance parcourure pendant qu'il se vide et souffre ; en inde on arrache les veaux et on les abandonne dans la rue car ils prennent le lait de leur mère.. le nepal avec Ghadimai..... pourtant ce ne sont pas des pays riches.....  ne parlons pas de tous les autres pays de la planète.....  la torture des animaux est ancrée dans les gênes et est souvent en lien avec la religion et les traditions débiles..... rappelons que l'humain lui a le choix ; l'animal agit comme cela pour sa survie, L'humain lui c'est pour son profit. il est grand temps que cela cesse

  6. scootifle 13/10/2017 à 14:26:26

    Moi j'ai des choses à dire, se sont encore des hommes qui pratiquent ces monstruositées, ces hommes qui ne savent pas ce que c'est la gestation puisque ils ne sont pas nés femme, eux qui se plaigne pour un minuscule bobo "ils sont à l'agonie"qu'on leur rentre un simple objet dans la verge à vif et là catastrophe!!!! toutes ces ******** qui massacre, mutile, tue à croire qu'ils jouissent de leur méchancetée. C'est inadmissible, écoeurant, scandaleux, à vomir ce genre de pratique, ces pauvres chevaux ont toujours souffer de la cruautée des hommes,il y a eu aussi les calêches où les chevaux étaient battus car ils étaient creuvés de fatigue d'où la création de la 1ére SPA, puis pendant la 1ére guerre mondiale ils étaient tous réquisitionnés, battus, maltraités car ils avaient peur, sans eux la guerre n'aurait pas eu lieu et à la fin de cette maudite guerre les chevaux qui étaient encore en vie et bien ces ***** les ont tués pour les bouffer,  VOILA CE QUE C'EST LES HOMMES, A VOMIR.

    Pour rejoindre le commentaire d'Ursule, je ne suis pas d'accord pour la misére humaine, faite un peu moins de mistons quand on est pas foutu de se nourrir sois même encore de l'égoïsme on fait les mômes et puis on verra bien et bien non on réfléchi avant. Les animaux eux n'ont pas demandé à être torturé, ils sont 100 fois plus meilleur que nous car l'homme si il ne fait pas le mal il n'est pas content et là j'éspère qu'il va y avoir un ministre ou autre qui va avoir des tripes pour abolir ces atrocitées mais j'en doute. 

  7. rosarno 12/10/2017 à 22:08:27

    Ignoble monstrueux c est encore et toujours l argent qui revient....Pour gagner plus et plus vite les humains enfin si on peu appelé ça humain sont capables de faire des atrocitées.J espère qu' un jour ils paieront pour toutes ces horreurs....

  8. val2607 12/10/2017 à 19:54:02

    Ursule,

    Je trouve particulièrement intéressant votre commentaire Ursule car vous avez raison, la misère humaine est présente dans ces pays à un niveau que nous ignorons bien. Vous avez raison de le souligner. Elle est aussi bien présente chez nous, cachée au coin d'une rue, ou dans un appartement insalubre, sur une plage de Méditerranée où arrivent des migrants qui viennent de Syrie et d'ailleurs...

    Mais pourquoi ces situations, à partir du moment où on les combat devraient nous empêcher de dire que c'est inhumain d'exploiter et de faire souffrir les animaux de cette manière !!

    Un animal est un animal et il a droit au respect et un humain est un humain et il a droit au respect et il faut tout faire pour diminuer, stopper cette souffrance. On peut très bien faire les 2. Il faut combattre toute forme de souffrance ! Par l'intermédiaire des associations qui sont sur le terrain, en en parlant entre nous, etc.

    Personnellement j'ai une minette qui compte beaucoup pour moi et c'est vrai que cela peut coûter cher... Mais ça dérange qui ? sinon mon carnet de chèque.

    Pour ce qui est de l'homme qui est carnivore, je ne comprends pas. Je ne mange pas de viande depuis des années et je vais très bien... Il y a tout ce qu'il faut dans la nature sans avoir à manger de la viande, c'est-à-dire abattre un être vivant pour le manger (à chacun ses choix). La lionne fait selon son instinct animal lorsqu'elle se jette sur l'antilope et c'est vrai que les animaux ne se font pas de cadeau entre eux. Ils font preuve aussi d'une affection qui pourrait nous surprendre, d'une grande solidarité lorsqu'ils se font attaquer... Ce sont des êtres sensibles.

     

    Nous sommes humains, et personnellement, je pense que les humains ont la possibilité de "changer les choses", de réfléchir, d'évoluer pour le meilleur et de chercher des alternatives... Encore faut-il le vouloir ? En tout cas, merci à ces associations qui nous informent et nous permettent de réagir.

  9. nanou2017 12/10/2017 à 05:11:01

    L'homme crève de faim donc c'est logique de torturer l'animal dans les pays pauvres ?? C'est un peu facile

    Cette affaire n'a rien a voir avec la misère humaine qui règne partout dans le monde, est-ce qu'elle change la condition des gens dans ces pays ?? Il faut croire que non, donc ça ne sert à rien et même si ça servait à quelque chose, il y a d'autres pratiques, on est au 21ème siècle, il faut évoluer de temps en temps...

    L'animal n'est pas un esclave, c'est le compagnon de l'homme, il n'a pas a subir la misère humaine

    Simplement que des gens pleins de pognon en France ou ailleurs, des chercheurs et des laboratoires peut-être financés par nos gouvernements  ont flairé une affaire juteuse et qu'à partir du moment ou ils ne peuvent pas commettre leurs atrocités sur le sol européen, ils ont trouvé des gens corrompus pour le faire à leur place

    L'animal quand il tue c'est pour survivre

    Le vétérinaire quand il soigne c'est pour soulager ou guérir 

    L'être humain quand il tue ce n'est pas pour survivre mais d'abord pour s'enrichir sur le dos de l'animal et pour le plaisir

    Au lieu de faire des recherches médicales  pour produire plus de misère animale, ces monstres feraient mieux de consacrer leur énergie et leur argent à trouver des remèdes pour les soigner.... les humains, mais effectivement ça risque de rapporter moins gros

    Non ! ces pratiques ne sont pas acceptables et il faut les combattre au même titre que toutes les autres injustices dans ce monde ou l'homme est roi qui prend et ne rend rien

  10. nattesalee@gmail.com 11/10/2017 à 21:32:37

    Bonjour,

    D'après le Règlement européen N° 889/2008 du 5 septembre 2008 relatif à l'agriculture biologique, "l'utilisation d'hormones ou de substances analogues en vue de maîtriser la reproduction ou à d'autres fins (par exemple, induction ou synchronisation des chaleurs) sont interdites".

    J'en déduis que l'hormone ECG ne peut pas être utilisée pour la fabrication des produits laitiers bio.

    Pouvez-vous me confirmer cela ?

    Merci et bravo pour tout ce que vous faites en faveur des animaux.