Faites un don

Retourner à l'accueil > Actualités > 47 cadavres d’animaux retrouvés dans une famille d’accueil : une femme condamnée

Justice29.11.2016

47 cadavres d’animaux retrouvés dans une famille d’accueil : une femme condamnée

Une femme a été reconnue coupable par le Tribunal Correctionnel de Brest d’avoir laissé agoniser des animaux qui lui étaient confiés provisoirement par des refuges. La Fondation 30 Millions d’Amis était partie civile au procès.

Près d'une trentaine de chiens sont morts de faim chez cette famille d'accueil. Photo d'illustration : © Vincent-Fotolia.com

C’était « Dr Jekyll et Mr Hyde ». Une jeune femme se prétendant « amie des animaux » était en fait un véritable bourreau. Famille d’accueil, elle proposait de recueillir provisoirement des animaux abandonnés pour soulager les refuges bretons surchargés. Mais derrière cette apparente bienveillance, elle leur faisait subir la pire des souffrances en les laissant mourir de faim…

Ses animaux mis hors de danger

Le 28 octobre 2016, la prévenue comparaissait pour « abandon » et « détention de cadavres » devant le Tribunal Correctionnel de Brest (29). Elle a été condamnée, conformément à la requête du Parquet, à 8 mois d’emprisonnement assorti d’un sursis avec mise à l’épreuve. Il lui est également interdit de détenir des animaux définitivement – à titre personnel –  et d’exercer la profession d’éleveuse pendant 5 ans. Bien que cette interdiction soit la peine maximale pour une interdiction temporaire, la Fondation y voit là une incohérence et aurait souhaité que cette peine soit définitive.

La Fondation 30 Millions d’Amis, partie civile au procès, avait demandé la confiscation des propres animaux de la jeune femme (2 chats). Les chats ont été confiés définitivement à la Fondation.

Famille d’accueil : une responsabilité

Cette affaire jette malheureusement l’opprobre sur les familles d’accueil. C’est toutefois un cas isolé qui ne doit pas masquer le formidable travail des familles d’accueil qui, dans leur très grande majorité, rendent des services inestimables aux refuges en acceptant de s’occuper des animaux les plus fragiles.

Est-il besoin de rappeler que proposer d’accueillir des animaux chez soi, à quelque titre que ce soit, nécessite d’avoir un grand sens des responsabilités ?

Rappel des faits

Le 4 décembre 2015, la Fondation 30 Millions était informée qu’un véritable mouroir était découvert à Milizac, en Bretagne (29). En tout, une quarantaine de cadavres d’animaux confiés provisoirement à une femme étaient retrouvés morts de faim et de soif après des semaines de lente agonie. Parmi eux, 28 chiens, des chats, des chèvres ou encore des lapins… Certains corps étaient toujours enfermés dans des cages, d’autres cachés dans un puits ou simplement jetés dans des sacs poubelle…

 

 

Commenter

  1. SIDONIE 55 28/12/2016 à 08:34:49

    C'est une véritable psycopathe incroyable je suis tres choquée, à qui faire confiance.

    Si on n'assume pas on ne s'engage pas

    Les peines ne sont jamais à la hauteur du délit pour ces sauvages

  2. Sitelle45 13/12/2016 à 10:49:08

    IL semble incroyable que les refuges confient des animaux à des bénévoles sans jamais plus en prendre de nouvelles en allant voir les animaux sur place pour vérifier que tout va bien régulièrement. Quelle horreur.

    Les responsables de refuges se soucient-ils vraiment du sort des animaux qui leur sont confiés ? On se le demande. Ce n'est pourtant pas les bénévoles qui manquent. Leur responsabilité est sérieusement engagée et il n'y a aucune excuse à cela.

  3. cathye 08/12/2016 à 15:56:11

    cette peine est trop légère, pourquoi du sursis alors qu'elle a abandonnee ces animaux dans l'agonie la plus totale!!!!!!, elle aurait du purger la peine et ne plus detenir des animaux definitivement !!!, il faudrait revoir les lois et sanctionner plus lourdement ces tortionnaires!!!

  4. catherine.bernard776@orange.fr 07/12/2016 à 16:56:27

    Encore une fois c'est une peine homéopathique pour cette tortionnaire d'animaux !!! Pourquoi la justice est-elle aussi clémente ?? Le problème c'est qu'il n'existe actuellement aucune structure pour surveiller tous ces organismes ou associations, alors c'est vrai qu'il ne faut pas faire d'amalgame mais en fait lorsque l'on réfléchi, n'importe qui peut aujourd'hui se prétendre "famille d'accueil" et compte tenu de l'avalanche des abandons tout est bon à prendre hélas. Ce que je trouve de terrible dans ces histoires sordides, c'est que ces pauvres animaux qui sortent d'une galère sont plongés illico dans une autre ....c'est terrible et là en l'occurence ils ne s'en sont pas sortis vivant....

     

  5. Brigitte portier 07/12/2016 à 10:17:47

    Condamnation pas assez lourde, par rapport à tout ce qu\' on endurer ces animaux !!\n\n\nil n y a pas de justice !\nLamentable !!

  6. arwen2183@laposte.net 07/12/2016 à 00:47:01

    Je ne comprends pas... je croyais qu'il y avait un suivi obligatoire quand on est famille d'accueil.

    L'association, le refuge est donc responsable car si ils avaient bien fait leur boulot, cette femme n'aurait jamais pu faire de mal à ces pauvres bêtes.

    Femme qui franchement n'est pas puni à sa juste valeur, elle merite beaucoup plus. 

  7. chippie50800@live.fr 06/12/2016 à 22:24:15

    il y a une chose que je ne m'explique pas, comment ce fait t'il qu'il n'y a jamais eu de controle conportemental, sur cette personne, envers les animaux, quand elle c'est proposée famille d'accueil. c'est une honte des pauvres animaux que l'ont confie, pour qu'il et un avenir meilleurs, oublie le calvaire qu'ils ont subi, ce retrouve dans une situation encore des plus agravante, puisque ces pauvres animaux en ont payer le prix fort, LEURS VIES. c'est INHUMAIN, LAMENTABLE, INCONCEVABLE, CRUELLE, ENVERS C'EST PAUVRES ANIMAUX, QUI ONT PERDU LA VIE, DANS DES CONDITIONS ATROCES. faites appel du verdict, cette personne ne doit plus etre en contact avec tout les animaux pour la vie.

  8. moliktania 06/12/2016 à 20:36:35

    la peine est visiblement bien trop legere en fait c est peut etre a l  hopital psy qu on aurait du la mettre cependant quelque chose m interpelle personne ne controlait ces animaux j ai personnellement une jument placée par equides 3 eme age et j envoie des photos avec la date  a l assos et comme c est une jument de l armée a la personne qui s en occupait 2 a 4 fois par an si j ai un soucis je leur demande aussi leur avis bien sur je pourrais truqué les photos ils sont a  500 km de chez moi mais je pense qu a un moment ils s en apercevraient ma mémé a maintenant 26 ans  et ils voient bien la difference d attitude a chacune de mes photos j ai acheté un chien dans un élevage et je lui envoie aussi régulierement des photos et des mails pour lui montrer mon bébé qui a été le sien a une époque c est une question de respect avec les gens qui aiment les animaux

  9. AID 06/12/2016 à 20:32:27

    Étonnée que les associations confiant ces animaux n'assure pas plus de surveillance ... 

  10. aroueaux@orange.fr 06/12/2016 à 19:26:26

    il y aura malheureusement toujours des humains ....inhumains....des tortionnaires et des indifférents à la souffrance animale...il faudrait faire approuver des lois qui défendent la vie ,celle des animaux, des enfants et de vieillards ...la vie doit être sacrée.!

    Brigitte Bardot a consacré sa notoriété pour  défendre ses amis les bêtes......si elle est arrivée a en sauver quelques uns ....elle doit pleurer tous les jours pour les autres.
    Trop de politiques ne consacrent pas moindre temps  pour mettre sur pieds une vraie loi et de vraies condamnations .Dieu sait combien on aurait pour eux l'estime dont ils manquent aujourd'hui.