Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Covid-19

Confinement : les préfets de département multiplient les chasses dérogatoires !

Par dérogation à l'interdiction de tout acte de chasse pendant le confinement, les sangliers continuent d'être chassés dans de nombreux départements. ©Adobe Stock

Alors que les déplacements doivent être limités au strict nécessaire depuis le 17 mars 2020, les chasseurs bénéficient, dans certains départements, de dérogations, continuant donc d'agrainer ou de tuer les sangliers, les oiseaux et d'autres espèces, au motif qu'elles pourraient endommager les terrains agricoles ! 30millionsdamis.fr fait le point.

Chasse collective des corvidés dans le Jura, tirs individuels de sangliers dans les Landes, ou encore agrainage des cervidés dans l'Aube... Autant de dérogations accordées aux chasseurs leur permettant d'outrepasser les règles sanitaires destinées à endiguer l'épidémie de Covid-19.

La Fédération nationale des chasseurs se targue même dans le Huffington Post de pouvoir justifier l'activité de ses membres via le motif lié à... « une mission d'intérêt général » sur l'Attestation de Déplacement Dérogatoire officielle ! Et pendant ce temps, les associations de défense des animaux attendent toujours les précisions de la Direction Générale de l'Alimentation et du ministère de l'Intérieur quant à la possibilité de justifier d'un tel motif le déplacement des bénévoles nécessaires à la survie de milliers d'animaux

Tirs et agrainages autorisés dans plusieurs départements

Plusieurs départements ont admis des tirs dérogatoires pour prévenir d'hypothétiques dégâts aux cultures. Ainsi, dans les Landes, un arrêté préfectoral du 20 mars 2020 autorise « les actions de chasse et de régulation individuelles du sanglier compte tenu du risque sanitaire et du risque de dégâts particuliers aux cultures causés par cette espèce ». La Fédération départementale des chasseurs des Landes a même publié des recommandations pour éviter, dans ce cadre, la propagation du Covid-19. « Dans le cas particulier du sanglier, en cas de prise, le dépeçage pourra se réaliser avec l'aide d'une personne maximum en respectant le mètre de distance, préconise la Fédération. Il va de soi qu'aucune des deux personnes ne doit présenter de symptôme même mineur, auquel cas il sera fortement déconseillé de réaliser le dépeçage »...

Les préfectures de la Haute-Garonne et de l'Aube ont également prévu la possibilité de procéder, sur autorisation préfectorale individuelle, à « la destruction à tir du pigeon ramier » et - pour la seconde exclusivement - «  des corbeaux et corneilles noires ». Dans le Jura, le préfet est allé jusqu'à autoriser « la lutte collective contre les corvidés ». En parallèle, nombreux sont les départements ayant opté pour une formulation particulièrement souple en prévoyant la possibilité de réaliser, sur décision administrative, des opérations de destruction de tout animal sauvage en cas de « risque sanitaire » ou de « dégâts » importants sur les cultures. C'est le cas du Cher, du Jura, ou encore, de l'Eure  (les destructions étant, dans ce département, réalisées par les lieutenants de louveterie). Enfin, « l'agrainage de dissuasion du sanglier » - qui consiste à attirer le gibier en répandant du grain - est autorisé dans les départements de l'Aube, de la Haute-Marne et de la Côte d'Or.

Des dérogations aberrantes et cruelles

En définitive, le tir et l'agrainage des sangliers sont tolérés pour protéger les terrains agricoles et, plus particulièrement, les semis de maïs. Or, « cette culture désastreuse écologiquement alimente les élevages intensifs, eux-mêmes bombes sanitaires à retardement », fustige Pierre Rigaux sur son compte TwitterCovid19, SRAS, MERS (850 décès fin 2019) viennent de l'exploitation animale ». « Alors que la France est confinée, les chasseurs s'autorisent à poursuivre leurs nuisances et à perturber la nature, notamment en continuant à agrainer, favorisant ainsi la reproduction des sangliers... pour ensuite légitimer leur abattage ! », ajoute sur ce réseau social la Fondation Brigitte Bardot. Quant à la chasse aux oiseaux, celle-ci est d'autant plus abjecte et cruelle que les volatiles « sont en pleine période de reproduction, déplore l'Association pour la protection des animaux sauvages. Les adultes tués ne retournant pas au nid, les petits agoniseront lentement et sûrement ».

Pourtant, le 19 mars, la Fédération nationale des chasseurs et le ministère de la Transition écologique et solidaire interdisaient jusqu'à nouvel ordre tout acte de chasse, collectif ou individuel. En principe et contrairement aux multiples dérogations accordées, seul est censé être admis le nourrissage des animaux des chasseurs (chiens, chevaux...) et des oiseaux captifs dits « appelants », utilisés pour attirer d'autres congénères afin de les tuer...

Une pétition a été lancée par l'Aspas, Aves et Crow Life pour demander l'interdiction totale de la chasse et des opérations de destruction, sans dérogation possible.

Commenter

  1. danydan 29/04/2020 à 17:00:48

    tout çà est dramatique , mais si les personnes concernées ne portent jamais plainte ...c'est comme si on donnait le feu vert a ces gens là et comme personne ne fait rien contre eux , ils vont se croire tout permis et çà risque de s'aggraver !!les incidents dramatiques avec les chasseurs se répètent de plus en plus , et ils se sentent forts car ils sont armés...a mon avis ne rien faire n'est pas du tout la bonne solution , en plus les responsables avant tout ce sont les préfets  !!! 

  2. Nm74 22/04/2020 à 16:50:44

    Insupportable et inacceptable !!

    En espérant que la vie à défaut de la justice ce charge d'eux 

  3. PecheMelba09 04/04/2020 à 15:01:56

    ce n est qu une question de politique comme toujours ! laissez les tranquille !!!

  4. galiza 04/04/2020 à 08:41:05

    Il y en a qui ne peuvent pas sortir pour nourrir les animaux ou leur animaux ou leur porter à boire sans avoir une amende et ĺà tranquille on se fait pas c****.

    L'humanité ne comprendra jamais.

    Pourtant cette épidémie est un avertissement, tampis la prochaine sera sûrement la bonne.

    Vu qu'il n'y a que comme ça que la nature sera enfin tranquille sans les humains.

  5. cococastor 03/04/2020 à 23:29:46

    Bande d'ignorants nuisibles.

    La planète s'autogere, s'équilibre seule. L'homme, lui, détériore tout, anéanti, exterminé...au nom de quoi!!!! Pourquoi!!!!

    Nous somme les seules à remettre en question l'avenir de la vie sur terre

    Confusius

    "L'homme est le seul animal suffisamment bête pour scier la branche sur laquelle il est assis"

    De moi

    Nous sommes les seuls bêtes sur cette terre à nous croire suppremement superieurement intelligent.  Or il en est le contraire

  6. AnneV 02/04/2020 à 18:10:56

    Les préfets sont les élus de Macron, pourquoi s'étonne t'on ? Ce dernier est assuré d'avoir les voix .........des chasseurs !!! C'est toujours mieux que rien !

  7. frimousse 02/04/2020 à 17:13:00

    Et là aucun souci, les chasseurs peuvent sortir malgré le confinement ? Si c'est pas de l'hypocrisie ça ! ! Absolument écoeurant ! J'ai pas de mots pour décrire ma haine, sinon je serai très très vulgaire !