Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Covid-19

Covid-19 : l'inquiétude renaît autour des marchés asiatiques d'animaux sauvages

Chauves-souris, pangolins, serpents... S'il n'est pas avéré, le retour des animaux sauvages dans les marchés asiatiques inquiète. (Photo Marché Bangkok, Thaïlande) /©Adobe Stock-Chaiwat Subprasom / REUTERS

Plusieurs médias britanniques évoquent la réouverture de marchés chinois avec la présence d'animaux sauvages malgré l'interdiction annoncée par le pays. Parmi ces espèces, des chauves-souris seraient notamment à nouveau vendues à la consommation. Quel crédit apporter à ces soupçons ? 30millionsdamis.fr a interrogé certains experts internationaux parmi les grandes ONG de protection animale.

« N'apprendront-ils jamais ? » Les médias britanniques ne prennent pas de gants pour fustiger la réouverture des marchés chinois, quelques mois après la désignation du marché de Wuhan, comme probable épicentre de la pandémie du Covid-19. Selon une source du Daily Mail reprise un peu partout sur le web et sur la chaine américaine Fox News, « les marchés reprennent leurs opérations de la même manière qu'ils le faisaient avant le coronavirus », notamment à Guilin, dans la province chinoise du Guangxi. Une province par ailleurs connue pour abriter le cruel festival de Yulin. Chiens et chats apeurés seraient entassés dans des cages tandis que des chauves-souris, au cœur des inquiétudes liées à l'origine du Covid-19, seraient proposées à la vente pour la médecine traditionnelle. 

« Tout le monde ici croit que l'épidémie est terminée et qu'il n'y a plus rien à craindre, renchérit un correspondant du Mail. En ce qui les concerne, ce n'est plus devenu qu'un problème d'étrangers. » Toutefois, les informations traitant d'un éventuel retour des animaux sauvages dans les « wet market » (marchés humides où se vendent généralement des animaux aquatiques et parfois des animaux sauvages) sont à prendre avec du recul, même si l'inquiétude d'un retour est légitime.

En Indonésie, des chauves-souris sont également présentes dans certains marchés. / ©Adobe-Stock - mauriziobiso

Le commerce d'animaux sauvages interdit en Chine mais...

 

Possible que des ventes illégales se produisent directement depuis les entrepôts d'animaux sauvages.

Peter Li - HSI

« Les marchés humides représentent une faible partie des marchés chinois, explique Peter Li, expert des politiques publiques en Chine pour Humane Society International (HSI). La plupart de ces marchés ne possèdent pas d'animaux sauvages mais auront à la place d'autres espèces non inclues dans l'interdiction comme les espèces aquatiques, les chiens, les chats, les lapins, les canards etc... Jusqu'à présent, les informations dont nous disposons sont que la plupart de ces marchés dans les zones urbaines ont été fermés. Mais il est possible que des ventes illégales se produisent directement depuis les entrepôts d'animaux sauvages entre certains commerçants et propriétaires de restaurants qui achètent à bas prix et les stockent dans des congélateurs pour une utilisation ultérieure. » S'ils ont constaté la réouverture du marché en question, les enquêteurs de l'association n'ont pas aperçu d'animaux sauvages en vente. Il y avait en revanche des chiens, des chats et des lapins...

Le retour à la vente d'espèces sauvages n'est peut-être pas corroboré, l'inquiétude demeure quant à l'utilisation d'animaux, comme la chauve-souris ou le scorpion, dans les médecines traditionnelles non concernées par l'interdiction nationale. L'ONG de protection animale Animals Asia, partenaire de la Fondation 30 Millions d'Amis, souligne effectivement que si la Chine a décidé d'interdire la consommation d'animaux sauvages, ces dernières restent à la merci de la médecine. « Selon l'Administration d'État des forêts et des prairies, les espèces sauvages utilisées dans la recherche scientifique, la médecine et l'exposition étaient exclues de cette interdiction », rappelle Animals Asia.

Quid de la médecine traditionnelle ?

 

L'utilisation de chauves-souris dans la médecine traditionnelle chinoise est très préoccupante.

Traffic - ONG de protection de la faune sauvage

« L'utilisation de chauves-souris dans la médecine traditionnelle chinoise est très préoccupante, s'inquiète auprès de 30millionsdamis.fr une source locale de Traffic, ONG spécialisée dans la conservation de la faune sauvage. Les excréments d'une espèce de chauve-souris servent à soigner les affections oculaires tandis que les parties du corps sont séchées et ajoutées à du vin. Elles peuvent être aussi broyées en poudre pour ingestion orale comme moyen de détoxifier le corps. Les deux pratiques pourraient être très risquées si un animal était infecté par un coronavirus. » Un comble, le gouvernement chinois a par exemple recommandé un traitement à base de bile d'ours contre le Covid-19...

Il n'y a cependant pas qu'en Chine que les animaux sauvages garnissent ces étals. Au Vietnam, le gouvernement a également décidé l'interdiction des marchés de la faune sauvage. En Indonésie, certains marchés continueraient de se tenir malgré les prohibitions. La Birmanie est également le théâtre de lourds trafics comme celui des écailles de pangolin, espèce la plus braconnée au monde et également mise en cause dans l'actuelle pandémie de Covid-19.

Interdire (définitivement) tout commerce d'espèces sauvages

« Le moyen de prévenir de nouvelles épidémies est d'arrêter ce commerce, tonne Steve Galster, environnementaliste américain et fondateur de Freeland, organisation luttant contre le trafic de la faune sauvage. La Chine a mis en place une interdiction, mais celle-ci doit être permanente car elle est le plus grand importateur d'animaux sauvages au monde. La plupart des espèces sauvages sont trafiquées par des gangsters. Ce n'est pas un commerce réglementé, il n'est donc pas étonnant que des infections et des virus se propagent. Ces marchés sont des bombes à retardement. »

La Fondation 30 Millions d'Amis appelle tous les pays concernés par ce commerce cruel de l'interdire sur le long terme pour le bien de la faune sauvage... mais aussi de l'humanité.

Commenter

  1. npagnard@gmail.com 29/04/2020 à 15:01:10

    Je n'y crois pas du tout. En Chine et dans d'autres pays asiatiques les animaux sauvages ou non n'ont aucune chance de vivre normalement Ils seront toujours chassés, martyrisés. Les seuls animaux que les chinois sont capables de respecter sont les pandas et pourquoi ? Parce que lorsqu'ils les placent dans des zoos chez nous cela leur rapporte beaucoup d'argent. Chez nous, les pandas attirent les visiteurs donc de l'argent pour les caisses des zoos. C'est le serpent qui se mord la queue !

    Quand il y a de l'argent à faire tout est bon, c'est malheureux mais c'est comme ça !

    C'est bien triste qu'au 21e siècle on en soit encore là !

  2. Kundun69 22/04/2020 à 10:03:46

    C'est bizarre les virus apparraissent toujours en Chine, mais pas en Inde. Avec le même nombre d'habitants, des animaux partout et une hygiène pas meilleure...

    Il faudrait se poser la question...

    L'Inde respecte les animaux !!!!!!!!!!!

  3. albignac 15/04/2020 à 17:57:53

    quand on pense que Macron  a fait cadeau à leur président d'un cheval de la garde républicaine Vésuve SANS QU'AUCUNE ASSOCIATION DE DEFENSE ANIMALE EN FRANCE NE BOUGE !!! connaissant la condition animale dans ce pays ...

    qu'est il devenu ? quel est sa situation ? qui en France s"en préoccupe ? la garde républicaine le suit il ?

    30 millions d'amis le sait il ? 

  4. EJV 05/04/2020 à 18:34:41

    Ni humain, ni animal! Des mutants malsains sans âme.

  5. pharrow 03/04/2020 à 20:34:08

    les chinois font Nimpe et vous ne pouvez rien ❤❤

  6. calpurnia 02/04/2020 à 16:57:25

    Ne peut-on pas inonder l'ambassade de Chine de pétitions pour en finir avec ces pratiques ignobles et dangereuses ? Evidemment , ici , il s'agit surtout de ne pas blesser ce pays qui  mais la diplomatie n'est-elle pas l'art de convaincre ?Nous n'en sortirons jamais si les Chinois recommencent sans arrêt les mêmes erreurs ! 

  7. AnneV 01/04/2020 à 18:16:09

    Et encore des chiens et des chats sur les marchés !!!!! Quand deviendront ils humains ces asiatiques ?!!!!! Je plains les associations de protection animale courageuses et chinoises qui se battent pour que toute cette barbarie cesse ! Qué boulot !

  8. chatmama 01/04/2020 à 13:37:00

    Les virologues, biologistes spécialistes de la chauve-souris ont trouvé et prouvé que les chauve-souris peuvent avoir 10 virus différents dans leurs organismes sans en être affectées. A méditer