Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Biodiversité

Tous aux aguets pour protéger les oiseaux !

En cette saison, la Huppe fasciée peut faire son apparition dans les jardins ! N'hésitez pas à le noter sur le site de l'Observatoire "Oiseaux des Jardins". ©AdobeStock

Pour la dixième année consécutive, la Ligue pour la Protection des Oiseaux et le Muséum national d’histoire naturelle lancent le week-end printanier de comptage des oiseaux des jardins. 30millionsdamis.fr invite chacun à participer à cette initiative ludique et utile, au service de la biodiversité !

Les 28 et 29 mai 2022, observez, comptez et répertoriez… les oiseaux de votre jardin ! Le but est double : primo, prendre conscience de la richesse et de la fragilité de la biodiversité environnante ; deuxio, permettre aux scientifiques de récolter les données nécessaires à l’amélioration de la connaissance et de la protection de l’avifaune.

23 oiseaux observés en moyenne dans un seul jardin

Le principe est simple. Il suffit de compter compter durant 1h les oiseaux (hormis ceux en vol) qui visitent un lieu donné: un jardin – public ou privé – ou un balcon, soit le samedi, soit le dimanche puis d’enregistrer ses observations en ligne sur le site de l’Observatoire « Oiseaux des Jardins ». Si le créneau horaire d’observation est libre, il est toutefois conseillé de privilégier la matinée : moment où les oiseaux sont les plus actifs.

Un incroyable florilège de volatiles vous attend ! « Les années précédentes, lors du même comptage, ce sont en moyenne 23 oiseaux qui ont été observés dans les jardins participants, avec en tête le moineau domestique, le merle noir, la mésange charbonnière et la tourterelle turque, explique l’Observatoire. Mais en cette période, les participants peuvent espérer observer des espèces encore plus variées, comme la mésange bleue, le rougequeue noir, le Ppnson des arbres, mais aussi des espèces typiquement estivales comme la huppe fasciée, le rougequeue à front blanc ou les hirondelles, rustiques ou de fenêtres. »

Et afin de distinguer au mieux les espèces, le site dédié met à disposition des fiches pédagogiques et des quizz ludiques ! Si malgré cela, vous rencontrez un problème pour identifier un oiseau, envoyez une photo avant le 15 juin 2022 à l’Observatoire qui vous aidera pour pouvoir l’ajouter à la liste des espèces observées ce week-end.
 

Sensibiliser à la protection des oiseaux

« Le chiffre record de participation enregistré en mai 2021 se maintient, avec toujours près de 4 000 observateurs et autant de jardins impliqués dans cette opération : du jamais vu pour le comptage de printemps, se réjouit la LPO. Nous espérons que cet engouement pour le comptage de printemps se perpétue dans les années à venir. » Un élan de curiosité salvateur pour la biodiversité !
 
« Cette opération vise à sensibiliser les citoyens à la protection de la nature de proximité, confirme Marjorie Poitevin, responsable de programme pour la LPO. En s'intéressant à l'observation des oiseaux, les participants vont petit à petit devenir plus réceptifs à la nature et ainsi commencer à opérer des changements dans leur jardin. »

Contribuer à la recherche ornithologique

Le week-end national de comptage permet, en outre, d’évaluer la diversité écologique des jardins et d’assurer un suivi des populations d’oiseaux en période de reproduction. « Les données issues des sciences participatives sont régulièrement utilisées pour différentes études locales ou pour des travaux de recherche », ajoute Marjorie. Ainsi, grâce aux observations recueillies par l’Observatoire, il est désormais prouvé que le fait de disposer de la nourriture pour oiseaux dans les jardins contribue grandement à leur conservation, notamment dans les zones agricoles intensives où les graines naturelles manquent en hiver.


De la même manière, le programme participatif « BirdLab » a démontré en 2020 que la Perruche à collier – présente dans les capitales européennes depuis les années 1970 – ne concurrençait pas – ou très peu – les espèces locales dans leur recherche de nourriture.
 
Alors, les 28 et  29 mai 2022… soyons tous des scientifiques en herbe pour aider l’avifaune !