Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Covid-19

Crise sanitaire et confinement : quelles solutions pour les sans-abris et leurs animaux ?

Pendant le confinement, les sans-abris risquent d'être privés de leurs animaux qui sont pourtant, trop souvent, leur seul lien affectif... ©AdobeStock

Alors que les initiatives - locales ou nationales - commencent enfin à fleurir pour accueillir les sans-abris très exposés à l'épidémie de Covid-19, nombreux d'entre eux se voient refuser des solutions d'hébergement... s'ils sont accompagnés d'animaux. Or, le lien affectif qui les unit à leur compagnon sur patte est souvent le seul qu'ils ont avec la société. La Fondation 30 Millions d'Amis demande aux pouvoirs publics de prendre en compte ce facteur essentiel qui, s'il était rompu, aurait des conséquences désastreuses pour la condition des SDF.

« Avec le confinement, il n'y a plus personne pour nous donner la pièce... »C'est la triste réalité à laquelle doit faire face Tristan et à, ses côtés, des dizaines de milliers d'autres sans-abris, contraints de vivre dans des conditions d'autant plus difficiles en cette période de crise sanitaire. Si des initiatives émergent pour soulager leur quotidien et préserver leur santé, elles excluent, pour la plupart, l'accueil de leurs animaux.

Des sans-abris privés de leurs animaux pendant le confinement

Face à cette situation, des locaux ont été ouverts dans certaines municipalités pour accueillir les personnes sans-domicile. Trois gymnases ont ainsi été réquisitionnés par la mairie de Montpellier (26/03/2020). Mais « Des centaines de personnes réunis dans un même espace, c'est le meilleur moyen de propager le virus », confie Tristan à France Bleu. Si l'initiative était louable, sa mise en place se révèle donc décevante... d'autant plus que les sans-abris ne peuvent y venir accompagnés de leur chien.

 

Il fallait loger les SDF avec des chiens individuellement. Le camping était la solution.

J.-F Fountaine - Maire de La Rochelle

A l'échelon national, le ministère de la Cohésion des territoires a annoncé, par un communiqué de presse du 2 avril 2020, la mise à disposition de 7 600 places d'hôtels supplémentaires dans toute la France ainsi que de 59 sites d'hébergement médicalisés pour les SDF malades du Covid-19 mais ne relevant pas d'une hospitalisation (soit l'équivalent de 2 300 places). « Cette mobilisation s'ajoute aux 157 000 places d'hébergement existantes avant la crise sanitaire, dans le cadre de l'hébergement d'urgence, explique le ministère. L'enjeu est d'éviter toute remise à la rue de personnes dans le contexte sanitaire actuel ». Mais quid de leurs animaux ? Hormis quelques exceptions - comme à Nantes, Marseille, Toulouse, Clermont-Ferrand ou Béziers - les centres d'hébergement d'urgence ne les admettent pas. Et que deviennent les animaux des sans-abris contraints d'être hospitalisés ? Le ministère en charge du logement n'apporte aucune réponse, malgré les multiples sollicitations de 30millionsdamis.fr.

La solution ? Un camping pour les sans-abris et leurs animaux !

Pourtant, des solutions peuvent être mises en place pour réduire les risques de propagation du virus, tout en permettant aux sans-abris de rester auprès de leur fidèle compagnon. Ainsi, à La Rochelle, le maire a ouvert un camping à l'attention des sans-domicile et de leurs animaux de compagnie, le temps du confinement. « Les SDF qui n'ont pas de chien sont logés par des hôtels, mais nous n'avions pas de solution pour les SDF avec des chiens, explique à Europe 1 le maire, Jean-François Fountaine. Il fallait les loger individuellement pour ne pas risquer la propagation du coronavirus. Le camping était la solution la plus indiquée. » Grâce à la mobilisation d'une association de protection animale rochelaise, d'une enseigne d'articles de sport et de la Société nationale de sauvetage en mer, seize personnes ont pu trouver refuge en compagnie de leurs animaux, dans des tentes individuelles aménagées et compartimentées. Les sanitaires leur sont ouverts et le SAMU social leur apporte les repas.

Pour un droit d'hébergement d'urgence étendu aux animaux des SDF

Certes, « La prise en charge des sans-abris en tant que personnes vulnérables, notamment au titre du logement, est une exigence qui s'impose aux pouvoirs publics », explique à 30millionsdamis.fr Olivier Lecucq, Professeur de droit public à l'Université de Pau. Elle a été reconnue comme une liberté fondamentale par la plus haute juridiction administrative (Conseil d'Etat, ordonnance du 10 février 2012). Mais de là à ce que ce droit s'applique aux animaux, « c'est une autre histoire, selon Josée Barnerias, Journaliste et Présidente de l'association de défense des animaux La Griffe. Il faudrait une mobilisation [...]. Mais il y a encore du chemin, parce que la cause est complexe et les énergies dispersées ».

 

Il est choquant que le fait de posséder un animal soit une entrave à l'accès à l'hébergement d'urgence.

Q. Girault - Docteur en droit public

Pourtant, l'animal est, y compris d'un point de vue juridique, un véritable « compagnon de solitude » dont la sensibilité a acquis une valeur légale en 1976 (article L. 214-1 du code rural), réaffirmée avec vigueur en 2015 (article 515-14 du code civil). A cet égard, « il est choquant que le fait de posséder un animal soit une entrave à l'accès à l'hébergement d'urgence et d'autant plus en cette période de crise sanitaire », s'indigne Quentin Girault, Docteur en droit public et spécialiste des droits fondamentaux. Le législateur pourrait donc soumettre les autorités de gestion des centres à une obligation de moyens visant à permettre l'accueil des animaux accompagnant les sans-abris ». Mais il faudrait, pour cela, « considérer que leur compagnie est un élément indispensable à la condition des sans-abris et que cette dernière s'aggraverait illicitement sans », ajoute le Professeur O. Lecucq.

En France, l'Ordre de Malte et la Fondation 30 Millions d'Amis ont été à l'origine du 1er centre d'hébergement pour les sans-domicile accompagnés de leur animal de compagnie, avec l'ouverture dans le 15ième arrondissement de la capitale de la péniche « Le Fleuron ».

Commenter

  1. alizarine49 08/04/2020 à 22:47:29

    L'idé du camping, pourquoi pas ? En tous cas, ne pas les séparer ! Et une remarque : "confiner" des SDF, un comble !

    Qui peuvent-ils contaminer, dehors ? foutez-leur la paix !

  2. pouguy 08/04/2020 à 18:28:11

    c'est ridicule de les séparer, ils n'ont que ça, c'est tout comme si on séparait un homme de sa femme dans un couple qui s'entend très bien. on fait n'importe quoi aujourd'hui sans réfléchir aux conséquences pour moi c'est grave

  3. Krys35 08/04/2020 à 17:30:26

    Malgré le fait qu'ils vivent dans la rue, ces gens préfèrent y rester que de se séparer de leur compagnon à 4 pattes. Une belle preuve d'amour et de complicité que certains devraient suivre. Notre gouvernement fait beaucoup de choses pour certains mais en oublie notre propre misère. Merci pour cette généreuse initiative mais n'oublions pas que les sans-abris sont dans la rue toute l'année et non pas qu'en période de pandémie ou grand froid.....

  4. Bandy86 08/04/2020 à 16:02:11

    Bravo Mr Le Maire de La Rochelle, ouvrir un camping pour acceuillir les sans habrit et leur animal est une exellente initiative. je souhaite et j'espère que d'autre maires prendront exemple sur vous.

    Pour une personne seule ou agée ou Sdf, la compagnie d'un animal est très importante, c'est le seul être vivant à leur tenir compagnie. Ne les privont pas de cela.

  5. virginie.vilcoq@gmail.com 08/04/2020 à 11:48:03

    Pour les sans abrits leur animal est leur seul compagnie,je dirais même plus souvent leur raison de vivre.Je me mets à leurs place et préfèrerais rester dans la rue plutôt que de me séparer de mon animal.Leurs animaux doivent être admis avec leurs maîtres.Merci pour eux.

  6. guilaine 80 03/04/2020 à 20:46:44

    Ils trouvent des solutions pour se qu'ils veulent. Bien sur leurs chiens c'est tout pour eux. C'est honteux de les séparer. Pour eux c'est que des bêtes alors c'est chiens sont pas un portant c est écœurent. Pourquoi on comprend pas que les animaux valent bien plus que beaucoup d humains