Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Politique

Bien-être animal : où en sont les promesses d’Emmanuel Macron à mi-mandat ?

Entre ce qu'il a promis aux associations de protection animale et ce qu'il a réalisé, Emmanuel Macron (ici à l'Elysée avec son chien Némo) est encore loin du compte... /©Flickr-Jacques Paquier

Consulté par le collectif AnimalPolitique – dont fait partie la Fondation 30 Millions d’Amis, avec 25 autres ONG de protection animale – le candidat à l’élection présidentielle de 2017 Emmanuel Macron avait pris plusieurs engagements en faveur des animaux. A mi-mandat, le Président élu est loin d’avoir tenu ses promesses. État des lieux.

« Qui promet à la légère tient rarement sa parole... », rappelle l’adage populaire. Alors que 76% des Français considèrent qu’Emmanuel Macron ne prend pas suffisamment en compte la protection animale dans sa politique (Baromètre 2020/Fondation 30 Millions d’Amis – Ifop), le Président de la République se voit rattraper par ses promesses de candidat en matière de bien-être animal. Fin de l’élevage des poules pondeuses en batterie, interdiction de la cession d’animaux par les particuliers sur les sites d’annonces, réforme de la chasse pour mieux protéger la faune sauvage, renforcement de la la protection des lanceurs d’alerte… En 2017, les prises de positions du candidat Macron au Manifeste du collectif AnimalPolitique, avaient fière allure. Deux ans et demi plus tard, c’est la douche froide !

Promesses (presque) tenues

S’il avait promis de « mettre fin aux pratiques d’élevages douloureuses », Emmanuel Macron a partiellement répondu aux attentes. Son ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, a bien annoncé l’interdiction de la castration à vif et du broyage des poussins mâles d’ici fin 2021 même si cela se limite toujours à une simple annonce sans réel cadre juridique. Rien n’a en outre été annoncé pour l’écornage ou le gavage. Quant au « conditionnement des financements de la politique agricole commune (PAC) pour les investissements dans les bâtiments d’élevage au respect de normes en matière de bien-être animal », les négociations sont en cours à l’échelle européenne.

On attend toujours

Si le Président de la République s’était engagé à « interdire à la vente les œufs de poules en batterie » pour 2022, rien n’a encore été réellement tenu. En octobre 2018, la loi Egalim a eu beau interdire tout « bâtiment nouveau ou réaménagé d’élevages de poules en cages », le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume a reculé un an plus tard. Ce dernier a circonscrit cette décision aux « bâtiments qui augmentent leur surface de production en cages. » Autrement dit, une cage existante pourra être rénovée à l'identique et continuer à être utilisée.

De même, l’ex-candidat de La République en Marche avait promis « l’interdiction de la cession par les particuliers sur les sites marchands, d’annonces gratuites et les réseaux sociaux ». Si l’intention était louable, l’ordonnance du 8 octobre 2015 n’est toujours pas pleinement appliquée et les trafics illégaux d’animaux de compagnie continuent de prospérer en France. Didier Guillaume se contente pour le moment de vouloir interdire les ventes dans les véhicules et d’encadrer les ventes dans les foires et expositions. Beaucoup d’espoirs reposent désormais sur la mission gouvernementale sur les animaux de compagnie confiée au député Loïc Dombreval (LaRem) qui prendra fin dans six mois.

Le Président de la République entendait également « légitimer les politiques de protection animale en instituant un organe autonome dédié aux animaux et indépendant du ministère de l’Agriculture et donner une place significative aux associations compétentes dans les organes décisionnaires ». Outre le fait que l’idée de créer un organe dédié aux animaux indépendant au sein du ministère de l’Agriculture n’a toujours pas été abordée à mi-mandat, la Fondation 30 Millions d’Amis regrette régulièrement l’absence de la prise en compte des associations de protection animale dans les décisions gouvernementales. Les dernières annonces du ministre de l’Agriculture se sont faites sans concertation (28/01/2020). Un reproche qui ne peut pas être fait à la ministre de la Transition écologique et solidaire, qui s’est inscrite dans les pas de son prédécesseur François de Rugy et continue de consulter régulièrement les associations de protection animale.

On est très loin du compte !

Emmanuel Macron avait assuré qu’il ferait une « réforme de la chasse pour mieux protéger la faune sauvage et favoriser le retour naturel des grands prédateurs ». Réforme de la chasse, il y a bien eu, mais…  en faveur des chasseurs eux-mêmes et au détriment de la faune sauvage et des grands prédateurs (rallongement de la chasse aux oies cendrées, prix du permis de chasse national divisé par deux, chasse au courlis cendré...) ! Le Président a par ailleurs affirmé aux éleveurs qu’il n’y aurait plus de réintroduction de l’ours. Quant au loup, il est devenu une cible suite aux prises de position du gouvernement. Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, aurait même ironisé en présence de ses collaborateurs : « Oui, on dit régulation, parce que buter du loup, ça ne va pas ».

Le candidat Macron s’était pourtant dit favorable à la reconnaissance de tout animal sauvage sous le statut d’être vivant doué de sensibilité. Or aujourd’hui, sa politique va à contre-sens de sa promesse d’interdire « les pratiques barbares infligées aux animaux sauvages pour des buts autres que la protection ou la conservation ». Chasse à courre, chasse à la glu ont toujours cours…

Quant au « renforcement de la protection des objecteurs de conscience et lanceurs d’alerte », autant le dire, c’est peine perdue ! Avec la cellule Demeter mise en place par le Ministre de l’Intérieur Christophe Castaner fin 2019, les lanceurs d’alerte infiltrant les élevages industriels pour sensibiliser sur les maltraitances animales seront désormais condamnables.

Sur les 18 engagements pris par Emmanuel Macron auprès du collectif AnimalPolitique, seuls 3 sont en passe d’être concrétisés… Triste bilan. Le collectif AnimalPolitique avait déjà alerté le chef de l'Etat via une lettre ouverte (22/02/2019). Nonobstant, si l’on tient à rester optimiste, il est toujours possible de se consoler en se disant que sur la fin du quinquennat, cela ne peut que s’améliorer.

Commenter

  1. BABABIBI 22/02/2020 à 14:38:15

    Macron il s'en fou complètement ds animaux. La priorité des priorités serait qu'il mette fin à l'abattage rituel mais il n'en aura jamais le courage. Il a la trouille pour lui, pas pour nous de toutes ces communautés qui pratiquent ces barbaries sur les animaux.

    Quant à la chasse aucun espoir qu'il prenne une décision. Rendez-vous compte vous avez Jacob, Baroin et Larcher, 2è personnage de l'Etat élu par copinage avec les grands électeurs, qui sont chasseurs.

    Ce n'est pas rien il est pas élu avec la France d'en bas Larcher. C'est quelqu'un.

    Côté chasse, vous trouvez également Mr Frombonne, Président actuel  de la SPA, Général de Gendarmerie en retraite, qui est aussi chasseur. Le personnage n'a aucune gêne de tuer des animaux et ensuite de venir vous parler d'adoption ou de famille d'accueil.

    Moralement çà interroge ?

     

  2. corie57 20/02/2020 à 21:48:11

    ETu  ben on peut toujours attendre comme le reste des autres belles promesses ! !!! On se fout de la population alors ce n'est pas pour s inquiéter des animaux ! !!!

  3. Zigomard 19/02/2020 à 21:14:22

    Malheureusement tous ces politiques ne tiennent pas leurs promesses. Ces derniers ont bien souvent adopté un chien mais je ne pense pas que ce soit par amour pour un animal mais seulement pour faire croire qu'ils aiment les animaux, sont sensibles à leur bien être, ietc... mais malheureusement tout est faux. Ceux-ci ne sont pas sensibles à la souffrance animale. C'est le dernier de leur souci. Leurs belles promesses électorales sont bien vites oubliées une fois au pouvoir. La réforme de la chasse mais en faveur des chasseurs. Ces derniers votent les animaux malheureusement non. Tous ces politiques ne pensent qu'à eux... Ils ne sont que des menteurs. Ils devraient avoir honte.

  4. kackou 19/02/2020 à 20:39:10

    Ça ne m'étonne pas du tout. D'ailleurs, je m'inquiète aussi pour Nemo, dont l'adoption m'a plus semblé relever de "Je vais faire comme mes prédécesseurs et prendre un chien" que d'une vraie volonté d'adopter. J'ai encore le souvenir d'une vidéo où ce pauvre chien se soulageait dans un salon de l'Elysée. Manque d'éducation ? Manque d'attention avec des sorties trop peu nombreuses ? Bizarrement, on n'en entend plus parler, de Nemo. Il a joué le faire-valoir un moment et puis quoi ? Au rebut ?

    Même le choix de son prénom me pose problème. Malgré les références à Jules Verne, appeler son chien Personne est assez révélateur de la valeur qu'on lui attribue...

    Parlerai-je aussi des problèmes avec les chasseurs qui se multiplient ?

    La macronie n'aime pas les animaux...

  5. invariant 19/02/2020 à 19:09:15

    NOTRE PRESIDENT N'AIME QUE DEUX ANIMAUX : LE PAON ET LES AUTRUCHES

  6. invariant 19/02/2020 à 18:58:53

    PLUS ON SE RAPPROCHERA DE 2022 PLUS DE SIGNAUX SERONT ENVOYÉS : ET BEAUCOUP VONT ENCORE Y CROIRE !

    QUELLE TRISTESSE !

  7. b.maquaire0900@orange.fr 19/02/2020 à 18:50:24

    Des paroles, des paroles, toujours des paroles ! Hormis cela que peut-on réellement attendre d'un tel président ? Nous verrons cela aux prochaines élections... Ce couple a adopté un toutou pour faire beau dans le décor uniquement car la cause animale n'est pas la priorité de ce président, loin de là... et moi je suis pour le bien-être animal, point final et ras-le-bol !!

  8. rat 19/02/2020 à 18:23:58

    Les animaux sont plus sensibles que les êtres humains, il nous aime plus que nous les aimons encore, quand aux chasseurs eux-mêmes n'aiment pas les animaux puisqu'il les tues , l'êtres humains ne pensent qu'à tuer trop de violence sur notre planète il faut que les gens d'en haut écoute les gens d'en bas , nous sommes tous concernés nous avons une belle planète elle n'a pas de soeur jumelle, il faut arrêter de polluer de tout détruire chaque vie sur terre et précieuse !

  9. nous pour eux 19/02/2020 à 18:22:21

    Et bie si on attend ses promesses on va attendre longtemps.... Rien ne bouge ! C'est une honte il n'y a pas de danger leurs proches animaux eux sont aux anges BON tant mieux pour eux mais qu'il tienne ses promesses pour les reste ! 

  10. pouguy 19/02/2020 à 18:18:33

    il ne les a pas tenu et il ne les tiendra pas