Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Faune

Mobilisation pour sauver une famille de renards menacée d’abattage !

Observés pour la première fois en mai 2021 dans un jardin privé, les renards risquent d'être abattus en vertu d'une décision préfectorale. ©Adrien Favre (photo d'illustration)

Une famille de six renards risque d’être capturée et tuée dans la commune de La Celle Saint-Cloud (78) ! Cette décision préfectorale a suscité l’indignation sur les réseaux sociaux. 30millionsdamis.fr, qui rappelle régulièrement le rôle écologique de l’espèce, demande aux décideurs locaux d’épargner leur vie en permettant aux associations volontaires de les relâcher dans une zone non urbaine.

Mise à jour : Par un arrêté signé le 9 août 2021, la préfecture des Yvelines a confirmé l'autorisation d'abattre la famille de renards, « dans l'intérêt de la santé et la sécurité publiques et en prévention de dommages importants à diverses formes de propriété ».  L'arrêté a été publié sans consultation préalable du public, eu égard au « caractère d'urgence » et de « l'absence d'impact significatif sur l'environnement ».

Massacrés sous la pression d’une poignée de riverains ? Tel est le triste sort réservé à six renardeaux installés dans la ville de La Celle Saint-Cloud (Yvelines). La préfecture du département vient d’autoriser le lieutenant de louveterie à solliciter l’intervention de deux piégeurs agréés pour procéder à la capture et à l’abattage des renards ! « Une fois piégés, les renards ne seront pas relâchés : ils seront abattus, confirme le lieutenant de louveterie Pascal Cordeboeuf (Actu.fr). D’abord parce que cela reviendrait à déplacer le problème. Ensuite parce que l’espèce est classée comme susceptible d’occasionner des dégâts. »

Observés pour la première fois en mai 2021 dans un jardin privé, la présence de cette famille de canidés avait émerveillé la plupart des riverains. Une poignée d’entre eux signalait toutefois des attaques sur des poules et des chats.

Des associations volontaires pour relâcher les renards ailleurs

Toujours est-il que des solutions existent pour éloigner les goupils des zones urbanisées, tout en préservant leur vie. Plus de 35 000 personnes ont déjà signé la pétition demandant au maire de la commune d’empêcher cet abattage, à la faveur d’alternatives éthiques : « Aux noms des animaux, (…) nous demandons à Monsieur Le Maire Olivier Delaporte de trouver une solution pacifique afin que ces renards soient épargnés ». 

 

Une fois piégés, les renards ne seront pas relâchés : ils seront abattus.

P. Cordeboeuf - Lieutenant de louveterie (Actu.fr)

Face à l’urgence de la situation, des centres de soins pour la faune sauvage se sont déjà engagés à capturer, transporter et relâcher la famille de renards. « L’Hirondelle » et « Faune Alfort » proposent de les relâcher dans une zone où ils pourront vivre en toute sérénité et où ils ne représenteront plus une gêne pour la population… Un raisonnement malheureusement ignoré – pour l’heure – par le maire de la ville.  « C’est du domaine régalien de l’Etat, se borne à déclarer Olivier Delaporte sur Actu.frDans le cas présent, la préfecture ne fait qu’appliquer une règle d’hygiène ».

Tuer des renards : une mesure contre-productive

Pourtant, il n’a jamais été établi que le piégeage des renards limite la prolifération de l’échinococcose, argument souvent avancé par les autorités pour justifier l’éradication de cet animal. Pire : tuer des renards pourrait même s’avérer contre-productif et accroitre le risque sanitaire ! « Si chaque famille de renards reste sur son territoire, l’échinocoque [ver parasite responsable de l’échinococcose, NDLR] se transmettra moins, précise Frédéric Jiguet, Professeur en écologie au Muséum National d’Histoire Naturelle (Biological Conservation, « The Fox and the Crow. A need to update pest control strategies », juin 2020). Mais si vous tuez des individus, vous déstabilisez les populations de renards, qui vont alors se disperser et répandre la maladie ». Sans compter le risque pour les traqueurs de contracter la maladie au contact des cadavres…

 

Si vous tuez des individus, vous déstabilisez les populations de renards qui vont répandre l'échinococcose.

F. Jiguet - Pr en écologie

En témoignent les études scientifiques menées sur ce sujet. Ainsi, aux abords de la ville de Nancy (54), 4 ans de chasse intensive aux renards (+35 % d’animaux tués) ont contribué à accroître la prévalence de l’échinocoque (40 % à 55 %). De même, au Luxembourg, où les renards ont été rayés de la liste des espèces chassables en 2015, le taux d’infection à l’échinocoque est passé de 40 % à 25 %, tandis que la population de goupils est restée stable.

La justice elle-même l’a bien compris lorsqu’elle a annulé ou suspendu des arrêtés autorisant l’abattage de renards dans certains départements. « L’étude de 2020 [menée par F. Jiguet, NDLR] constate une propagation plus importante de certaines maladies telles que l’échinococcose alvéolaire pendant les périodes d’abattages intenses, confirme le Tribunal administratif de Rouen (Ordonnance du 4 septembre 2020). Un relevé épidémiologique du 29 novembre 2019 de l’Organisation mondiale de la santé relève d’ailleurs le caractère inefficace de l’abattage des renards dans la prévention et la lutte contre cette maladie ».

Le rôle écologique du renard

 

Le renard est une espèce essentielle contre la propagation d'infections et de maladies.

Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne

« La réduction des populations de renards n’est pas un moyen d’éviter la prolifération de l’échinococcose alvéolaire et de prévenir la contamination vers l’homme, analyse de son côté le Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne (Ordonnance de référé du 9 décembre 2020). Au contraire, (…) le renard est une espèce essentielle pour lutter contre la propagation d’autres infections, et notamment des maladies vectorielles telles que la maladie de Lyme, en tant que prédateur de rongeurs nuisibles ».

Un rôle écologique d’autant plus essentiel qu’à défaut de prédateur naturel, les agriculteurs luttent contre les proliférations de rongeurs en utilisant de la bromadiolone : un produit chimique très toxique qui empoisonne de nombreux animaux, y compris domestiques. « De plus en plus d’agriculteurs reconnaissent son rôle écologique et certaines fédérations de chasse commencent même (très doucement, certes…) à changer d’attitude à son égard », conclut l’Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS).

Reste à espérer que les décideurs publics locaux prennent, eux aussi, conscience du rôle écologique de ces êtres vivants et sensibles…

Commenter

  1. Chopinou 17/08/2021 à 13:16:33

    Encore de pauvres bébés qui vont être victimes de la bêtise humaine ! J'espère que la décision de les abattre sera annulée.

    Je trouve inacceptable que l'humain décide de supprimer la vie aux animaux. Grâce à eux, toute la planète est "régulée" ; à cause de l'homme, tout est détruit !

     

  2. AnneV 16/08/2021 à 17:32:01

    Il y a t'il une pétition ?

  3. AnneV 16/08/2021 à 17:28:21

    A quand la chasse aux tontons flingueurs ?

  4. Littleyorky 22/06/2021 à 18:51:17

    Au nom de son "intelligence supérieure" ( auto-proclamée ) l'Homme croit détenir la Vérité alors qu'en fait il ne détient que sa propre suffisance et son besoin inextinguible de trucider toutes les espèces animales y compris la sienne. Mais quel gros c******, bien à l'image du Président de la chasse Française, l'ignoble Willy ainsi que ses consorts le président du sénat Larcher et autre Dupont-moretti chasseurs et pro Corridas au nom de l'art ou plutôt de leur lard ! Quelle infâmie pour tous les vrais humanistes !

  5. gavroche69 21/06/2021 à 09:16:56

    Un lieutenant de louveterie (rien que le nom m'amuse) c'est un mec qui mouille son froc de plaisir à chaque fois qu'il peut flinguer des animaux dont un misérable préfet a jugé qu'ils étaient nuisibles.

    Une vieille survivance du passé dont tant de gens semblent être si nostalgiques (exemple la chasse à courre)...

  6. phoenix35 20/06/2021 à 15:42:47

    Ce ne sont pas les renardeaux qu'il faudrait éliminer [***]

  7. jodorie 18/06/2021 à 20:44:58

    Il on rien d autre à fouttre que de tué des petit renard alors que dans la société des femmes meurt sous la violence de leur mari alors occupé vous de chose plus urgente et laissé les animaux tranquilles

  8. yoyo5977 18/06/2021 à 10:18:03

    Au faite, il paraît que nous sommes l'espèce la plus intelligente sur Terre !!! Les animaux sauvages ne demandent qu'une chose : VIVRE EN PAIX !!! Mais c'est peine perdue avec des personnages comme cela.

    SEUL L'HOMME EST LE PLUS GRAND PREDATEUR SUR TERRE !!! RESPECTEZ L'ANIMAL ET ON VOUS RESPECTERA !!!

  9. Goupil54 17/06/2021 à 11:41:58

    Et on appelle ça un lieutenant de louveterie : j'appelle cet individu un tortionnaire doté d'un sens aigu de la bêtise ! Comment peut-on tuer ces renardaux ? Il faut être dépourvu de toute forme d'intelligence 

    Piéger et tuer ces animaux mais de quel droit Les renards ne sont pas nuisibles Ils font parti de notre planète n'en déplaise à certains riverains, chasseurs, lieutenant de louveterie et Préfet ...et sont utiles comme tout être vivant sur terre.

    Ces pratiques me donnent envie de vomir 

     

  10. Clairette2 17/06/2021 à 10:05:11

    une fois de plus le renard à la mauvaise image (mais qui est le plus destructeur sur cette planète, c'est bien l'humain entre la pollution, la destruction de la faune et la flore et j'en passe) - Alors oui mobilisons nous au maximum pour sauver ces pauvres bébés renards, qu'on puisse les laisser vivre en paix dans un lieu où l'homme ne viendra pas le tuer