Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Etude

Les chiens, au secours des humains

Le Dr Clive Wynne a co-écrit une étude récente qui témoigne de l'empathie des chiens pour leur maître. ©Clive Wynne

Les chiens tentent de secourir leur maître dès qu’ils sentent que celui-ci est en danger, et ce, même s’ils n’ont jamais été entraînés au sauvetage. Telle est la conclusion d’une étude menée par des chercheurs américains (04/2020). Cette préoccupation pour l’humain est telle que les chiens sont également sensibles au bien-être de parfaits inconnus ! 30millionsdamis.fr vous en dit plus.

« Les chiens de compagnie libèrent leurs maîtres pris au piège ! » : une étude menée par des spécialistes du comportement canin prouve que, face à la détresse humaine, les chiens témoignent d’une réaction émotionnelle liée à notre souffrance.

Doués d’empathie, les chiens souhaitent aider leur maître en danger

A l’occasion d’un exercice dit « de détresse », des humains simulaient leur détresse, piégés dans une boîte, face au regard apeuré de leur compagnon sur pattes. Parmi les 60 chiens étudiés, seuls 20 d’entre eux ont réussi à secourir leur maître en déplaçant la petite porte qui fermait la boîte. Mais « la proportion de chiens qui ont sauvé leur propriétaire sous-estime grandement la proportion de chiens qui ont voulu le sauver », explique Joshua Van Bourg, co-auteur de l’étude et psychologue à l’université d’Etat de l’Arizona.

 

La plupart des chiens veulent sauver leur maître mais doivent avant tout savoir comment.

Joshua Van Bourg, psychologue

En effet, lors d’un autre exercice, 19 des 60 chiens sont parvenus à ouvrir la boîte dans laquelle avait été déposée de la nourriture, les maîtres cette fois à l’écart. A supposer que tous les chiens auraient récupéré la friandise s’ils avaient su comment s’y prendre, alors « le fait que les deux tiers des chiens n’aient pas ouvert la boîte pour accéder à la nourriture est une indication assez forte que le sauvetage nécessite plus que de la motivation ; il y a autre chose en jeu : la capacité de pouvoir le faire, analyse l’universitaire. En somme, la plupart des chiens veulent sauver leur maître mais doivent avant tout savoir comment ».

Les chiens étaient beaucoup plus stressés pendant l’exercice de détresse, comparativement à celui de nourriture : « Quand leur maître était en détresse, ils aboyaient et pleuraient davantage », note le chercheur. Cette empathie a été qualifiée, par les psychologues, de « contagion émotionnelle ». Lorsque le maître est stressé, il transmet ce sentiment au chien, à son tour inquiet. Et les chercheurs ont pu confirmer que cette vision du maître en danger intensifie la propension du chien à vouloir le rejoindre. En effet, lors d’un autre test - dit « de contrôle » - les humains, de nouveau coincés dans la boîte, ne manifestaient, cette fois, aucune inquiétude mais se contentaient de lire un magazine à voix haute. 16 chiens ont alors réussi à ouvrir la porte pour laisser sortir leur maître. Autrement dit, le simple fait, pour un chien, d’être auprès de son maître est déjà une motivation ; mais le fait de savoir celui-ci en danger accroît sa performance.

Egalement doués de sympathie, les chiens souhaitent tout autant aider un inconnu en détresse

 

Les chiens se soucient du bien-être des personnes, qu’il s’agisse de leur maître ou d’un inconnu.

Dr Clive D. L. Wynne, comportementaliste canin

Des études antérieures ont même prouvé que les chiens étaient, non pas seulement, empathiques, mais également, sympathiques ! En 2012, Deborah Custance et Jenifer Mayer - chercheurs de l’Université de Londres - ont effectivement montré que les chiens s’approchaient de leur maître quand celui-ci pleurait, mais qu’ils faisaient de même avec une inconnue lorsqu'elle aussi sanglotait. « Cet élément est cohérent avec ce que l’on attend d’un être capable de sympathie : le souci du bien-être de l’autre et le désir de lui apporter un soutien émotionnel, analyse le Dr Clive D. L. Wynne, co-auteur de l’étude (« Un amour de chien », Marabout, 2019). Assurément, la meilleure interprétation de ces résultats fascinants n’est pas que les chiens s’attendent à obtenir des récompenses de la part des personnes tristes, mais bien qu’ils se soucient de leur bien-être. Ils sont venues à elles, qu’il s’agisse de leur maître ou d’une inconnue, parce qu’ils (…) étaient troublés par la détresse d’un être humain. »

Ces recherches, qui confirment scientifiquement l’affection des chiens pour les humains, ne sont pas surprenantes : « les exemples de chiens ordinaires capables d’exploits incroyables face à des êtres humains en détresse ne manquent pas », rappelle le chercheur. La Fondation 30 Millions souligne régulièrement le courage de chiens sauveteurs, professionnels ou amateurs. De véritables héros, au secours d’humains, de congénères, voire d’autres espèces ! Et ce, dès leur plus jeune âge, parfois au péril de leur vie ! Alors qu’ils pourraient être rancuniers envers l’humain au regard de leur passé douloureux, certains chiens restent dévoués… même après avoir été abandonnés en refuge ou menacés d’euthanasie. Alors, méritons cet amour inconditionnel !

Commenter

  1. chat arc en ciel 04/07/2020 à 18:03:38

    Bonjour,

    Il est évident de l'amour inconditionnel des chiens (chats & autres animaux) envers l'humain, ce qui, malheureusement n'est pas toujours le cas en sens contraire ! Comme le disait si bien Jean Rochefort : "les animaux ont un mérite, ils ne nous déçoivent jamais", pharse reprise à très bon escient en ouverture de l'émission sur TFX (chaîne 11). Si vous ne la connaissez pas regardez-la, c'est une émission géniale !! Et qui lutte contre l'abandon.

    Je pense que les comportementalistes animaux découvriront encore bien des choses que nous ne savons pas encore sur nos amours de tout ordre (poilus, à plumes, à 4 ou 2 pattes ...).

    N'oubliez pas de signer les pétitions 30 millions d'amis pour la protection de nos animaux qu'ils soient domestiques ou "sauvages", bien que je n'aime pas ce mot en ce qui les concernent, certains humains étant plus sauvage que les animaux prétendus comme tels.