Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Maltraitance

Chat écrasé par un train en gare Montparnasse, la Fondation 30 Millions d’Amis attaque la SNCF

Neko "était un membre de notre famille". Après la mort du chat sous un train de la SNCF, les maîtresses sont dévastées./DR

Après la fuite de leur chat sur les rails à la gare Montparnasse (Paris 15), une femme et sa fille ont imploré les agents de la SNCF d’intervenir pour récupérer leur animal. Elles ont essuyé un refus ferme de la compagnie et le train a été autorisé à partir. Le chat Neko est mort écrasé. La Fondation 30 Millions d’Amis condamne fermement l’attitude de la SNCF et porte plainte pour actes de cruauté.

En termes de protection animale, la SNCF a un train de retard… À la gare Montparnasse, dans le 15ème arrondissement de la capitale, ses agents ont fait preuve d’un manque d’empathie aberrant en laissant un train partir sachant qu’un chat se trouvait sur les rails ! 

« Ils nous ont dit que ce n’était qu’un chat »

Le félin est mort coupé en deux sous les yeux d’une maîtresse et sa fille, toujours sous le choc… « On a du mal à s’en remettre, souffle Georgia, contactée par 30millionsdamis.fr. On a eu l’impression de parler à un mur. C’était horrible ! » 

Alors qu’elles doivent prendre le train ce 2 janvier 2022, Neko sort malencontreusement de son sac de transports avant de se réfugier… sous la rame du TGV. Paniquées, Georgia et sa fille de 15 ans demandent aux agents présents d’intervenir et de retarder le train pour sauver leur chat. La réponse est choquante : « Ils nous disent que ce n'est pas leur problème, que ce n’est qu’un chat et qu'on aurait dû le garder en laisse… On reçoit pleins de reproches », raconte Melaïna. 

La SNCF « regrette ce triste incident » et se justifie

« J’étais figée face à tant d’indifférence, explique Georgia. Ça m’a paralysée. Ma fille pleurait. Elle est partie chercher d’autres agents à la rescousse. » Melaïna parvient à trouver un autre membre du personnel de la SNCF plus enclin à l’aider : « Il m’a accompagné sur le quai, poursuit-elle. J’appelle Neko… », mais en vain. 20 minutes de négociations plus tard, le train démarre. « J’ai vu Neko courir sous le train et puis plus rien, s’étouffe Melaïna. Puis on le voit coupé en deux. C’était tellement violent ! » 

 

J’étais figée face à tant d’indifférence.

Georgia - maîtresse de Neko

Après avoir sciemment laissé le train partir, la société ferroviaire a proposé en guise de compensation… un billet gratuit pour rejoindre Bordeaux ! Face au tollé provoqué par cette affaire, dans la presse et sur les réseaux sociaux, la SNCF, contactée par 30millionsdamis.fr, « regrette ce triste incident (sic) ». « Nous sommes très touchés par cet événement et nous souhaitons témoigner de tout notre soutien à nos deux voyageuses propriétaires du chat », soutient la société ferroviaire avant de rappeler « qu’il est formellement interdit de descendre sur les voies, ce qui mettrait en danger la vie des deux voyageuses ou de nos agents ».

La SNCF prétend se préoccuper « de la cause animale et de la sécurité des animaux de compagnie qui voyagent en train » et « avoir pris en charge les deux voyageuses ». De leur côté, Georgia et Melaïna affirment « être sans nouvelles directes de leur part », à l’heure où nous publions ces lignes 

Plainte de la Fondation 30 Millions d’Amis : « C’est un passager qui a été sciemment écrasé ! »

 

L’animal est un être vivant doué de sensibilité. On ne peut pas faire n’importe quoi avec le vivant.
Me X. Bacquet - Avocat Fondation 30 Millions d'Amis

« Au-delà de la cruauté abominable des faits, l’animal était en règle puisque ses maîtresses s’étaient acquittées d’un billet pour qu’il puisse voyager en toute légalité. C’est donc un passager de la SNCF qui a été sciemment écrasé ! », fustige Reha Hutin, Présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis qui porte plainte pour « sévices graves et actes de cruauté ayant entraîné la mort d’un animal », passible de 75.000€ d’amende et de 5 ans d’emprisonnement. 

« Cette affaire a une forte portée symbolique, réagit Me Xavier Bacquet, avocat de la Fondation 30 Millions d’Amis. L’animal est un être vivant doué de sensibilité. On ne peut pas faire n’importe quoi avec le vivant. Or ici, des agents ont délibérément pris la décision de démarrer un train alors que les maîtres les ont informés de la présence de leur chat sur les rails. C’est donc en conscience que cette décision potentiellement mortelle - et qui l’a été malheureusement - a été prise. Ce n’est donc pas un incident, mais bien un acte de cruauté ! » 

Georgia et Melaïna pleurent encore la perte de Neko, « un animal tellement gentil » qui « nous suivait partout ». « On ne veut pas que cela arrive à d’autres personnes », espère la maman.

Commenter

  1. Samarra 05/02/2023 à 23:33:38

    Profondément choquée par cette tragédie et voyageant régulièrement avec mon propre chat, je me sens particulièrement concernée. Pour ma part je n'aurais pas pu être témoin de la mort de mon chat, c'est juste inimaginable, j'imagine que je serais descendue sur la voie malgré le danger de mort, ne serait-ce que pour faire entendre raison au conducteur et l'empêcher de démarrer car avec un humain, assurément, il ne se serait pas comporté ainsi. Cela représente probablement pour ces deux femmes un terrible traumatisme.

    Je soutiens TRES FERMEMENT votre action contre la SNCF.

    Tant que l'Homme sera capable de se comporter de la sorte avec un autre être vivant, le monde ira à sa perte et à l'heure où l'on a plus conscience chaque jour des dégâts irréversibles faits contre notre planète et la Nature, il est invraisemblable qu'une entreprise puisse encore agir ainsi.

    J'espère vivement que vous la trainerez en justice et que cela constituera une juriprudence en faveur des animaux. Chacun a vécu de gros retards de train pas toujours expliqués ou pour des raisons techniques, des manifestations sur la voie etc. et là, impossible d'obtenir un délai pour sauver un être vivant ? Le mot choqué n'est manifestement pas assez fort. Bien cordialement

  2. Garfy 01/02/2023 à 11:23:36

    Certaines personnes sont inhumaines : on pourrait dire plus gentiment qu'elles ne ressentent aucune empathie mais le résultat est cruel !

    J'espère que la SNCF écopera d'une peine sévère car on aurait bien pardonné un simple retard pour une telle cause.

  3. Papillon19 01/02/2023 à 10:57:31

    Horrible ! Certains êtres humains sont des monstres!