Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Politique

Abandons d’animaux : des annonces du gouvernement, mais pas de réelle coercition !

Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, a dévoilé son plan visant à lutter contre le phénomène de l'abandon d'animaux de compagnie./©Adobe Stock-fotorince

Alors qu’au moins 100.000 animaux sont abandonnés chaque année, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a décliné le plan gouvernemental pour y remédier. Des mesures annoncées, qui devront trouver une traduction législative. La Fondation 30 Millions d’Amis, qui avait émis 10 propositions pour lutter contre l’abandon, attend désormais des actes concrets.

« Un animal n’est ni un produit consommable, ni un jouet. » A l’heure d’annoncer son plan pour lutter contre l’abandon des animaux de compagnie en France, Julien Denormandie a décidé de s’attaquer au problème (21/12/2020). La Fondation 30 Millions d’Amis avait proposé 10 pistes législatives au ministère de l’Agriculture, pour enrayer le phénomène de l’abandon. Certaines ont été partiellement reprises.

Reha HUTIN, Présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis réagit aux annonces du ministre de l’Agriculture pour lutter contre les abandons d’animaux : « Le compte n’y est pas ! »

Un « certificat de sensibilisation obligatoire » prévu en 2021

Julien Denormandie propose la mise en place d’un certificat de sensibilisation obligatoire pour toute personne faisant l’acquisition d’un animal de compagnie. « Cela vise à permettre une prise de conscience, note le ministre. Nous aurons désormais dans un refuge, une animalerie ou un élevage, à signer ce certificat avant de devenir le maître de cet animal. L’ensemble des connaissances sur l’acte d’adoption ou d’achat y seront précisées. » Ce document sera disponible début 2021. La Fondation 30 Millions d’Amis voulait aller plus loin en imaginant un permis de détention d’un animal de compagnie.

Les animaleries pourront toujours vendre des animaux

 

Il faut que les sanctions soient dissuasives pour créer un électrochoc dans la pensée collective.

J. Denormandie - Ministre de l'Agriculture

Les animaleries restent soutenues par le ministre de l’Agriculture qui ne prend donc pas la voie de son voisin britannique ou de la Californie sur le sujet. « Les ventes ou adoptions d'animaux continueront de se faire dans des refuges spécialisés, des animaleries ou des foires dédiées à la vente d’animaux », a confirmé le ministre. J’estime que dans la mesure où vous avez un professionnel pouvant accompagner l’acheteur, cela limite le risque d’achat compulsif. De plus, le certificat de sensibilisation sera également obligatoire en animalerie. » La Fondation 30 Millions d’Amis regrette que les animaleries restent autorisées à faire commerce de l’animal, alors qu’elle en avait demandé l’interdiction.

Une charte avec la plateforme en ligne Leboncoin

De même, il sera toujours possible d’acquérir son animal à travers une plateforme en ligne. Seul changement, la mise en place d’une charte signée avec Leboncoin, dissociant les animaux de compagnie des objets : « Nous avons pris la décision d’encadrer cette vente, souligne le ministre. C’est pourquoi Leboncoin et les vétérinaires ont travaillé ensemble sur cette charte. » La Fondation 30 Millions d’Amis aurait espéré que le ministre aille bien plus loin en interdisant la vente d’animaux sur ces plateformes de vente en ligne ou par petites annonces sur les réseaux sociaux..

En revanche, comme l’avait demandé la Fondation 30 Millions d’Amis, un fascicule sur la protection animale pourrait être mis à disposition des milieux scolaires afin de sensibiliser sur l’abandon. Reste à déterminer à qui en sera confiée la conception.

Interdiction des ventes ambulantes et renforcement des sanctions

Dans son plan de lutte contre l’abandon, Julien Denormandie a décidé de mettre un terme aux « ventes de chiens et chats dans des camions ambulants ». De même, le ministre de l’Agriculture avance un renforcement des sanctions pour abandon. « Il est important que les sanctions soient dissuasives pour créer un électrochoc dans la pensée collective, estime-t-il. Je souhaite que nous puissions les renforcer. Un abandon est un acte de maltraitance tel qu’il est défini dans la loi. C’est l’un des points de la proposition de loi qui sera présentée par les députés de la majorité, très engagés sur le sujet. » Une peine de 3 ans d’emprisonnement sera notamment discutée (contre 2 ans actuellement). Un décret rendra par ailleurs le défaut d’identification des chats sanctionnable, ce qui n’était pas le cas actuellement. La Fondation 30 Millions d’Amis se félicite que le ministre prenne en compte sa demande de renforcement des peines.

Aide aux petits refuges et création d’un observatoire de la protection animale

 

Le temps des vœux pieux et des discours est révolu. Il est urgent que ceux qui nous gouvernent prennent des mesures concrètes.

Reha Hutin

Julien Denormandie a annoncé un financement de 20 millions d’euros pour renforcer les capacités d’accueil des structures prenant soin des animaux de compagnie dans le cadre du plan de relance. « Je voudrais saluer l’action de ces refuges, a lancé le ministre. C’est pourquoi nous allons destiner 14 millions d’euros pour le renforcement des infrastructures des refuges de petites tailles afin d’accroître leur capacité d’accueil. » 2 millions d’euros seront alloués à la création d’un Observatoire de la protection animale. « La réalité, c’est qu’il y a beaucoup plus que 100 000 animaux de compagnie abandonnés par an », tranche le ministre. On ne peut pas faire de politiques publiques si un observatoire ne nous guide pas. » 4 millions d’euros seront enfin destinés à la médecine vétérinaire solidaire « pour le soutien aux personnes démunies ».

Réactions contrastées suite aux mesures

Pour la Fondation 30 Millions d’Amis, certaines mesures comme le renforcement des peines ou le certificat de sensibilisation vont dans le bon sens. Il est toutefois à regretter que le gouvernement joue petit bras à l’encontre des animaleries et des plateformes de vente en ligne.

« Le temps des vœux pieux et des discours est révolu, réagit Reha Hutin, Présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis. Cela fait 30 ans que les organisations de protection animale sensibilisent et alertent. Il est urgent que ceux qui nous gouvernent prennent des mesures concrètes, affichent enfin une vraie volonté politique et du courage pour mettre fin à la détresse animale, même s’il faut en passer par des mesures coercitives et ne pas toujours avantager le profit et l’exploitation des animaux au détriment de leur bien-être. » Si certaines décisions peuvent être actées par voie réglementaire, la plupart des annonces de Julien Denormandie seront soumises au vote des députés et des sénateurs.

Commenter

  1. 10loups 27/12/2020 à 19:06:08

    Un certificat de sensibilisation, une charte et un Observatoire : du papier et du vent ! on voit bien que l'on n'est dirigé que par des ronds-de-cuir. Nous ne sommes pas gouvernés.

  2. kenzoamour 26/12/2020 à 10:35:36

    je n\'ai plus confiance aux hommes politiques ! la seule chose qui les intéressent c'est le pouvoir et l'argent ! alors que les animaux se sont les plus beaux êtres sur cette terre !!

  3. alagalopade@gmail.com 24/12/2020 à 10:46:20

    Prétendre lutter contre l'abandon de chiens et de chats sans interdire leur vente en animalerie ou par les particuliers suite reproductions ne rime à rien. Il faut aussi durcir les peines (amendes et peines de prison) pour les maltraitances et actes de cruauté de plus en plus nombreux,  et demander aux tribunaux de faire preuve de courage en appliquant les peines prévues par la loi, pas seulement des amendes ridicules, quand il y en a ! 

    Mais je crains un effet d'annonce avec des mesurettes totalement inefficaces, juste pour préparer les présidentielles 2022.

    Je salue néanmoins le courage et l'obstination de M. Loic Dombreval, qui se bat pour le bien etre et les droits des animaux de compagnie, de rente ou d'élevage . Merci à lui.

  4. phoenix35 24/12/2020 à 06:52:04

    Aucune réelle avancée pour lutter efficacement contre l'abandon...

     

  5. Maurin.séolane 23/12/2020 à 19:39:19

    QUE LE GOUVERNEMENT FASSE SON TRAVAIL!!!! QUE CROIT IL QUE LES ANIMAUX SONT FAIT DE PIERRES!!!!C EST UNE HONTE QUE LES SANCTIONS SOIENT SI.LEGERES ENVERS LES COUPABLES

  6. pouguy 23/12/2020 à 19:20:23

    pour moi ces annonces existent déjà, mais la justice ne les appliquent jamais quand on voit les peines qui sont données

  7. Bandy86 23/12/2020 à 17:27:10

    Rien de sûr comme d'habitude, tant que personne au gouvernement ne prendra conciense du bien être animal, on n'avancera pas.

  8. greanpeece 23/12/2020 à 17:24:49

    Et comme d'habitude rien ne change vraiment.  Qui va avoir enfin le pouvoir et surtout la volonté de faire changer les choses pour tous les animaux? 

  9. AID 23/12/2020 à 12:51:16

    De la com, de la com pour les futures élections puisque le sujet "monte" dans les préoccupations des français, si déjà les lois existantes étaient mises en œuvre ... de le com, du pipo quoi comme d'hab

  10. invariant 23/12/2020 à 11:44:14

    IL N'EST PEUT ÊTRE PAS INUTILE DE RAPPELER QUE LA LOI GRAMMONT ( PREMIERE LOI EN FAVEUR DE LA PROTECTION DES ANIMAUX EST DU.....2 JUILLET 1850 !.

    QU'A-T-IL ÉTÉ FAIT DEPUIS ? PRATIQUEMENT RIEN.

    SANS COMMENTAIRE.