Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Protection

The End ! L'Angleterre met fin à la vente de chiens et chats en animalerie

En interdisant la vente de chiens et chats en animalerie et dans les élevages industriels, l'Angleterre vient de faire un grand pas en matière de bien-être animal./©Adobe Stock-cynoclub

La loi de Lucy, en hommage à une chienne victime d'une usine à chiots au Pays de Galles, vient d'être adoptée en Angleterre (6/4/2020). Elle interdit la vente de chiens et chats en animalerie ou en élevage industriel et alourdit les peines contre les trafics. Un bond en avant en matière de bien-être animal outre-Manche, qui tranche avec l'inaction française dans ce domaine. 30millionsdamis.fr a contacté les instigateurs de ce projet, aujourd'hui devenu réalité.

« Lucy's Law is here ! » C'est avec une joie non contenue que les défenseurs de la cause animale en Angleterre applaudissent l'interdiction officielle de la vente de chiens et chats en animalerie après plusieurs années de travail. En cette période de tensions - y compris pour les refuges britanniques - causées par les conséquences dramatiques de la propagation du Covid-19, cette avancée est une bonne nouvelle. « Aujourd'hui est une étape importante pour le bien-être animal et une étape majeure vers la fin de l'élevage et de la contrebande cruels de chiots, a affirmé Zac Goldsmith, ministre de l'Environnement en charge du bien-être animal outre-Manche. [...] Je suis tellement heureux que nous ayons enfin cette législation cruciale qui aidera à lutter contre le terrible commerce des chiens et des chats par des tiers ». 

 

Aujourd'hui est une étape majeure pour le bien-être animal !

Zac Goldsmith - ministre britannique en charge du bien-être animal

Concrètement, la loi britannique met fin aux intermédiaires dans la vente des chiots et chatons. Toute personne souhaitant avoir un animal de compagnie devra solliciter un refuge pour animaux ou un éleveur déclaré responsable par l'autorité publique. Dans ce dernier cas, l'éleveur sera obligé d'élever les jeunes animaux avec leur mère et les garder dans des bonnes conditions. En outre, les sanctions contre les actes de cruauté seront alourdies, passant de 6 mois... à 5 années d'emprisonnement au maximum. 

A l'annonce de l'adoption de ces mesures, les défenseurs de la cause animale ont exulté, à commencer par le Dr Marc Abraham, fondateur de l'association « Pup Aid » et instigateur de la campagne « Lucy » depuis plusieurs années : « C'est une immense victoire pour le bien-être animal, réagit le vétérinaire pour 30millionsdamis.fr. Avec tous ceux qui ont défendu cette cause, nous sommes très heureux, fiers et un peu submergés par l'émotion ». « C’est une superbe nouvelle, renchérit Lucy Cooper, porte-parole de la RSPCA (Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals), interrogée par 30millionsdamis.fr. Au cours de la dernière décennie, nous avons traité près de 30 000 plaintes concernant le commerce illégal de chiots. Nos sauveteurs ont secouru des chiens dans des situations de cruauté inimaginable. Nous espérons que ces lois seront correctement appliquées afin que tous les chiens utilisés pour la reproduction et la vente mènent une vie heureuse et saine. Où leur bien-être sera plus important que les bénéfices. »

Lucy, symbole du combat contre les « usines à chiots »

Voir cette publication sur Instagram

I miss this face ????????????xx

Une publication partagée par Lucy The Rescue Cavalier (@lucytherescuecavalier) le

Ce progrès en matière de bien-être animal n'aurait pu être possible sans le tollé suscité par l'histoire d'une chienne du nom de Lucy, un Cavalier King Charles Spaniel qui donne aujourd'hui son nom à cette loi. L'animal avait été sauvé des horreurs d'une ferme à chiots au Pays de Galles, en 2013. L'exemple de cette pauvre chienne qui a passé une grande partie de son existence en cage a permis aux associations de protection animale de sensibiliser le grand public à la maltraitance. Lucy a perdu la vie en 2016, devenant le symbole du combat contre les « usines à chiots ». « Lucy était une chienne incroyablement courageuse et sa mémoire est honorée par cette loi si importante, se réjouit le Dr Marc Abraham. Nous estimons qu'environ 80 000 chiots sont vendus chaque années par l'intermédiaire de revendeurs tiers légaux. » 

Bien-être animal : France, où es-tu ?

 

Si le reste de l'Europe introduisait la loi de Lucy, cela ferait une énorme différence...

Dr Marc Abraham - Vétérinaire

Après la Californie, l'Angleterre montre donc l'exemple sur le continent européen. « Notre pays a pris les devants, se réjouit le Dr Marc Abraham. La loi de Lucy est le plus grand pas en avant pour mettre fin à l'élevage et à la contrebande de chiots. Pour la première fois, les éleveurs sont désormais responsabilisés. Le Pays de Galles et l'Écosse ont tous deux promis une loi identique, mais n'ont pas encore donné de date. Si le reste de l'Europe, voire le monde, introduisait à son tour la loi de Lucy, cela ferait une énorme différence pour la santé et le bien-être des chiots, des chatons, de leurs mamans... et des nouveaux maître ! »

Si outre-Manche, les progrès en termes de bien-être animal sont notables, en France, c'est... le contraire ! Après avoir établi une liste de promesses très décevante en janvier 2020, le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, s'est notamment prononcé contre une interdiction de la vente en animalerie renforçant ainsi le manque de confiance des Français envers le gouvernement sur cette thématique. Rien d'étonnant : Près de 6 Français sur 10 souhaitent la fin de la vente d'animaux en animalerie (Baromètre 2020/Fondation 30 Millions d'Amis-Ifop). Mais là encore, la volonté politique est absente.

Commenter

  1. Nala80 17/04/2020 à 20:05:43

    Bravo l'Angleterre et honte à la France et à ses politicards carriéristes à la botte des lobbys de la chasse, des filières de la viande et de la finance.

     

  2. mouchette07 17/04/2020 à 14:22:03

    Merci pour Lucy la France est donneuse de leçon pour la maltraitance Annimales les politiques de tout bord ne font rien. Ils vendent ds armes et font des courbettes aux gros capitalisme

  3. Krys35 16/04/2020 à 18:18:15

    Enfin une initiative intelligente. Quant à la France, qui a toujours un train de retard, on n'est pas prêt de voir ça malheureusement. Et oui, l'argent passe avant tout!!!

  4. invariant 15/04/2020 à 18:56:50

    Pour les animaux la FRANCE c'est un Pays du tiers monde et nos Gouvernants n'en ont même pas honte !

  5. nous pour eux 15/04/2020 à 18:54:04

    Super il faut que la France prenne exemple !

  6. théo 15/04/2020 à 17:11:43

    Bravo, que la France suive l'exemple "..............

  7. Ginou68 15/04/2020 à 16:41:41

    Que pouvons nous faire pour forcer les pouvoirs publics de prendre cette décision en France ? 

  8. pouguy 15/04/2020 à 16:18:48

    la france, elle s'en fout complètement de ça, pourvu que ça rapporte de l'argent le reste on s'en moque bien, pour beaucoup de choses on copie sur les idées de nos amis eurpéeens là on devrait faire pareil

  9. npagnard@gmail.com 15/04/2020 à 16:13:55

    Pour ce qui est des animaux, la France a le triste record des abandons. De plus, la maltraitance dans tous les domaines se compte à tous les niveaux. Espérer faire abolir toutes sortes de chasses et de piègeages, corridas, transports d'animaux à travers l'Europe , animaux sauvages dans les cirques et j'en passe, ressort de la naiveté. Ce n'est certainement pas le gouvernement actuel, encore moins M. Didier Guillaume, qui vont faire quoi que ce soit ! Quel tristesse.