Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Débat

Polémique autour de la captivité d’un ours polaire au Marineland d’Antibes

Les ours polaires peuvent changer de comportement lorsqu'ils sont en captivité, parfois dans des proportions inquiétantes / ©Andreas Ahrens - Flickr

Les images de Raspoutine en train de baver et de faire les cent pas dans son enclos au Marineland (06) provoque l’indignation. Une colère partagée par Rémy Marion et Nicolas Dubreuil, spécialistes des ours polaires. Le décryptage de 30millionsdamis.fr.

« Un ours polaire n’a rien à faire en captivité ! » Alors qu’une vidéo de l’association C’est Assez ! montrant l’ours Raspoutine en train de baver au sein du Marineland d’Antibes (Alpes-Maritimes) provoque la colère sur les réseaux sociaux, le débat autour de la présence de l’animal loin de sa banquise naturelle fait rage. Face à l’ampleur de la polémique, le parc azuréen du Marineland d’Antibes - qui n’en est pas à sa première controverse - affirme que le comportement du plantigrade représente « des signes de rut des mâles lorsqu’ils sont en saison de reproduction et en présence d’une femelle en chaleur » ; avant d’ajouter que sa mission « est de conserver et de protéger les espèces menacées... et non l’inverse. »

Les images de Raspoutine ont choqué les visiteurs du Marineland d'Antibes et les internautes.

« Un ours n’a rien à faire à Antibes »

Des arguments que Rémy Marion, éminent spécialiste de l’animal et auteur de plusieurs ouvrages, dont Géopolitique de l’ours polaire (Edition Hesse, 2015), réfute. « Pour moi, ce n’est plus un ours polaire, tranche le chercheur. Quand ils sont en captivité, ils deviennent névrotiques. De dire que c’est pour protéger l’espèce face au réchauffement climatique est un argument fallacieux. S’il naît en captivité, il n’aura plus aucun contact avec son milieu naturel. Un ours n’a rien à faire à Antibes ! » Un milieu artificiel non adapté à son espèce : « Quand il fait chaud, dans la nature il peut se glisser dans l’eau glacée ou dans une tanière creusée dans le permafrost » rapporte-t-il. Rien de tout cela n’est évidemment possible sur la Côte d’Azur... 

Un point de vue partagé par le spécialiste Nicolas Dubreuil qui a observé plus de 300 ours polaires en liberté : « C’est vraiment une hérésie d’avoir des ours polaires en captivité, qui plus est dans nos régions, lâche-t-il. Il est important de comprendre qu’en captivité, les animaux peuvent changer de comportement. »

« Un état de frustration extrême »

La bave qui écume de la gueule de l’ours polaire peut être une conséquence de la chaleur, de la nourriture ou effectivement un signe qu’il est en rut ; même si la période des amours tombe davantage au début du printemps qu’à l’amorce de l’été. Si tel devait toutefois être le cas pour Raspoutine à Antibes, son comportement n’en est pas moins inquiétant. « Le fait que la femelle Flocke ne puisse pas s’enfuir ou éviter le mâle en rut peut amener un stress immense aux deux animaux, explique Rémy Marion. Dans leur milieu naturel, la femelle peut décourager un mâle si elle est indisposée et se déplacer sur la banquise. Le mâle et la femelle ont besoin de se jauger. Il doit y avoir comme un jeu de séduction. En captivité, ils se trouvent dans un état de frustration extrême, et peu importe l’espace que le parc met à leur disposition. »

L’ours polaire, une manne pour les zoos

Si l’animal est tant prisé par les parcs zoologiques, c’est qu’il représente un véritable intérêt économique. Celui à en avoir fait les frais, c’est l’ours Knut, utilisé par le zoo de Berlin comme attraction commerciale... jusqu’à sa mort à 4 ans sous les yeux des visiteurs, en 2011. La manne des produits dérivés à son effigie ont rapidement donné envie à d’autres zoos de suivre cette voie. Dans son texte Pour que l’ours polaire ne soit plus la vache à lait des zoos, paru sur Le Huffington Post en 2015, Rémy Marion rappelle que « les femelles ne retrouvent leurs jeunes qu’à l’âge de 3 mois. Lorsque les oursons sont exposés au grand jour, c’est un déferlement médiatique, au point que de grands médias nationaux se font l’écho d’un événement purement commercial, comme pour l’arrivée d’un nouveau produit sur le marché. Quand l’ours a grandi, il est échangé ou vendu à une autre structure qui cherche à développer son activité ou renforcer son attractivité. »

Selon les derniers chiffres de 2017, la population mondiale de l’ours se situe entre « 25 000 et 27 000 individus », d'après Rémy Marion. Ils sont « 306 » à être exposés dans les parcs animaliers dans le monde comme Raspoutine et Flocke. La pétition de C'est Assez ! pour transférer en Suède les ours polaires maintenus en captivité est en ligne et a déjà obtenu plus de 66 000 signatures. 

Commenter

  1. AnneV 09/07/2018 à 11:20:39

    Avec ce gouvernement, N. Hulot qui perd ses cheveux à vouloir faire avancer les choses et l'attraction des "gros sous" au détriment d'animaux martyrs, même l'opposition de l'opinion publique les laissent indifférents. Que faire ? La révolution ?!!!!

  2. mohucle 08/07/2018 à 19:47:45

    Nous avons vu cet ours au marineland, il tournait en rond dans l'eau en effectuant toujours le meme mouvement de rotation, pendant des heures. Il etait comme dans un etat second. Il supporte visiblement mal sa captivité, et pas besoin d'être expert pour s'en rendre compte.

  3. oceanicor1@hotmail.fr 07/07/2018 à 01:03:26

    C'est lamentable ! Un ours polaire en pleine canicule ! Mookie, "les gens peu intelligents" n'auront jamais suffisamment de neuronnes pour comprendre leur i********. Cette pauvre bête est la victime de la bêtise humaine.

    Les organismes défendeurs des animaux peuvent-ils intervenir réellement ? Bien sûr, ils dénoncent et ont besoin de fonds pour lutter contre la barbarité, mais ce qui me révoltent c'est que beaucoup de gouvernements n'interviennent pas, eux-mêmes trop défendeurs de leur propre biens-être financiers. 

    En ce qui concerne les protections au niveau humain ou animalier, ce sont toujours les Associations qui interviennent. Les dirigeants s'en lavent les mains !

  4. mookie 05/07/2018 à 18:10:14

    quand les gens peu intelligent auront sufisamment de neuronne pour comprendre qu'un animal sauvage doit rester dans son milieu naturel. ils trouvent cela educatif pour leurs enfants !!!!!!!!

  5. ISA*24 05/07/2018 à 17:25:07

    Qu'on laisse vivre ce pauvre Ours Raspoutine dans son milieu naturel ou alors il faut que les conditions de vie soient adaptées en fonction de l'espèce de l'Animal afin de lui assurer une qualité de vie exemplaire.  

    C'est une HONTE, il faut respecter le bien-être de l'Animal ; cela devrait être beaucoup plus surveillé et réglementé.

  6. frimousse 05/07/2018 à 08:51:31

    Pauvre bête c'est absolument désolant !! Encore une fois c'est une histoire de fric... Tant qu'il y aura des a******** qui paieront l'entrée de tous ces parcs malsains,  on ne résoudra pas le problème. .. L'homme encore une fois le plus grand prédateur de l'animal !!!

  7. giselet8@orange.fr 05/07/2018 à 02:18:39

    Quand est-ce que les gens comprendrons que certains animaux sont à l'aise dans leur milieu naturel, pour les ours polaires, ils seront bien que dans le grand nord, d'autres espèces seront à l'aise que dans des pays chauds, humides etc... Quand je vois cet ours, tourner autour pour chercher un peu de fraîcheur, et bien croyez moi je souffre pour lui, il est tellement mal, il a de l'écume dans la bouche, ce n'est pas possible, les responsables de ces centres de m*****, pour faire du f*****, n'ont pas honte d'utiliser des animaux qui n'ont rien à faire à Antibes, je parles également des orques, dauphins phoques ou otaries, pitié pour eux !!!

  8. lety77 04/07/2018 à 20:40:26

    Evidemment qu'il faut sortir ce pauvre animal de MARINELAND, qui, de plus, n'a pas une super réputation en matière de traitement des animaux détenus !! Monsieur Nicolas HULOT qui a parcouru la planète aux frais de la chaîne TV qui le rémunérait, a peut-être une idée "écolo" pour ce sauvetage ???

  9. marc2608 04/07/2018 à 20:32:50

    Le marineland prétend protéger et conserver les espèces. Il faut leur rappeler qu'arracher une bête à son propre milieu n'est en rien conserver une espèce, ni la protéger, c'est en faire un animal de foire pour encaisser des entrées. La conservation ne s'envisage pour une bête que dans son propre milieu de vie.

  10. paul17 04/07/2018 à 18:37:52

    vous voyé bien que cette ours n'est pas a sa place il faut absolument le remettre dans son habitat naturel merci