Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Protection

En France, 1 chat sur 2 n’est toujours pas identifié et ce n’est pas sans conséquence !

Faire identifier son chat est essentiel pour pouvoir le retrouver s'il est perdu... même plusieurs années après ! ©Raul Varzar /unsplash

Avec 1,5 million de chiens, de chats et de furets ajoutés au fichier national en 2019 (+7,1 % vs. 2018, +15,2 % en 5 ans), l’identification des animaux de compagnie – par puce électronique ou tatouage – est en nette progression. Malgré cela, la moitié des chats présents dans l’hexagone ne sont pas identifiés, selon la société I-CAD. A l’occasion de la « semaine de l’identification » du 8 au 14 juin 2020, 30millionsdamis.fr rappelle en quoi cette procédure obligatoire est indispensable à la sécurité de nos compagnons. Aimer son animal, c’est aussi l’identifier.

L’identifier, c’est le protéger. La société I-CAD – qui gère le fichier national de l’identification des carnivores domestiques sous la délégation du Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation – recense environ 6 millions de chats, plus de 9 millions de chiens et près de 50 000 furets identifiés dans les foyers français, dont 1,5 million ont été enregistrés au cours de l’année 2019. Des chiffres qui ne tiennent toutefois pas compte des animaux non identifiés par puce électronique ou par tatouage : on dénombre en effet près de 13,5 millions de chats pour 7,4 millions de chiens en France (Facco, 2018). Ainsi, 1 chat sur 2 serait concerné par ce défaut d’identification... au risque de ne jamais pouvoir retrouver son foyer en cas de perte !

1 chat déclaré perdu toutes les 11 minutes

 

Assermenter vétérinaires et ONG de protection animale pour renforcer les contrôles et sanctionner les défauts d’identification.
Reha Hutin

L’identification des chiens et des chats est une obligation légale. Elle constitue également un précieux outil de protection pour l’animal : « L’identification est comme une laisse invisible qui relie toujours l’animal à son maître, [protégeant] ainsi la vie de l’animal en lui garantissant un bien-être fondamental : celui de retrouver son foyer », souligne Loïc Dombreval, Docteur vétérinaire, Député LREM. Or, en moyenne, un félin est déclaré perdu toutes les 11 minutes selon l’I-CAD ! « Beaucoup de ceux qui survivent, faute d’identification ou d’une identification actualisée, ne peuvent être rendus à leurs propriétaires. Ils viennent alors grossir les statistiques des fourrières et des refuges, poursuit le Président du groupe d’études « Condition animale » à l’Assemblée Nationale. Les moins chanceux seront euthanasiés, les plus chanceux seront adoptés. »

Alors, comment expliquer la réticence de certains maîtres à effectuer cette simple formalité ? « Beaucoup trop de nos compagnons ne sont toujours pas identifiés par négligence, pour certains, ou par sous-estimation des risques encourus, pour d’autres. L’exemple le plus classique est le chat d’appartement, non identifié puisqu’il "ne sort pas". Pourtant, nombreux sont [ceux] qui s’échappent du domicile, sautent ou tombent des fenêtres », explique le Dr Isabelle Pasquet, vétérinaire. Or, sans puce électronique ni tatouage, il s’avère très difficile – voire impossible – de retrouver leur famille !

« L'identification permet de lutter à la fois contre la perte, le vol et l'abandon. La Fondation 30 Millions d’Amis demande que les vétérinaires et les associations de protection animale soient assermentés afin de pouvoir renforcer les contrôles, et le cas échéant, sanctionner les défauts d’identification, indique Reha Hutin, Présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis. Ils sont les mieux placés pour effectuer ces vérifications absolument indispensables ! »

Gengal, Penthésilée, Volcan et les autres...

 

Nombreux sont les chats qui s’échappent du domicile, sautent ou tombent des fenêtres.
Dr Isabelle Pasquet, vétérinaire

Les exemples qui témoignent de l’utilité de l’identification pour nos compagnons ne manquent pas. Parmi les témoignages les plus touchants récemment recueillis par 30millionsdamis.fr, celui de Sandy, habitante de l’Oise, qui a pu retrouver son chat Gengal disparu 7 ans plus tôt lors d’un déménagement ; celui d’Alexandra, bouleversée par ses retrouvailles avec sa tendre Penthésilée échappée de sa caisse de transport quelques mois auparavant ; ou encore celui de Magalie, qui récupéré non seulement son fidèle Volcan mais aussi Cambouis, le chat de sa mère qui s’était volatilisé depuis plus de 4 ans. Pour faciliter les recherches d’animaux perdus, l’I-CAD a d’ailleurs mis en place l’application « Filalapat ». Accessible en ligne gratuitement, cet outil permet également, à l’approche des grands départs, de mettre à jour ses coordonnées (lieu de villégiature, ou nouvelle adresse en cas de déménagement).

Commenter

  1. virginie.vilcoq@gmail.com 10/06/2020 à 17:47:14

    Je suis de tout coeur avec vous.Serait il possible de recevoir votre nouvel autocollant contre l'abandon?

     Merci beaucoup

  2. Clairette2 10/06/2020 à 16:55:27

    J'ai perdu Miss Cat le 9 mars 2016 je ne l'ai jamais retrouvé (par ma faute, elle n'avait ni puce électronique ni tatouage que mes yeux pour pleurer) alors oui il faut absolument que nos animaux de compagnie puissent être identifiés - Aujourd'hui j'ai un autre chat qui possède une puce.

  3. Bandy86 10/06/2020 à 16:27:15

    A la maison tout le monde est identifié (3 chiens). Cela devrait être obligatoire, pour plusieurs raisons, cela responsabiliserai les propriétaires, cela permettrai de retrouver un mauvais propriétaire en cas d'abandon, et surtout cela permettrai d'éviter l'euthanasie d'un animal perdu qui espère retrouver ses maitres, qui quand ils aiment leur animal le recherche.

    Identification des chiens et des chats, et de tous les animaux obligatoire

  4. pouguy 10/06/2020 à 11:59:35

    ça devrait etre obligatoire, si ça l'est condamner ceux qui ne le font pas

  5. charbonnette 10/06/2020 à 11:55:08

    Les miens sont tatoués.

  6. nous pour eux 10/06/2020 à 09:58:02

    C'est immonde tout ce que l'on peut voir suite à la prolifération des chats, il faut vraiment que quelque chose soit fait ! Ces animaux n'ont pas demandé à venir au monde pour souffrir ou être maltraités. Mais beaucoup de personnes prennent des animaux par coup de coeur et après on les laisse vagabonder et là se fait la prolifération ! Et faire pucer voire même stériliser tout le monde n'en a pas les moyens voilà une réticence des maitres qui ne peuvent le faire il faut souvent reconnaitre et dire les choses comme elles se passent.... Merci à 30 millions d'amis pour tout leur dévouement !

     

  7. anonyme 10/06/2020 à 09:15:31

    C'est bien le problème de la prolifération sauvage des chats et qu'il va bien falloir régler en régulant cette population comme on aurait dû le faire par exemple pour les cormorans.

    j'ai toujours été surpris que des gens considèrent que défendre les animaux c'est laisser une espèce prédatrice proliférer au détriment de la sacro-sainte biodiversité.

  8. AnneV 08/06/2020 à 17:12:13

    Il y a toujours les sempiternelles lois mais comme rien ni personne n'est jamais contrôlé (vive la France !) cela ne sert à rien !!! Sans compter les plaintes pour maltraitances voire tortures que les animaux subissent et classées "sans suite" Il y a de qui s'arracher les cheveux non ?!!!!!