Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Biodiversité

Le pouvoir de protéger la biodiversité pour éviter les pandémies est entre nos mains !

A nous humains, de prendre nos responsabilités pour préserver toutes les espèces animales et leurs habitats. ©Adrien Favre /Adobe Stock

La biodiversité décline brutalement par vague. Cette conséquence des comportements humains - dévastatrice - est aussi responsable des pandémies. Pourtant, des moyens existent pour préserver les écosystèmes et limiter les risques de crises sanitaires. Interrogée par 30millionsdamis.fr, Hélène Soubelet, directrice de la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité, met en lumière des solutions qui devraient inspirer les autorités décisionnaires dans l'élaboration des politiques publiques.

« Risque imminent de pertes soudaines et graves de biodiversité » ! Sous l'effet du changement climatique, la biodiversité ne décline pas progressivement, mais par vagues de manière brutale (Nature, 08/04/2020). Seul le maintien du réchauffement climatique sous la barre de 2 degrés permettrait de préserver les écosystèmes et éviter les pandémies. Pour y parvenir, la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité (FRB) recommande quelques pistes pour (re)dessiner les contours « d'une nouvelle forme de cohabitation entre les humains et l'ensemble des vivants non-humains ».

1. Protéger les habitats naturels

« La fragmentation et la réduction rapide des habitats naturels qui génèrent un effondrement de populations animales et végétales (...) sont vraisemblablement à l'origine de la multiplication des zoonoses », rappelle la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité. D'un côté, parce que les animaux sauvages abritent plusieurs milliers de virus, la destruction de leurs habitats et la chute corrélative de leurs effectifs incitent ces virus à trouver un nouvel hôte à infecter : l'humain. De l'autre,  les espèces animales, privées de leurs habitats naturels, tendent à se rapprocher des Hommes ; or, la promiscuité facilite la transmission de pathogènes.

 

Une forme de cohabitation plus respectueuse des vivants non-humains devra être mise en place.

H. Soubelet - FRB

Dès lors, la protection efficace de la biodiversité - et de l'Humanité - implique d'accroître la surface d'espaces protégés, à travers la mise en œuvre de politiques ambitieuses de création et de renforcement des « aires protégées », terrestres et marines, où les activités humaines y sont restreintes, voire interdites. Celles-ci, qui protègent actuellement 15% de la planète, devraient, selon les scientifiques, couvrir au moins 30% de sa surface d'ici 2030. En dehors de ces espaces, il est tout autant indispensable de réduire rapidement et sensiblement les pressions sur la biodiversité, y compris dans les milieux agricoles et urbains. « Plus spécifiquement, la destruction des écosystèmes et donc des habitats de la vie sauvage résiduelle doit être impérativement stoppée », recommande la Directrice de la FRB.  

2. Préserver les espèces animales

« Les humains exploitent de manière très significative la faune sauvage pour leur alimentation ou les pharmacopées traditionnelles au prix, cette fois encore, de contacts multiples avec celle-ci (...) et d'une augmentation des risques d'émergence de zoonoses, rappelle la Fondation. Interdire définitivement tout commerce d'espèces sauvages s'avère donc indispensable. A cet égard, il importe « d'aider les pays les plus concernés à prendre la mesure de ces risques et à mettre en place d'une part, les moyens nécessaires au contrôle des réglementations et d'autre part, des modes de consommation et des filières de production alternatifs à ces pratiques », recommandent les scientifiques. Cette protection doit s'étendre aux animaux jugés « nuisibles » qui participent au bon fonctionnement des processus de régulation naturelle. En effet, les prédateurs contribuent à réguler les populations de rongeurs qui constituent souvent des hôtes de virus, tandis que les oiseaux charognards assurent l'élimination des carcasses d'animaux morts qui favorisent l'émergence de maladies. En France, la révision du statut « d'animaux susceptibles d'occasionner des dégâts » apparaît, à ce titre, essentielle. Dans les océans, « il faudrait que les processus de gestion durable de la ressource marine soient appliqués par les pays du monde entier, complète Hélène Soubelet. Les quotas de pêche eux-mêmes devraient être basés sur les meilleures connaissances disponibles et revus en tant que besoin ».

 

La destruction des écosystèmes doit être impérativement stoppée.

H. Soubelet 

Par ailleurs, la domestication animale a joué un rôle majeur dans l'émergence des pandémies. « La diversité génétique des animaux d'élevage a été fortement réduite au cours des dernières décennies, au travers d'un processus de standardisation de productions agroalimentaires et d'uniformisation des espèces : cela facilite aussi la diffusion de la maladie, ajoute Hélène Soubelet. Il existe des pratiques agricoles tout à fait compatibles avec la biodiversité, comme l'agroécologie, l'agroforesterie, la polyculture élevageIl faut les encourager et supprimer les aides à toute autre forme d'agriculture ». En septembre 2019, la Fondation 30 Millions d'Amis avait co-signé - avec près de 200 personnalités et organisations - l'appel de l'association L214 pour engager une transition agricole et alimentaire « vers une consommation essentiellement végétale, durable, saine, respectueuse de l'environnement, des animaux et des humains ».

3. Intégrer la biodiversité dans les politiques publiques

 

Les prochains grands rendez-vous mondiaux devraient être l'occasion pour les Etats de s'engager pour la biodiversité.

H. Soubelet

L'efficacité et la pérennité du traitement des urgences sanitaires et sociales supposent alors d'intégrer la préservation de la biodiversité, non pas seulement à la stratégie post-crise, mais aussi, plus généralement, aux diverses stratégies de développement (sanitaire, économique, urbanistique,...). « Cela implique qu'une aide financière internationale puisse être mobilisée pour permettre aux pays les moins développés d'assurer ce type de service, préconisent les chercheurs. Les prochains grands rendez-vous internationaux - que ce soit le congrès mondial de l'UICN ou encore la COP15 de la Convention sur la diversité biologique - devraient être l'occasion pour les gouvernements de s'engager fortement et effectivement en faveur de la biodiversité ». 

Seules une concertation multidisciplinaire et une harmonisation des réglementations, à l'échelle planétaire, permettront aux Etats d'ériger une stratégie efficace pour limiter le risque de crise sanitaire et environnementale d'une ampleur telle que celle que nous vivons actuellement.

Commenter

  1. capricorne50 22/04/2020 à 17:07:14

    fausse manoeuvre, désolée je parlais de ce couple dans le midi, j'ai vécu la même chose, mon pavillon était enclavé dans une réserve de chasse, des plombs tombaient à nos pieds quand nous étions dans notre jardin... cette pandémie n'est que le début notre cher gouvernement ne pense qu'aux profits, la nature, les animaux  la santé et le bien être des populations et des animaux ne rapportent rien, le profit avant tout ! si nos chers cols blancs font la sourde oreille aux avertissements des associations tels que L214, WWF, IFAW, la nature nous le fera payé très cher.

  2. capricorne50 22/04/2020 à 16:46:29

    J'ai vécu plus de 20 ans à la campagne (oise) et j'ai constaté depuis longtemps la desertification des oiseaux, des insectes dans nos campagnes, quant aux chasseurs ! honte à eux j'ai vécu la même chose que ce couple da

  3. AnneV 19/04/2020 à 18:05:57

    On y arrivera ! Pas les dirigeants actuels mais nous !!!!!!

  4. AnneV 18/04/2020 à 18:14:09

    Beaucoup de personnes, de chercheurs (biologistes) sont conscients de la disparitions des insectes, des oiseaux, de la biodiversité et de l'impact ravageurs qu'on la monoculture, les pesticides et les élevages intensifs. Le plus difficile va être de persuader nos chers dirigeants (USA, ASIE, EUROPE) Et là, c'est pas gagné !!!!!!! 

  5. Polluxopoil 18/04/2020 à 17:35:23

    la je vais être vulgaire, l'intelligence n habite pas forcément les cols blancs, pourtant en cette période de confinement lié au coronavirus, n'est pas le point de non-retour qui sonne à la porte mondiale ? a méditer et à chacun d'être convaincant et persévérant pour que notre environnement soit meilleur, à nos décideurs d'agir maintenant