Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Débat

Chiens brachycéphales en outre-mer : ce que proposent les compagnies aériennes

Les compagnies aériennes proposent des solutions restrictives pour permettre aux familles de rentrer avec leur animal brachycéphale en métropole. /@Adobe Stock - Georgiy

La Fondation 30 Millions d’Amis avait alerté sur le sort de nombreuses familles dans l’impossibilité de retourner en métropole avec leur animal brachycéphale depuis la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane. En cause, leur interdiction à bord des avions. Suite aux informations publiées par 30millionsdamis.fr, les compagnies Air France, Air Caraïbes et Corsair ont réagi et proposé des alternatives.

Kafkaïen ! Plusieurs personnes mutées en outre-mer qui avaient préalablement voyagé avec leur chien ou leur chat brachycéphale se sont retrouvées du jour au lendemain empêchées de rentrer en métropole avec leur animal. La raison ? L’interdiction des chiens à nez retroussé à bord des avions, décidée par les compagnies aériennes en Guadeloupe, Martinique et en Guyane depuis août 2019.

Air France va étudier « au cas par cas »

Après les témoignages de nombreuses familles en détresse sur 30millionsdamis.fr, les compagnies aériennes, qui jusque-là faisaient la sourde oreille, ont décidé de proposer des alternatives restrictives aux passagers victimes de cet imbroglio.

Première à réagir, Air France a listé ses conditions. « Afin de prendre en compte ces situations, Air France a pris la décision d’étudier, au cas par cas, l’acceptation au transport des animaux répondant aux conditions suivantes :
•    Races bouledogue, boston terrier et carlin ;
•    Pour un retour définitif, un trajet unique, pas de connexion intra-domestique ;
•    Transport de l’animal aller impérativement effectué sur un vol Air France (documents à nous fournir : dossier de réservation, numéro de LTA dans le cas d’un acheminement via le fret) ;
•    Le parcours retour devra être identique au parcours aller (connexion intra domestique interdite au retour) ;
•    Certificat vétérinaire de bonne santé autorisant son transport datant de moins de 1 mois et documents obligatoires au transport.
 »

Air Caraïbes et Corsair proposent à leur tour une issue

Dans la foulée, Air Caraïbes, qui avait dans un premier temps écarté toute solution depuis sa décision d’interdire les brachycéphales (1/10/2019), a fait machine arrière. « Nous entendons les nombreuses sollicitations à ce sujet, a écrit la compagnie en réponse au tweet de la Fondation 30 Millions d’Amis. Nous prenons à cœur les problématiques du transport des chiens brachycéphales. Nous rappelons que leur morphologie n’est pas adaptée au trajet en soute. De ce fait, nous proposons une solution sécurisée pour tous à savoir le transport en cabine. » Toutefois, le transport en cabine étant limité, 30millionsdamis.fr a demandé des précisions. « Le transport de chiens en cabine est effectivement limité à 7 kgs, concède la compagnie. Nous allons étudier les solutions de transport pour ces animaux, et nous nous rapprocherons des passagers concernés en temps voulu. » À suivre, donc.

Enfin, Corsair accordera « une dérogation exceptionnelle aux passagers pour leur vol "retour", suite à une mutation professionnelle et pour les clients partis avec leurs chiens avant la mise en place de l’interdiction soit en octobre 2019 ». Un transport de l'animal à l'aller aura été réalisé avec cette compagnie et un certificat vétérinaire de bonne santé datant de moins d'un mois sera demandé.

La Fondation 30 Millions d’Amis restera vigilante pour que ces paroles se traduisent bien en actes.

Commenter

  1. pouguy 17/01/2020 à 19:57:33

    un animal n'est pas un objet donc ne doit pas etre fabriqué, c'est du n'importe quoi pour des gens capricieux

  2. Potironne 15/01/2020 à 21:34:51

    Il faudrait aussi arrêter de "fabriquer" des animaux selon notre bon plaisir. Ces pauvres chiens ont du mal à respirer, d'autres races ont des problèmes cardiaques . Et que dire de ces bergers allemands difformes à force de les sélectionner avec l'arrière train de plus en plus bas. Toutes ces pauvres bêtes font peine à voir . Les animaux ne sont pas des objets que l'on peut déformer à sa guise !