Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Protection

Paris interdit les cirques avec animaux sauvages. Et si ça changeait tout ?

Paris prend une décision forte en annonçant ne plus accorder d'installation de cirques avec animaux sauvages. / ©Flickr-ParisTouristcom_4999

La Mairie de Paris a annoncé ne plus délivrer d’autorisation d’installation aux cirques avec des animaux sauvages. De surcroît, le Conseil de Paris délibère autour d’un partenariat avec les circassiens pour une transition de trois ans. Près de deux ans après son vœu, la Mairie franchit une étape symbolique et promet d’accompagner les circassiens. La Fondation 30 Millions d’Amis se réjouit de ce nouveau pas vers un cirque sans animaux sauvages, qui pourrait s’avérer décisif au niveau national.

C’était il y a 2 ans. Paris faisait timidement le vœu d’être une capitale sans animaux sauvages dans les cirques. Une déclaration d’intention louable… mais floue, sans calendrier ni mesures précises. Anne Hidalgo, la maire, renvoyait à l’époque à l’État la responsabilité de les interdire au niveau national. Mais les atermoiements du gouvernement en la matière auront conduit l’édile à prendre les devants. On ne pourra donc (bientôt) plus voir d’animaux sauvages de spectacles itinérants sous un chapiteau à Paris : le Conseil de Paris, s'apprête à interdire l’exploitation des animaux sauvages dans les cirques à partir de 2022. La Mairie de Paris financera des mesures de reconversion pour accompagner les circassiens jusqu’à l’échéance. 

 

Nous ne délivrerons plus d’autorisation d’installation pour les cirques exploitant des animaux sauvages.

Pénélope Komitès, adjointe à la maire de Paris

« Nous ne délivrerons plus d’autorisation d’installation pour les cirques exploitant des animaux sauvages, affirme Pénélope Komitès, adjointe à la maire de Paris chargée des espaces verts, de la nature et de la biodiversité, contactée par 30millionsdamis.fr. Au regard de l’évolution sociétale, cette décision fait sens. Nous avons énormément discuté avec toutes les parties sur les alternatives. Nous allons aider les circassiens pour cette reconversion sur trois ans. Les discussions avec le gouvernement et les ministres successifs n’en finissaient pas. Au bout de tout cela, je crois que nous avons une bonne proposition. » Dès janvier 2020, la Mairie précisera le calendrier et les modalités des mesures d’accompagnement des circassiens. « Dans les faits, seul le cirque Arlette Gruss serait concerné à l’hiver 2020-2021. En effet, Bouglione est propriétaire de son lieu (cirque d’hiver) et Bormann a un titre d’occupation durable dans le 15e », précise la Mairie de Paris. Des aides financières pour « faire perdurer le cirque traditionnel » en échange de la fin de l’exploitation des animaux sauvages sont dans les tuyaux. Pour le moment, les cirques Bormann, Bouglione et Arlette Gruss n’ont pas souhaité s’engager à court terme, attendant « une décision du gouvernement. »

Une décision capitale

 

Les planètes s’alignent, il y a un changement de l’opinion publique qui influe sur les politiques.

Cédric Villani (LaREM)

De même, la décision ne s’applique qu’à Paris intramuros ; les autres villes de la région Île-de-France ne sont pas impactées. « Cette décision, bien que longue à venir, est particulièrement symbolique et nous aide dans notre campagne commune pour une interdiction nationale, se réjouit Alexandra Morette, présidente de Code Animal, association avec laquelle la Fondation 30 Millions d’Amis a adressé aux 35 300 maires de France un rapport explosif sur les maltraitances subies par les animaux de cirque. Le fait que la capitale prenne ainsi position donne du poids. Si eux peuvent le faire, tout le monde le peut. Paris serait ainsi vue comme un terrain d’expérience en vue d’une loi nationale. »

La question de l’interdiction des cirques avec animaux sauvages va bien au-delà des clivages politiques. « Je suis très heureux que cela aboutisse, réagit Cédric Villani (LaREM), député de l’Essonne et candidat à la mairie de Paris pour les municipales 2020. Les planètes s’alignent et nous voyons bien qu’il y a un changement de l’opinion publique qui influe sur les politiques. Cela participe à faire prendre conscience de ce qui n’est pas acceptable. »

Pour Loïc Dombreval, député des Alpes-Maritimes, « il y a une tendance de fond pour en finir avec la présence des animaux sauvages dans les cirques ». Le président du groupe Condition animale à l'Assemblée nationale « imagine parfaitement les cirques sans animaux sauvages ». Vétérinaire lui-même, il a rappelé sur Sud Radio au micro de Valérie Expert que « la Fédération européenne des vétérinaires a dit dès 2015 que la captivité dans les cirques était incompatible avec les besoins physiologiques des animaux sauvages ». 

Et maintenant, une loi nationale !

La capitale devient ainsi la 387e commune à rejeter les cirques avec animaux sauvages. Avant Paris, quelques grandes villes ont déjà pris cette décision, comme Strasbourg et Montpellier. Dans la région Île-de-France, 12 villes se sont prononcées pour l’interdiction (Combs-la-Ville, Lagny-sur-Marne, Esbly, Lieusaint, Saint-Arnoult-en-Yvelines, Vigneux-sur-Seine, Mennecy, Viry-Châtillon, Yerres, Ivry-sur-Seine, Fontenay-sous-Bois et Choisy-le-Roi).

Si le choix de Paris représente une étape particulièrement symbolique, c’est au Ministère de la Transition écologique d’agir afin d’établir une interdiction nationale. 67% des Français sont favorables à une interdiction de la captivité et de l’exploitation des animaux sauvages dans les cirques (sondage Fondation 30 Millions d’Amis/Ifop, 2019) et la pétition lancée par la Fondation pour des cirques sans animaux sauvages a déjà recueilli plus de 313 000 signatures.

Commenter

  1. Bandy86 22/11/2019 à 02:40:09

    Et bien c'est un peu mieux, pour une fois qu'elle prends un décision correcte celle là !!!! mais pourquoi attendre encore des années ??? il faut que ce soit tout de suite, les animaux ne sont pas des jouets que l'ont exploitent dans les cirques.

  2. chatmama 20/11/2019 à 18:48:03

    Pourquoi attendre 2022 le temps de la reconversion des circassiens ? Pénélope Komitès, adjointe à la maire de Paris chargée des espaces verts, de la nature et de la biodiversité, le dit :"Pour le moment, les cirques Bormann, Bouglione et Arlette Gruss n’ont pas souhaité s’engager à court terme, attendant « une décision du gouvernement."

    Donc ce n'est pas sûr car encore il ya  des attermoiements.  Ne faisant plus confiance aux élus-ues, je me déciderai pour qui je vote aux minicipales dans l'isoloir.

  3. chounette38402 20/11/2019 à 09:01:13

    Bonjour à tous,

    C'est une très bonne décision pour les animaux sauvages et je dirai même Enfin ! Par contre, j'espère qu'ils n'utiliseront pas plus les animaux domestiques comme les chevaux, chiens, chats....

    De toute façon les numéros les plus ennuyeux au cirque sont ceux avec les animaux sauvages.

    Courage, peut-être que l'homme peut devenir aussi intelligent que les animaux.

  4. malitorne 19/11/2019 à 18:16:55

    doux rêveur, aucune écoute des dirigeants qui une fois dans leurs circonscriptions plient devant les lobbys; et surtout si par miracle cette interdiction généréale arrivait, a-t-on pensé aux structures d'accueil de tous ces animaux ? non bien sûr, il y a TONGA pour les fauves mais ce n'est pas extensible à merci et les infrastuctures coûtent une fortune, et les éléphants, il y a dans la sarthe je crois une association pour leur accueil mais les fonds manquent, alors que fait-on ? de toutes ces pauvres bêtes exploitées et pour certaines agées ? c'est une misère silencieuse hélas

  5. Clairette2 19/11/2019 à 17:49:18

    Nos politiques du blablabla !!!!! Déjà si tout les maires de France avaient le courage de refuser l'entrée dans le leur ville aux cirques avec des animaux ce serait un grand pas - Mais peu d'entre eux osent le faire, manque de courage !!!!!

  6. lety77 19/11/2019 à 16:29:26

    UN GRAND BRAVO à la Mairie de Paris pour cette belle décision !

    A QUAND UNE LOI INTERDISANT LES ANIMAUX DANS LES CIRQUES ?

     

  7. Millymagdalena 19/11/2019 à 15:56:58

    C'est une très bonne nouvelle ! Puissent toutes les villes françaises en faire autant ! Toutefois que vont devenir tous les pauvres animaux actuellement détenus par les circassiens ? Ont-ils été recensés ? Leurs propriétaires n'auront ils pas la solution de les laisser "mourir" dans un coin comme l'ours Michka ou pire, leur tirer une balle dans la tête ? Ceci est pour moi très préoccupant !

  8. nous pour eux 19/11/2019 à 13:18:48

    C'est une très bonne initiative de la part de la Mairie de Paris de ne plus délivrer d'autorisation d'installation aux cirques avec des animaux sauvages.

    Ils faudrait que beaucoup d'autres Maires prennent les même initiatives afin de mettre fin à tout cela ....

  9. kenzoamour 17/11/2019 à 20:27:54

    PLUS DE CIRQUES AVEC DES ANIMAUX !

  10. lotus2003 14/11/2019 à 21:06:39

    c'est déjà un grand pas, mais pas assez. il faut que les députés et les maires prennent conscience que c'est pas une vie pour ces animaux, ils sont prisonniers et maltraiter et celà va jusqu'à la mort de l'animal. dans le Loire et Cher, il y a un cirque où il y a 3 ours et d'autres animaux. il faut les sauver.mais malheureusement, un ours est mort a cause de toute la maltraitance qu'il a subit. pourtant beaucoup de personnes savent et n'ont rien fait. c'est triste mais surtout cruel