Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Culture

Fabien Wohlschlag : « La faune sauvage, un monde aussi fragile que magnifique »

Fabien Wohlschlag capture la sensibilité des animaux sauvages. / ©FabWildPix

Grâce à son talent, tant artistique que pédagogique, le photographe et cinéaste animalier Fabien Wohlschlag sensibilise le public à la protection de la faune sauvage. Le travail de FabWildPix – son nom d’artiste – révèle toute la sensibilité de ces animaux. 30milliondamis.fr a recueilli ses confidences.

Cliquez pour agrandir les photos. ©FabWildPix

« Par mon travail, j’espère mettre en lumière un monde aussi fragile que magnifique », s’émeut Fabien Woshlschag. Une mission réussie ! Pour s’en convaincre, il suffit de contempler ses photographies : la magie qui s’en dégage montre la beauté de la vie sauvage. Mais FabWildPix ne s’arrête pas là, il réalise également des reportages pour la télévision suisse ou sa chaîne YouTube. Grâce à sa pédagogie et à son humour, il s’efforce d’améliorer nos connaissances sur les animaux, leur mode de vie et leur comportement pour nous sensibiliser à leur respect.

Une faune passionnante… mais discrète

Fabien Wohlschlag, passionné de nature ©FabWildPix

« Depuis tout petit, je suis fasciné par les insectes, la faune sauvage, mais aussi les animaux de compagnie, se souvient-il. Mon goût pour l’image est venu plus tard, grâce à ma sœur photographe ». A l’âge de 19 ans, Fabien est recruté pour mener des expéditions, d’abord derrière la caméra, puis derrière l’objectif. « C’est une dizaine d’années plus tard que j’ai pu concilier toutes ces passions en investissant pour immortaliser la vie des animaux », se réjouit-il.

« Mes vidéos et photographies ont vocation à montrer ce que les gens ne voient pas. Renards, castors, blaireaux, ou encore, tétras lyre… Tous les animaux sauvages de Suisse, de France et de Belgique composent une faune passionnante mais discrète », explique F. Wohlschlag. Avant une expédition, le réalisateur se renseigne beaucoup sur l’espèce qu’il entend observer. Le jour J, il part en repérage, sans son matériel, pour étudier en toute quiétude les animaux, leurs habitudes et leurs lieux de passage. « J’essaye de me faire oublier. Parfois, j’ai conscience que je peux les déranger. Heureusement, les animaux sont tolérants et me laissent les regarder vivre dans leur milieu paisible ! », confie-t-il.

S’armer de patience

 

Dans mon métier, la rencontre avec un animal, c’est la cerise sur le gâteau !

FabWildPix - Photographe vidéaste

Pour capturer la sensibilité d’un animal, encore faut-il s’armer de patience. « En principe, j’attends sa venue 4 à 6 heures mais il est arrivé que je patiente 2 jours consécutifs avant de l’apercevoir, s’exclame Fabien. Parfois, l’animal ne se montre pas. Avec Julien Donzé – dit le Grand JD – nous sommes partis plus d’une semaine dans les montagnes du Jura afin d’observer un lynx boréal… en vain ! Pour photographier un cerf au petit matin, au bord d’une rivière, en période du brame, je comptabilise déjà 360 heures d’affût ! ».

Mais le réalisateur ne perd pas espoir. Et lorsqu’il n’atteint pas son objectif, l’enchantement n’en est pas moins fort : « Être dans la nature, c’est déjà un grand bonheur ; chaque expédition me ressource. La rencontre avec un animal, c’est la cerise sur le gâteau ! », sourit-il.

Une connexion entre les animaux, la nature et les humains

Si chacune de ses photos a sa propre histoire, certaines transmettent des messages particuliers : « Je suis très sensible à celle montrant les bois d’un cerf qui ne font qu’un avec les arbres qui l’entourent. Cette image reflète la connexion entre les animaux et la nature, confie Fabien. Celle de renardeaux sous la lumière d’un lampadaire représente, quant à elle, la proximité des animaux avec les humains ».

Un jour, alors qu’il guettait le castor avec le Grand JD, FabWildPix a tenté de secourir un rongeur qui se noyait. « Les rapides étaient trop violents, je n’ai pas pu le sauver, se souvient-il. Dans une telle situation, j’analyse les priorités. En général, je laisse faire la nature mais j’interviens si l’animal s’est retrouvé, seul, en danger de mort ».

Si le cinéaste prend des risques, il ne s’est pour autant jamais senti menacé par un animal sauvage : « Il est essentiel d’apprendre leur langage pour comprendre leurs réactions. C’est à nous, humains, de nous intégrer à cet univers fragile mais puissant, dont dépend notre survie ».

Commenter

  1. pouguy 18/09/2019 à 18:37:50

    on bétonne partout, on construit des lotissements à gogo, on agrandit les autoroutes, on contruit d'autres aéroports tout cela sur le territoire des animaux qui eux ne demande qu'à vivre et avoir la paix.

  2. lilinuchette 17/09/2019 à 17:24:33

    hélas Cuba ne ressemble pas à la carte postale avec plages magnifiques et ciel bleu ! il y a beaucoup de malheur animalier sur cette île, si on veut bien ouvrir les yeux !bravo aux cubains courageux qui veulent changer les choses !

  3. lilinuchette 17/09/2019 à 17:19:09

    merci à "30 millions" qui combat sur tous les fronts, cherche à aider les animaux de compagnie mais aussi la faune sauvage, cherche aussi à améliorer le transport des vaches et veaux, etc.....Bravo !

  4. Urushi 17/09/2019 à 16:54:21

    Bravo à ce Monsieur, ses photos sont belles et pleines de poésie et de coeur.

     

  5. lotus2003 13/09/2019 à 23:02:11

    les animaux sont magnifiques, il suffit que je les regarde vivre pour que ma vie soit remplie de bonheur