Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Revue de livres

Le grand pas des paysans

Le grand pas des paysans, Claude Herbiet

Le grand pas des paysans, Claude Herbiet, Editions Claude Herbiet, 30 Euros

Le grand pas des paysans
Claude Herbiet
Editions Claude Herbiet

 

D'un époque à l'autre, la grande transition agricole...

Encore enfant, Claude Herbiet voulait être agriculteur. Il s'ennuyait à l'école et rêvait de grands espaces. Il a réaliséson voeu et, dans cet ouvrage, il témoigne de cette formidable révolution que la filière a connue entre 1950 et 1970. Sans nostalgie, sauf peut-être celle du bruissement de la campgne provoqué par les hommes et les animaux, couvert aujourd'hui parle vrombissement des moteurs. Et aussi ce moment, teinté encore d'amotion, celui des larmes versées par de nombeux cultivateurs en se séparant de leurs animaux de traits, boeufs et chevaux, leurs fidèles compagnons de labeur. L'auteur se souvient aussi de cette vie dure, ingrate et difficile du paysan de cette époque. Loin du roman, l'auteur entraîne le lecteur dans une tranche de vie qui est un constat lucide, humaniste et réaliste, évoquant ce grand chambardement, cette machine qui s'est emballée trop vite sasn penser à terme aux problèmes humains, environnementaux et écologiques qui en résultent. Poète à ses heures, toujours sensible et amoureux de la nature et de la vie, l'ami Calude avait souvent troqué la fourche pour l'appareil photo. D'où la découverte de belles, émouvantes et parfois insolites images d'une vie aux antipodes de celles d'aujourd'hui.

Commenter

  1. Flaurentine 18/04/2009 à 14:54:47

    Je vais le lire c'est sûr. Fille et petite fille de paysans, je me rappelle du gros matou marron assis près de mon grand-père qui attendait qu'une grosse main rugueuse se pose sur sa tête ou de mon père qui se retournait brusquement les yeux mouillés pour ne pas voir s'éloigner le camion emportant son taureau devenu trop vieux ... Pourtant il fallait bien tuer le cochon ou saigner les poulets mais personne n'aimait ça ... et moi il fallait me prévenir pour que j'ai le temps de m'éloigner très loin ...Une famille de paysans comme beaucoup d'autres, pargagée entre nécessité et amour des animaux...Dur compromis....