Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Maltraitance

Les combats de coqs, "drôles" ?

Les combats de coqs, "drôles" ?

Photo : © tanawaty - Fotolia.com

La Fondation 30 Millions d’Amis est perplexe après la diffusion d’un reportage consacré aux combats de coqs dans "La Nouvelle Edition" sur Canal Plus. Elle remercie Bruno Gaccio pour sa prise de position sans équivoque contre ce spectacle cruel.

La présentatrice - Anne-Elisabeth Lemoine - lance son reportage comme on annoncerait un sujet sur la fête du chocolat. Mais c’est d’un tout autre thème dont il s’agit : les combats de coqs, qui consistent à faire s’affronter deux gallinacés préparés à des combats dont les seules issues sont la mort ou les mutilations. On y découvre la passion d’un petit garçon nommé Charly, qui « se bat pour faire vivre une tradition locale ». Aucune référence aux blessures infligées aux volatiles, pas plus qu’aux conditions d’élevage particulièrement décriées de ce « sport ». Sur le plateau de « La Nouvelle Edition » de Canal +, ce jour-là (19/2/14), applaudissements du public et sourires de la présentatrice et de certains chroniqueurs, sont de mise.

Un spectacle « ignoble »

Il faut attendre la fin de la séquence et l’intervention de Bruno Gaccio, humoriste et  chroniqueur récurrent de « La Nouvelle Edition » pour que l’horreur soit enfin dénoncée : « Quand l’être humain se sert de la cruauté entre deux animaux pour son propre plaisir, même si c’est une tradition, ça m’agace, explique-t-il. […] Je veux que vous sachiez qu’autour de cette table, tout le monde ne ricane pas quand deux animaux se bagarrent ». Le journaliste Ariel Wizman dénonce pour sa part un spectacle « ignoble ». Aujourd’hui, les combats de coqs sont en effet interdits en France, sauf « dans les localités où une tradition ininterrompue peut être établie » en vertu de la loi du 8 juillet 1964. Partout ailleurs, cette activité est considérée comme un acte de cruauté, et passible d’une peine pouvant aller jusqu’à 30 000 euros d’amende et deux ans de prison (article 521-1 du Code pénal). C’est cette même exception à la loi qui autorise les corridas dans certaines régions.

La Fondation 30 Millions d’Amis déplore dans le traitement de ce sujet par Canal + une véritable banalisation de la violence commise envers les animaux, à l’heure où les actes de maltraitance - parfois commis par des très jeunes adolescents - semblent se multiplier. 

>> Voir l'intervention de Bruno Gaccio