Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Témoignage

Le dernier homme de Fukushima

Le dernier homme de Fukushima

Antonio Pagnotta

Résumé

Ce récit est l'histoire d'un homme exceptionnel, l'histoire vraie d'un personnage de légende. Tel un rōnin, un samouraï sans maître, Naoto Matsumura, a refusé en mars 2011 d'évacuer la zone interdite autour de la centrale explosée de Fukushima. Malgré le tsunami et l'apocalypse nucléaire, malgré les réacteurs qui, deux ans après, continuent de cracher de la radioactivité, il a choisi de rester sur la terre de ses ancêtres, dans sa ferme, auprès des quelques animaux encore vivants. Il est aujourd'hui le dernier habitant de Fukushima. Pourquoi un tel choix ? Cet acte de résistance vise non seulement à manifester la colère du fermier face à Tepco, le géant de l’industrie nucléaire, mais aussi à préserver son honneur en refusant le sort fait aux habitants évacués des zones contaminées, condamnés à l'errance aujourd'hui et demain aux maladies certaines, pour finir tels des parias. Dans son combat, Matsumura porte toute l'humanité de celui qui refuse de se soumettre à la bureaucratie, à la finance et au lobby nucléaire dont les choix sont d’abord économiques : sauver le pays de la faillite à n’importe quel coût humain, y compris le sacrifice des enfants. À travers les gestes et les mots de Naoto Matsumura, c'est aussi le Japon des religions et des philosophies ancestrales qui s'exprime. Le lien de l'homme avec la nature, le respect et le soin qu'il doit aux pierres, aux plantes comme aux bêtes font de Matsumura bien plus qu'un militant écologiste : il incarne la lutte de la terre contre le nucléaire, le jour après l’apocalypse.