Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Faune

L'interdiction définitive du finning ne sauvera pas les requins

L'interdiction définitive du finning ne sauvera pas les requins

Photo : © James Thew - Fotolia.com

La méthode barbare du finning vient d’être définitivement interdite en Europe. La Fondation 30 Millions d’Amis déplore que cette mesure ne soit pas appliquée dans tous les pays.

Le Conseil des ministres européens a validé une réglementation adoptée par le Parlement européen : à une écrasante majorité - seules 47 voix ont voté contre, sur 566 pour et 16 abstentions - celui-ci avait mis fin, une bonne fois pour toute au finning, pratique cruelle consistant à découper des ailerons de requins à bord des navires de pêche avant de rejeter les corps agonisants à la mer (22/11/12). Une méthode barbare, en réalité interdite depuis 2003 sur tout le territoire européen, à l’exception de l’Espagne et du Portugal grâce à des dérogations. Ces deux pays devront désormais se conformer à la règle générale et être en mesure de présenter le corps du requin pour chaque paire d’ailerons prélevée ; une procédure qui devrait ralentir la surpêche, dangereuse pour la survie de l’espèce. « Au rythme de 200 millions de requins pêchés par an dont 73 millions pour les ailerons, nous pouvons parler d’une espèce très menacée » précise Louis Bériot, fondateur de la plate-forme multimédia « Planète sacrée » et auteur de l’ouvrage Ces animaux qu’on assassine (Ed. du Cherche-Midi).

« Mesure dérisoire »

Le destin du requin ne sera malheureusement guère bouleversé par le vote du Parlement européen. Et ce malgré l’urgence de la situation : aujourd’hui, 180 espèces de squales sont menacées, et une trentaine est en voie de disparition. Un drame pour la biodiversité, puisque le requin, par son rôle de super prédateur, contribue à l’élimination de maladies et à la régulation des espèces qui peuplent les océans du monde.

Cette interdiction ne concerne en effet que les eaux des pays de l’UE. Les autres pays continueront à massacrer les requins en toute impunité : « L'Inde et l'Indonésie attrapent à eux seuls deux fois plus de requins. En tout, 85 pays pêchent le requin dans le monde », explique Louis Bériot : « Ce vote n’interdit pas la pêche aux requins, ne définit aucun quota. C’est donc une mesure limitée, symbolique et dérisoire ».

Responsabilité des consommateurs

Or le marché asiatique est le premier responsable de ce massacre qui perdure depuis des dizaines d’années sans que les associations de protection animale ne parviennent à se faire entendre. « La consommation des ailerons de requins est progressivement devenue un signe extérieur de richesse » explique Louis Bériot. C’est donc aux populations qu’il faut aujourd’hui s’adresser afin de leur faire prendre conscience de leur responsabilité. Et contrairement à une idée répandue, les Asiatiques ne sont pas les seuls concernés : « A Paris également, de nombreux restaurants proposent des ailerons, et il devient urgent de les boycotter » selon L. Bériot.

Pour cet écologiste, la décision européenne ne devrait en rien améliorer le sort des requins : « L’Europe a déjà interdit la vente de peaux de phoque. Le résultat, c’est que le Canada vend deux fois plus de peaux à la Chine qu’auparavant » rappelle-t-il. Au-delà des lois et des interdictions supplémentaires, l’Union européenne ne devrait-elle pas faire pression sur ses partenaires pour que les animaux soient protégés de la même façon quel que soit le lieu où ils se trouvent ?

Commenter

  1. Gustavia 11/12/2012 à 12:55:18

    Il faudrait relire la réglementationeuropéenne telle qu'elle a été votée le 22 novembre dernier : La découpe des ailerons de requin est désormais strictement interdite à bord de tous les navires de pêche européens, et ce dans toutes les mers du monde; L'Europe est le plus gros pêcheur du monde, et également de requins juste après l'Indonésie; d'ailleurs 1/3 du marché des ailerons de Hong Kong, la plaque tournante de ce commerce, est approvisionné par l'Espagne! De quoi comprendre l'énergie dépensée par l'Espagne et le Portugal pour empêcher cette interdiction. Le plus gros problème maintenant est de contrôler qu'il n'y ait pas de débarquements illicites dans de lointaines contrées. Rien n'est parfait ni facile dans ce monde avide. Mais ce n'est pas une mesure dérisoire, malgré ce que vous en dîtes.

    Bien sur, il faut protégéer une par une les espèces de requin menacées, et pour cela obtenir les certitudes scientifiques permettant aux Etats du monde de prendre des mesures, oiu au moins à la CITES d'en interdire le commerce. Bonne chance! Avec 500 espèces répertoriées, c'est le tonneau des danaïdes. Cette mesure contre le finning, elle, touche TOUTES les espèces. Alors réjouissez-vous un minimum... 

  2. Janseba75 11/12/2012 à 12:35:16

    Celà me rend si triste, si impuissant.

    Je me demande pourquoi tant de cruauté gratuite et tant d'indifférence. Ce sont des êtres vivants tout comme nous! De quel droit on accepte un tel comportement. Nous ne sommes cette espèce supérieure pour laquelle nous nous prenons!

  3. Didinne 11/12/2012 à 10:12:53

    Merci à la fondation qui a réussi un nouvel exploit, en faisant voter cette loi.

    Mais sera-t-elle bien respectée? Et surtout, seront-ils bien punis les récidivistes...

    Ces pauvres Animaux doivent souffrirent le martyre, et en plus ne pouvant plus nager, ils doivent mourrir noyer, ce qui est un comble pour un Requin...