Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Vacances

Partir avec son rongeur : ce qu’il faut savoir

Partir avec son rongeur : ce qu’il faut savoir

Photo : © Magalice - Fotolia.com

Il est parfois difficile de se séparer de son hamster, son rat ou sa souris, y compris pour une courte période. Quelques précautions sont cependant nécessaires pour lui assurer des conditions de transport optimales. 30millionsdamis.fr fait le point pour que les vacances soient les plus agréables possible.

Les changements d’habitude représentent un grand bouleversement pour votre petit compagnon. La vigilance s’impose donc tout au long du voyage et ce quelque soit le mode de transport : soyez particulièrement attentif aux bruits qui pourraient le surprendre et l’apeurer.

Le stress, principal danger

S’il voyage dans une cage de transport - les animaux de moins de 5 kg sont généralement acceptés à vos cotés en avion - veillez à le protéger des coups de chaleur et des courants d’air, qui peuvent se révéler fatals, notamment pour les cochons d’Inde. N’hésitez pas dans ce cas à placer une petite couverture ou un tissu léger sur la cage, ce qui a pour effet de rassurer l’animal. En voiture, il est recommandé de ne pas actionner la climatisation, mais de recouvrir sa cage d’une serviette humide.

Les petits animaux sont particulièrement sensibles au stress. Pour le réduire, des phéromones de synthèse ou des calmants légers peuvent être envisagés. L’avis de votre vétérinaire est bien sûr indispensable. Prévoir également de l’eau et un peu de nourriture, et respectez les horaires de repas, qui peuvent représenter un point de repère pour votre animal. Pour un rat, prévoir un petit concombre dont la teneur élevée en eau lui garantira une bonne hydratation. Pour un cochon d’Inde, penser à une petite friandise. 

Ce que dit la réglementation

Pour un voyage à l’étranger, prendre contact le plus rapidement possible avec les autorités du pays de destination : les rongeurs sont parfois considérés comme des espèces prolifiques et nuisibles et sont alors refusés. Les cas particuliers sont nombreux ! En Europe, les furets sont soumis à la même réglementation que les chiens et les chats : pour tout voyage intracommunautaire, c'est-à-dire à l’intérieur de l’Union européenne, ils doivent être dotés du passeport européen. Celui-ci permet à la fois de les identifier (numéro de tatouage ou de puce électronique) et de témoigner de la bonne mise à jour des vaccins, notamment le traitement antirabique. Attention cependant car dans certains Etats, à l’instar des îles anglo-saxonnes, les législations sont très strictes en matière d’entrée d’animaux sur le territoire. En Islande (pays hors UE, NDLR), ils sont interdits.

Pour les autres rongeurs, tout dépend du pays de destination. La Suisse n’exige par exemple aucune autorisation d’entrée pour la plupart, alors qu’elle est obligatoire pour les lapins et les perruches.

Se renseigner en amont du départ

Enfin, les compagnies de transports - aériennes, maritimes et routières - demandent parfois des documents supplémentaires préalables à l’embarquement des rongeurs, comme un certificat attestant sa provenance d'un élevage ou d'une animalerie, ou un certificat sanitaire international pour les transits d'animaux. Elles précisent également certaines conditions à remplir, comme les dimensions de la cage, les règles du transport, etc. Là encore, se renseigner bien en amont du départ sur les formalités à respecter.