Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Evénement

Salon de l'Agriculture : le bien-être animal en question

Salon de l'Agriculture : le bien-être animal en question

Si la réflexion sur le bien-être animal devrait - cette année encore - figurer au programme de la nouvelle édition de la plus grande manifestation agricole française, la Fondation 30 Millions d'Amis rappelle néanmoins l'urgente nécessité d'améliorer les conditions de vie et de mort des animaux de ferme, souvent empreints de la plus grande cruauté.

Si la réflexion sur le bien-être animal devrait – cette année encore – figurer au programme de la nouvelle édition de la plus grande manifestation agricole française, la Fondation 30 Millions d’Amis rappelle néanmoins l’urgente nécessité d’améliorer les conditions de vie et de mort des animaux de ferme, souvent empreints de la plus grande cruauté.

Sur le stand, une bétaillère est ouverte à la visiteLa 48e édition du Salon International de l’Agriculture (SIA) investit une nouvelle fois le centre Paris Expo. Thème retenu pour 2011 : le tourisme vert. Un stand « Terre d'élevage, Terre durable », mettra également l’accent, via des forums et conférences, sur l’agriculture biologique, l’écologie… et même le bien-être animal.

Au cœur des réflexions du consommateur

Le récent succès de l’ouvrage de Jonathan Safran Foer - qui dénonce les dérives du système industriel aux Etats-Unis - montre que la question du bien-être animal est désormais au cœur des réflexions des consommateurs. Un impact dont ont conscience les professionnels du secteur agricole : « Le salon de l’Agriculture  est l’occasion de montrer au grand public la façon dont sont traités les animaux de ferme et d’informer celui-ci sur les règles en vigueur en France et en Europe, qui sont différentes de celles d’autres pays » commente Louis Orenga, directeur du Centre d’Information des Viandes (CIV). Une volonté farouche de se démarquer du fonctionnement des élevages industriels outre-Atlantique, assumée pleinement par Jean-Marc Beche, chargé de la communication du syndicat des produits laitiers (Cniel) : « La majorité des exploitations françaises sont familiales, à taille humaine, et n’ont rien à voir avec les grandes fermes industrielles que l’on peut observer aux Etats-Unis et au Mexique. Et les éleveurs de bovins en France entretiennent une relation particulière, individualisée, avec leurs animaux ».

Une réalité moins idyllique

Un discours angélique qui contraste avec une réalité semble-t-il moins idyllique : « Le SIA ne présente que des animaux de l’élevage extensif, c’est-à-dire vivant en petit nombre dans les pâturages, rétorque Gislain Zucollo, directeur de la PMAF*. On n’y voit pas – par exemple –  les porcs qui vivent entassés et enfermés dans des bâtiments jour et nuit, alors que ces derniers représentent 90 % de l’élevage porcin en France ». Et s’il est vrai que les exploitations américaines et françaises ne sont pas comparables, « on commence toutefois à observer en France quelques exploitations de vaches laitières "zéro pâturage", et nous craignons leur développement, même si elles sont encore peu nombreuses » précise Gislain Zucollo. De nombreux progrès resteraient donc à accomplir. En contrôlant notamment davantage les différentes structures du secteur notamment : les réglementations imposées au niveau européen ne sont pas toujours respectées, comme le montrent les très nombreuses enquêtes des associations de protection animale : « A titre individuel, certains éleveurs ont encore des efforts à faire », consent Jean-Marc Beche. Et dans les abattoirs, la situation est particulièrement préoccupante : les abattages sans étourdissement, extrêmement cruels, font florès en France, et ce malgré un encadrement très stricte. « Aujourd’hui, 70 % des viandes que nous mangeons sont issues d’élevages industriels. L’homme est carnivore et on ne pourra pas changer de sitôt ses pratiques ancestrales. Mais nous devons agir pour que ces bêtes qui nous nourrissent aient une vie digne et que leurs dernières heures ne soient pas synonymes d’atroces souffrances » précise Reha Hutin, Présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis.

Des avancées réelles... mais timides

Quant à l’Union européenne, elle semble à son tour prendre la mesure de la nécessité de faire évoluer les conditions de vie des animaux dits de rente. Une nouvelle directive, dont l’application est prévue pour le 1er janvier 2012 imposera aux éleveurs de poules pondeuses de recourir à des cages dites aménagées, c’est-à-dire équipées d’un nid artificiel, d’une litière et d’un perchoir. Récemment, l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) a formulé plusieurs recommandations visant à améliorer le bien-être des animaux pendant le transport (12/1/11). Ce rapport propose également de nouvelles méthodes pour évaluer le bien-être des animaux transportés et souligne la nécessité de mener des recherches complémentaires sur la durée des trajets ou encore les températures adéquates. Une avancée notable, mais qui n’a malheureusement aucune valeur contraignante. « Rien n’oblige par exemple les camions de transport à se doter d’éclairages, alors qu’il est démontré que les animaux s’y sentent plus en sécurité que dans le noir complet », regrette Gislain Zucollo.

La Fondation 30 Millions d’Amis, qui œuvre aux côtés d’autres organismes pour que la sensibilité des animaux d’élevage soit mieux prise en compte, rappelle qu’une consommation éthique et responsable est une façon concrète de contribuer à ce combat.

Salon International de l'Agriculture
Du 19 au 27 février 2011
Paris Expo, Porte de Versailles (14e arrondissement, Paris)

*Protection Mondiale des Animaux de Ferme, www.pmaf.org

Photo : © SIA

Commenter

  1. N1C0LAS 22/02/2012 à 14:32:32

    Guéparde : "IL n'y a pas que le monde agricole"...."le monde de demain sans saveurs et sans gôut et toujours sous le joug des industriels et financiers!"

    Nous pouvons aussi faire en sorte, chaque jour à chaque repas, que cela change. A nous de nous prendre en main aussi. Après tous qui est ce qui nourrit les "industriel et les financiers" si ce n'est nous tous consommateurs.

  2. guéparde 24/02/2011 à 15:27:07

    IL n'y a pas que le monde agricole qui ne soit pas respectueux des animaux.A en voir le nombre grandissant d'animaux abandonnés , maltraités par des personnes  tout à fait convenables ou des étâts  qui pourchassent certaines espèces menacées ils serait temps de se poser les bonnes questions!Quand certains prennent des animaux plus pour la galerie que pour l'amour véritable des animaux et s'en débarrassent comme de leur première chemise... et que certains écologistes de pacotille s'amusent à tirer sur le monde agricole" car ça fait passer le temps" les vrais écologistes eux on ne les entends pas ils agissent directement sur le terrain  et trouvent des solutions durables et intelligentes!Il est plus facile de tirer sur le petit agriculteur du coin ,la proie est facile il ne peut se défendre car il passe son temps à trimer pour faire manger tout simplement le monde!Sans agriculteur : Adieu vache cochon et autres gallinacés!Pas de chapon pour noêl cette année: ceux-ci seront remplacés par toutes sortes d'insectes très nutritifs et croquant sous la dent élévés en batterie dans des hangars industriels et dans des tuppowers géants ,ainsi que la mise sur le marché sous vide de différents minéraux  à sucer très riche en calcium et magnésium .Ainsi ira le monde de demain sans saveurs et sans gôut et toujours sous le joug des industriels et financiers!A l'heure ou la pénurie alimentaire voit le jour et les terres agricoles disparaitre au profit des habitations humaines ainsi que la faune et la flore de notre planète , il est temps de reconnaitre que l'homme ne vit plus à la descartes je pense donc je suis mais j'achète donc je suis!Arretons de mettre les agriculteurs sur le banc des accusés vu le nombre qui reste ce n'est certainement pas eux les plus pollueurs bien au contraire!regardons comment chacun de nous vit sur cette planète le résultat est pour le moins flagrant!Agriculteurs bio ou non bio vivent sous le joug des banquiers et sous l'étau de la grande distribution, ils serait temps que les gens soutiennent plutôt ceux qui les font manger que ceux qui les entourloupent 24h sur 24h.Le retour au naturel est à cette condition, consommer intelligemment et proche de vous!

  3. marie-christine 22/02/2011 à 17:19:29

    Le monde agricole n'est pas toujours respectueux des animaux. Ils évoquent des "biens de consommation" pour les animaux qu'ils élèvent et ils qualifient souvent les autres animaux sauvages entres autres (chat, renard, corbeau etc...) "de nuisibles". Il est difficilement concevable d'aimer les animaux et de les élever pour les manger !

  4. modérateur 21/02/2011 à 14:22:46

    Le 18/02/2011 à 15:31:13, sebastien.arsac a dit:


    Bonjour,

    Je voudrais rectifier une erreur qui revient souvent concernant l'élevage en batterie des poules pondeuses.

    Il ne sera ABSOLUMENT pas interdit en 2012.

    Les cages seront un peu plus grandes (d'une carte postale par poule) et devront contenir quelques ridicules aménagements.

    Un oeil exercé ne pourra pas faire la différence entre avant et après 2012.

    Je vous invite à consulter notamment cette page :

    www.l214.com/directive-poules-pondeuses

     C'est vraiment dommage que ce message de l'interdiction des cages soit diffusé, il rassure faussement les amis des animaux sur l'évolution des conditions d'élevage des animaux en Europe et notamment en France où la situation est vraiment catastrophique. 

    Par ailleurs, quasiment toutes les associations de protection animale (notamment l'OABA et la FBB) ont récemment quitté le conseil éthique du CIV qui fait avant tout œuvre de propagande pour pousser à la consommation de viande (dans les écoles et pas des campagnes de publicité diffuséees sur les radios et à la télé).

     N'hésitez pas à me contacter. 

    ERRATUM

    La Fondation 30 Millions d’Amis a en effet supprimé cette phrase erronée. Nous vous remercions d’avoir apporté cette précision.

  5. genevieve.soubrier@aliceadsl.fr 19/02/2011 à 00:47:46

    Le salon de l'agriculture montre le beau côté de l'élevage.

    J'ai lu que l'association L214 fera une vidéo, chaque jour, pendant le salon, pour montrer "l'envers du décor" de l'élevage intensif en France. A regarder.

  6. sebastien.arsac 18/02/2011 à 15:31:13

    Bonjour,

    Je voudrais rectifier une erreur qui revient souvent concernant l'élevage en batterie des poules pondeuses.

    Il ne sera ABSOLUMENT pas interdit en 2012.

    Les cages seront un peu plus grandes (d'une carte postale par poule) et devront contenir quelques ridicules aménagements.

    Un oeil exercé ne pourra pas faire la différence entre avant et après 2012.

    Je vous invite à consulter notamment cette page :

    www.l214.com/directive-poules-pondeuses

     C'est vraiment dommage que ce message de l'interdiction des cages soit diffusé, il rassure faussement les amis des animaux sur l'évolution des conditions d'élevage des animaux en Europe et notamment en France où la situation est vraiment catastrophique. 

    Par ailleurs, quasiment toutes les associations de protection animale (notamment l'OABA et la FBB) ont récemment quitté le conseil éthique du CIV qui fait avant tout œuvre de propagande pour pousser à la consommation de viande (dans les écoles et pas des campagnes de publicité diffuséees sur les radios et à la télé).

     N'hésitez pas à me contacter.