Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Consommation

Vers un étiquetage du mode d’abattage sur les viandes ?

Vers un étiquetage obligatoire du mode d’abattage sur les viandes ?

Alors que la Fondation se bat depuis des années pour que l’abattage sans étourdissement ne puisse plus avoir cours en France, les ministres européens de la Santé réunis à Bruxelles ont ignoré la demande des députés de l’UE de préciser le mode et les conditions d’abattage des animaux de boucherie sur les étiquetages.

Alors que la Fondation se bat depuis des années pour que l’abattage sans étourdissement ne puisse plus avoir cours en France, les ministres européens de la Santé réunis à Bruxelles ont ignoré la demande des députés de l’UE de préciser le mode et les conditions d’abattage des animaux de boucherie sur les étiquetages.

7 Français sur 10 contre l'abattage sans étourdissementEn France, un animal abattu doit être obligatoirement étourdi préalablement. Cette technique permet – comme de nombreuses expertises vétérinaires l’ont démontré – d'abréger la souffrance endurée par les animaux de boucherie. Or ce procédé est perçu comme non conforme aux abattages rituels, c’est-à-dire ceux réalisés dans le cadre de rites religieux. Dans ces cas, et à titre dérogatoire (article R 214-70 du Code rural), les animaux peuvent être abattus sans étourdissement préalable. A plusieurs reprises, la Fondation 30 Millions d’Amis a réclamé l’abrogation d’une telle dérogation, cruelle pour l’animal, et dénoncé l’opacité d’un marché qui trompe les consommateurs.

Améliorer l’information des consommateurs

Le Parlement européen, à l’initiative de la députée allemande Renate Sommer (CDU, Union chrétienne-démocrate d'Allemagne), a adopté un nouveau texte (13/6/10) rendant obligatoire entre autres « l’étiquetage des viandes provenant d’animaux abattus sans étourdissement ». Une avancée importante pour l’ensemble des consommateurs – en droit de connaître les conditions exactes dans lesquelles l’animal qu’ils vont consommer a été abattu – mise à mal par la récente décision des ministres européens de la Santé (7/12/10). Il appartient donc désormais aux Eurodéputés de s’accorder sur ce consensus en seconde lecture, ou de relancer les négociations en maintenant cette obligation d’information sur les étiquettes.

Pas obligatoire d'indiquer le mode d'abattage pour l'UEEn Europe, c’est aux Etats-membres de décider s’ils tolèrent ou non des exceptions à l’abattage obligatoire avec étourdissement. L’Islande, la Norvège, la Suède ont d’ores et déjà interdit cette méthode sur leur territoire. Le Royaume-Uni a pour sa part opté pour un étourdissement après incision. L’Autriche, qui a proscrit l’abattage sans étourdissement dans la majorité de ses Etats, a même proposé sa propre norme de viande halal comme référence afin de définir une norme commune européenne plus en accord avec le bien-être animal. Une initiative malheureusement en passe d’être rejetée par les institutions communautaires.

72% des Français opposés à l’abattage sans étourdissement préalable

En France, le député de l’Aube Nicolas Dhuicq (UMP) vient de présenter – au nom « du droit à l'information du consommateur » – une proposition de loi imposant le mode d'abattage sur les étiquettes de viande ou de préparations à base de viande. Selon un rapport de l’administration publique française, les quatre cinquièmes des ovins abattus en France en 2005 transitaient par un circuit d’abattage rituel*.

La Fondation 30 Millions d’Amis, qui soutient cette initiative parlementaire, rappelle que sans étourdissement, l’animal égorgé meurt dans une lente agonie, qui peut atteindre près d’un quart d’heure chez les bovins. L’étiquetage, sans réduire les souffrances de ces millions d’animaux permettrait néanmoins une meilleure prise en compte des droits du consommateur, s’il devient obligatoire. "L'étiquetage permettra alors à chacun, en son âme et conscience, de faire le choix de consommer ou non, un viande issue d'une souffrance inacceptable" indique Reha Hutin, Présidente de la Fondation 30 Millions d'Amis.

Pour mémoire, 72% des Français** sont opposés à la dérogation permettant d’abattre les animaux sans étourdissement préalable et les nombreux appels des associations de protection animale sont restés sans réponse satisfaisante.

Et aussi

Abattage rituel : la non-réponse du Président


*Babre Simon, Berloz Jean-Marc, Riera Ramiro et al. (2005), « Le champ du halal », Rapport d’activité 2005, mission du COPERCI (Comité permanent de coordination des inspections), ministère de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire, ministère de l’Agriculture et de la Pêche, Inspection générale de l’Agriculture, p. 65-67. Cité par Florence Bergeaud-Blacker, L'encadrement de l'abattage rituel industriel dans l'Union européenne : limites et perspectives, 2008.

**Sondage Ifop réalisé du 8 au 10 décembre 2009 sur un échantillon de 1 015 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Photo : © 30 Millions d'Amis

Commenter

  1. anonyme 30/01/2011 à 15:12:07

    Il serait intéressant de reprendre un artticle du magazine de Brigitte Bardot, où le PREMIER IMMAM  de France intervievé disait que "nul part dans le coran, il est indiqué que l'animal doive souffrir pendant l'abattage. Au contraire, l'étourdissement aiderait à produire une viande plus saine"

    Même discours du chef religieux juif

    Alors ?!   Le problème vient en fait des pratiquants, pas de la religion elle même (comme pour les fanatiques)

     

    Comment faire pour ces deux citations puissent leur parvenir ?

  2. JIKAHERA 26/01/2011 à 19:44:33

    Un nombre significatif de pays européens ont définitivement éradiqué cette pratique barabare et inadmissible. Qu'attend la France pour s'y mettre ? La législation sur la souffrance animale existe, elle est condamnée et condamnable. Pourquoi accorder des dérogations à ces pratiques scandaleuses, ignobles, et indignes ? Pour épargner les industriels de l'agroalimentaires soucieux d'accroître leurs profits au mépris de la souffrance animale ? Le passage à l'abattoir et déjà une barbarie en soit alors là c'est le comble de l'ignominie ! Obliger les consommateurs à manger une viande abimée par une telle maltraitance sans les en informer ! Empoisonnons nous en toute connaissance de cause !

  3. Nala80 25/01/2011 à 22:12:58

    Je suis entièrement d'accord avec eric78.

    Je réagis également face à cette phrase de la fondation "L’étiquetage, sans réduire les souffrances de ces millions d’animaux permettrait néanmoins une meilleure prise en compte des droits du consommateur, s’il devient obligatoire.".

    Le droit du consommateur passerait-il avant le droit de l'animal ???

    Ce que cherche le consommateur, c'est de la viande au meilleur prix et il se moque totalement des conditions d'abattage. Ne soyons ni dupes ni hypocrites en cherchant à nous donner bonne conscience en apposant une simple étiquette. Désolé de me répéter, mais tout ce que retient le consommateur, c'est le prix du morceau qu'il achète et non sa provenance, son mode d'élevage. Alors le mode d'abattage...

    On continue de massacrer le thon rouge dans des conditions de pêche ignobles. On diffuse un reportage à la télé, tout le monde s'émeut. Et le lendemain, l'humain a oublié et il retourne acheter sa boite de thon rouge. Ce qui m'inquiète, ce sontr les jeunes générations pour qui la viande a une forme carrée ou rectangulaire et qui ne font pas le rapprochement avec les animaux que l'on voit dans la nature. J'en veux pour preuve les titis parisiens qui s'émerveillent en voyant une vache ou un veau au salon de l'agriculture pour la première fois. Pour autant, cesseront-ils de consommer de la viande une fois rentrés chez eux ?

    Vous avez surement des reportages sur les conditions d'élevage des canards pour la production de foie gras. Quand vous achetez ce produit, regardez-vous la provenance, les conditions d'élevage ? NON, vous regardez avant tout le prix et vous vous moquez bien de savoir qu'une grande partie des oies et canards est maintenant élevée dans les pays de l'est dans des conditions atroces.

    Que celui ou celle qui n'a jamais pas mangé de foie gras pendant les dernières fêtes de fin d'année lève la main...

  4. kittygallor 25/01/2011 à 20:02:09

    Je suis devenu végétarienne depuis le mois de mai 2006 et je compte le resté! je ne pourrais plus mangé de viande! J'estime qu'il faudrais arréter d'égorgé les animaux dit de boucherie alors qu'ils sont entièrement conscients et tous celà pour de soit disant rituels religieux qu'ils soient juifs ou musulmans!!!!!!!!!!!!!!!!!

  5. harriett23 18/01/2011 à 14:31:46

    Je ne peux qu'encourager tous ceux qui veulent lutter contre cette barbarie à arrêter tout simplement d'acheter et de consommer de la viande. C'est ce que je fais depuis quelques temps. On arrive très bien à éviter les carences en équilibrant l'alimentation et je peux enfin regarder un animal dans les yeux sans avoir honte et me sentir coupable. Laughing

  6. colombe57 28/12/2010 à 17:14:12

    Défendre l'environnement c'est primordial uniquement si on tient compte du monde animal qui en découle 

     Tant que les êtres dits 'humains" n'auront pas fait le lien, les animaux quels qu'ils soient souffriront en silence

     il y a longtemps qu'on aurait dû étiquetter ainsi les animaux destinés à l'abattage, de même qu'un vrai contrôle aurait dû être instauré quand à la manière dont voyagent ces animaux, et la manière dont on les traite dans les élevages en tous genres

     je suis révoltée, j'avoue que j'ai mis du temps à exprimer cette révolte, car j'ai 53 ans mais je n'en peux plus

  7. Melanye26 24/12/2010 à 11:53:02

    OUI a l'étiquettage !

  8. Divine 20/12/2010 à 10:36:10

    Un simple mot : écoeurant. La mise à mort de ces animaux est horrible. Oui pour un étiquetage  du mode d'abattage et boycotter les viandes qui ne le précisent pas. Il y a de quoi devenir végétarien....

  9. eric78 19/12/2010 à 09:12:17

    Il y a un aspect qui est particulièrement choquant en ce qui concerne le mode d'abbatage des animaux destinés à la consommation et que l'on tend à ne pas mettre en avant...Le fait que pour des raisons "religieuses" certains animaux doivent être abbatu sans étourdissement, on peut être pour ou contre, la loi est là. En revanche, et c'est là qu'il faut aller plus loin, les grands groupes industriels de l'agro-alimentaires usent et abusent de cette notion de viande Casher ou Hallal. En effet, il est tout simplement impossible d'un point de vue économique de garantir aux consommateurs "religieux" une viande qui aura été abbatu selaon un rite précis lorsque cela est fait d'une façon industrielle. N'allez pas imaginer que pour la mise à mort de chaque animal il y a une prière, que l'égorgement soit le plus soignée possible, que la bête soit bien morte avant d'étre suspendue en vue de la découpe...Cela n'est tout simplement pas économiquement viable.

    Je pense, et c'est juste mon opinion, que sous couvert de produire une viande casher ou hallal, les industriels ont vite cernés les avantages qu'ils pouvaient en tirer : en abbatant un animal sans étourdissement préalable, il y a l'économie de la phase d'étourdissement donc un gain direct de temps et d'argent dans la production de la viande. Comme il est bien précisé dans l'article ci-dessus :"(..) Selon un rapport de l’administration publique française, les quatre cinquièmes des ovins abattus en France en 2005 transitaient par un circuit d’abattage ritue(..)l". Au bout de la chaine, tous les consommateurs sont lésés : ceux qui sont pour un étourdissement préalable au nom d'une éthique et d'une sensibilité face à la souffrance animal (ce dont je fais partie) mangent 4 fois sur 5 une viande issu d'un animal qui n'aura pas connu d'étourdissement préalable, et pour les consommateurs religieux, ils mangeront une viande dont les exigences rituels n'auront pas été respectés...(je vous invite à regarder la tristement célèbre vidéo de charal lors des abbatages soit disant rituels, c'est purement abjecte..)

     Je pose donc une question à 30 millions d'amis : sachant que tous les consommteurs de viande sont lésés, avez vous porté plainte contre ces groupes industriels?    

     

  10. titi65310 18/12/2010 à 19:49:04

    C'est horriblement cruel et sadique de faire ces pratiques. Créé une lois fondée sur un religions est inguste penser à tous ces animaux qui agonisent avant de mourir je trouve que c'est écoeurant. On est au 21ème siècle cette pratique devraie être abolie moi je considère les animaux comme nos égaux (ce cerais mieux qu'il ne soient pas tuer)Undecided