Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Protection

Déterrage des blaireaux : signez la pétition pour y mettre fin !

La France est l’un des derniers pays européens à autoriser le déterrage des blaireaux./Adobe Stock

La Fondation 30 Millions d’amis dénonce de longue date le déterrage des blaireaux, une technique particulièrement cruelle, responsable de la mort d’environ 12 000 blaireaux chaque année. La pétition déposée sur le site du Sénat demandant son interdiction est en passe d’atteindre le nombre de signatures requis pour qu’un débat puisse s’ouvrir devant la représentation nationale.

Tout près du but ! La pétition « pour l’interdiction du déterrage des blaireaux », déposée sur la plateforme du Sénat le 30 mars 2022, a presque atteint son objectif. Il manque en effet un peu plus de 8000 signatures pour obtenir les 100 000 requises dans le délai de 6 mois imparti, préalable indispensable pour que ladite pétition soit transmises à la Conférence des Présidents qui peut décider d’y donner suite (création d’une mission de contrôle, inscription à l’ordre du jour d’un texte législatif, débat en séance publique…).

Pratiqué sur l’ensemble du territoire de septembre à janvier, le déterrage des blaireaux l’est également de mai à septembre dans la moitié environ des départements français.

La France est l’un des derniers pays européens qui en autorise la pratique ; les différents gouvernements successifs ayant toujours refusé d’y mettre un terme.

Mobilisation indispensable avant le 30 septembre

Pour autant, la prise de conscience de son caractère barbare progresse depuis quelques années. Le nombre de départements où le déterrage est autorisé au-delà du mois de janvier a décru. Le Tribunal administratif de Dijon (21) a par ailleurs annulé en mars dernier un arrêté préfectoral qui permettait cette forme de chasse de mai à septembre.

Le contexte est donc particulièrement favorable pour qu’enfin ce combat de longue haleine aboutisse à une interdiction pure et simple du déterrage des blaireaux, d’autant qu’il n’est aucunement justifié : les dégâts imputés au blaireau sont en réalité insignifiants. Bien au contraire, il rend d’importants services écosystémiques, notamment en évitant la prolifération sur les cultures des larves de hanneton, nids de guêpes, limaces et campagnols. Pour toutes ces raisons, la Fondation 30 Millions d’Amis appelle à signer cette pétition mise en ligne sur le site du Sénat, avant le 30 septembre. Plus que quelques jours…