Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Emotion

Cinq sangliers réfugiés au bord d’une piscine… abattus à l’arbalète par les autorités !

Les jeunes sangliers avaient trouvé la fraîcheur au bord d'une piscine. Image d'illustration ©Layo Animals /unsplash

Dans une zone résidentielle du Grau d’Agde (34), un lieutenant de louveterie a abattu à l’arbalète cinq sangliers réfugiés au bord d’une piscine. L’habitante avait prévenu les autorités de la présence des animaux, sans se douter de la triste fin qui les attendait ! La Fondation 30 Millions d’Amis déplore que l’issue létale ait été choisie au prétexte que l’espèce est considérée comme « nuisible ».

Ils ont trouvé l’eau fraîche… et la mort ! Le jeudi 15 juillet, une habitante du Grau d’Agde (Hérault) a composé le 17 pour signaler la présence de 5 jeunes sangliers au bord de sa piscine, relate Midi Libre (16/07/2021). Les policiers sont intervenus sur place, accompagnés d’un lieutenant de louveterie [collaborateur bénévole de l’administration chargé au nom du préfet de « concourir à la destruction et la régulation des animaux susceptibles de causer des dégâts et des dommages ainsi qu’à l’atteinte à la sécurité publique », NDLR]. L’officier a pris la décision d’abattre les marcassins. Afin d’éviter les dangers liés à l’usage d’une arme à feu en zone résidentielle, les suidés ont été tirés à l’arbalète.

« Je ne pensais pas que ça allait se terminer comme ça »

Filmée par des caméras de vidéosurveillance, la harde parcourait déjà la région depuis plusieurs jours, longeant la plage sous les yeux étonnés des passants avant de rejoindre la ville d’Agde le 14 juillet… et finalement la zone résidentielle. « C’est le chat qui nous a alertés vers 18 heures, il miaulait et n'était pas rassuré. Je suis alors tombé nez à nez devant 3 petits sangliers, précise l’habitante à Midi Libre. Au début, ils traînaient au fond du jardin puis petit à petit ils se sont rapprochés de la piscine, sûrement pour boire. Plus tard dans la soirée, deux autres les ont rejoints. »

« Je ne pensais pas que ça allait se terminer comme ça, déplore l’habitante auprès du quotidien montpellierain. Ils ont seulement remué la terre, il y avait peu de dégâts. Pour moi le spécialiste allait les endormir et les relâcher ailleurs. » L’issue létale aurait pourtant été privilégiée au prétexte que l’animal est classé parmi les « espèces susceptibles d’occasionner des dégâts » (ESOD) – autrement-dit « nuisible ». Une option certes légale, mais quid de l’éthique… s’agissant d’animaux dont la présence est souvent favorisée par les chasseurs eux-mêmes ?

La mise à mort, seule « solution » ?

En mars 2021, le naturaliste Pierre Rigaux dénonçait un système mis en place par une amicale de chasseurs à Loges-Margueron (10) visant à entretenir un « stock » de sangliers afin de mieux les tirer : tirs sélectifs épargnant les femelles pour assurer la reproduction, abris pour les marcassins pour optimiser leur survie, distribution toute l'année de maïs (agrainage)… « Par ces images – vérifiées – venues de quelqu’un de l’intérieur, nous montrons comment des chasseurs participent au maintien d'effectifs élevés de sangliers, en contradiction avec le discours habituel des représentants cynégétiques revendiquant une mission de "régulation" de ces animaux », confiait le militant à 30millionsdamis.fr.

Qu’il s’agisse de décisions prises par les autorités – à l’instar des sangliers Nestor et Obélix, froidement abattus sur ordre du Préfet du Finistère après le décès de leur protectrice, d’actes « opportunistes » – comme dans le cas d’Hercule, un sanglier apprivoisé tiré à bout portant par un chasseur alors que l’animal recherchait les caresses [affaire classée sans suite, NDLR], ou encore d’actes non élucidés tels que la disparition du sanglier Pumba ami des chevaux à Gouzens (31)… Les suidés sauvages sont victimes de la brutalité humaine, exercée sans aucun égard à leur intelligence et à leur sensibilité. La Fondation 30 Millions d’Amis et 49 ONG demandent une réévaluation de la réglementation des animaux dits « nuisibles », alors que le classement actuel ignore la possibilité de recourir à des méthodes alternatives aux mises à mort, telles que les moyens de protection.

Commenter

  1. regus1 04/08/2021 à 09:29:04

    Honteux ! Tuer de pauvres petits sansgliers sans défense, BRAVO !!

     

     

  2. catherinebambi 30/07/2021 à 13:44:03

    Comment ces personnes peuvent elles dormir après avoir tué 5 bébés sangliers sans défense.

    Quelle est la vie de ceux qui travaillent dans les abattoirs, dans les laboratoires d'expérimentation, à maintenir l'ordre sur des bébés animaux....

    Comment peuvent-ils vivre ainsi. C'est leur travail, mais comment le vivent-ils.

    Ils semblent que cette indifférence totale à l'égard da la souffrance animale soit quelque chose d'extrêmement répandu.

    Je pense qu'hélas il y a non seulement une indifférence totale à la détresse animale mais pire il peut y avoir une satisfaction à l'accompissement de ces actes. La cruauté est une chose que l'on trouve souvent dans la nature humaine. C'est peut-être lié à une notion de pouvoir. Beaucoup de gens souffrent de n'en avoir aucun du point de vue social. Il reste les animaux à commander et à persécuter pour se défouler.

     

  3. Clairette2 29/07/2021 à 22:47:52

    Le plus nuisible c'est l'humain - Pollution destruction de la flore de la faune sauvage - l'homme me degoute - ces pauvres bêtes n'avaient rien fait de mal.  

  4. pouguy 29/07/2021 à 18:05:01

    mon père est chasseur, il a 83 ans, quand je lui ai fait voir ça, il m'a dit c'est honteux, il a dit qu'il y avait d'autres façon de les faire fuir mais surtout pas les tuer, ce n'est pas pour qu'il les tuent plus tard, mais une chose comme ça ne se fait pas, c'est indigne pour la chasse qui est de plus en plus dégouttante la façon de faire, mais le pire c'est quand c'est décidé par l'administration avec le plus qu'on peut et une façon comme celle là. moi aussi, je ne chasse pas, mais je trouve ça indigne voire honteux en plus la mère ne devait pas etre bien loin

  5. Nm74 29/07/2021 à 16:08:28

    HONTEUX !!

    AUCUNE SENSIBILITÉ, CONDAMNÉE PAR QU'ILS SONT DES SANGLIERS... POURQUOI ??

    MAINTENANT LES ANIMAUX SAUVAGES ET MÊME DOMESTIQUES SONT CONSIDÉRÉS COMME NUISIBLES !!!

    LE SEUL NUISIBLE C'EST NOUS LES HUMAINS 

    LA PLANÈTE ELLE LA BIEN COMPRIS.. PUISQUE QUE NOUS SUBISSONS DE PLEIN FOUET LES VIRUS ET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE !!

    MAIS CONTINUONS À DÉTRUIRE CE QUI NE NOUS APPARTIENT PAS !!

    LA CHASSE... AUX ANIMAUX AUX HUMAINS !!

    HONTE DE FAIRE PARTIE DE LA RACE HUMAINE 

  6. Hervé Baratte 29/07/2021 à 00:05:28

    Tout à fait de l'avis de Catherine : le qualificatif de "nuisible" concernant les animaux devrait être aboli !!!

  7. nous pour eux 28/07/2021 à 18:02:43

    C'EST DEGUEULASSE BANDE DE P****** ......

  8. catherinebambi 28/07/2021 à 16:51:41

    La mise à mort de ces bébés considérée comme d'habitude comme la seule solution.

    Il faudrait que dans de telles situations, les personnes appellent des protecteurs des animaux.

    L'issue on pouvait s'en douter puisqu'elle est toujours la même.

    Elle est le fait du plus grand prédateur sur cette planète.

    L'appellation nuisible ne devrait plus exister. Essayer de survivre ne fait pas d'un être vivant un nuisible.

    L'homme n'essaie pas de survivre il détruit tout.

     

  9. AID 28/07/2021 à 13:14:34

    Pauvre i***** elle pensait qu.on allait les endormir ... des marcassins tous seuls c'est déjà une mauvaise nouvelle, sans adulte ils sont perdus ...c'est degueulasse ... la seule espèce sur terre nuisible et qui pullule c.est NOUS les humains.

  10. Jocrise 28/07/2021 à 11:55:14

    UNE FOIS DE PLUS Tuer, Tuer, Tuer, il n' y a que cette solution.... Ce sont tous des barbares, des criminels. Quand tout cela va s'arrêter...... Je suis indignée et très peinéé, pour ces pauvres bêtes, considérées, comme des nuisibles. Les nuisibles, on les connaiit.