Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Etude

L'activité humaine menace la survie des animaux en augmentant leurs déplacements

Pour échapper aux activités humaines, les animaux sont contraints d'augmenter leurs déplacements, parfois à leurs risques et périls... ©AdobeStock / iredding01

Contraintes de se déplacer pour échapper à l’Homme, de nombreuses espèces d’animaux sauvages voient, de fait, leur survie menacée, selon une étude scientifique publiée dans la revue « Nature Ecology & Evolution » (1/02/2021). 30millionsdamis.fr rappelle la nécessité de réguler les activités humaines pour préserver les habitats naturels.

Déjà forcées à migrer pour survivre au changement climatique, les espèces animales sont également contraintes de se déplacer pour s’éloigner des activités humaines… à leurs risques et périls ! C’est le constat révélé par une étude menée par des chercheurs australiens (« Human disturbance causes widespread disruption of animal movement »Nature Ecology & Evolution, 1/02/2020).

Les activités humaines forcent les espèces animales à accroître leurs déplacements

Si l’effet néfaste des pressions humaines sur la nature est bien connu, leur influence sur le comportement de la faune sauvage l’est moins. C’est la raison pour laquelle des chercheurs australiens ont étudié les conséquences des activités humaines sur les mouvements de 167 espèces animales, du papillon au requin blanc, en passant par les blaireaux ou les élans.

 

L’impact des humains sur les mouvements des animaux passe, en général, inaperçu.

Tim Doherty - Université de Sydney

Le constat est sans appel : ces espèces ont dû augmenter la distance qu’elles parcourent de 70 %, en 40 ans. Et ce, dans le seul but d’éviter – entre autres – l’exploitation forestière, l’urbanisation, mais aussi, la chasse, la pêche, ou encore, le tourisme et les loisirs.

Un impact difficilement visible à l’œil nu et, donc, jusqu’alors délaissé par les politiques publiques : « Habituellement, nous ne voyons les animaux dans la nature que pendant de courtes périodes ; nous ne comprenons pas bien leurs déplacements et l’espace qu’ils utilisent, constate l’un des auteurs de l’étude, Tim Doherty, chercheur en écologie à l’Université de Sydney ; C’est la raison pour laquelle l’impact des humains sur les mouvements des animaux passe, en général, inaperçu et que rien n’est fait ».

Affaiblis par ces mouvements forcés, les animaux sauvages voient leur survie menacée

Alors qu’ils dépensent déjà une grande quantité d’énergie pour trouver de la nourriture et des partenaires de reproduction, les animaux sont ainsi soumis à une contrainte supplémentaire qui les fragilise d’autant plus.

 

Les conséquences peuvent être profondes et même conduire à une extinction locale.

T. Doherty 

« Les conséquences peuvent être profondes et conduire à une condition physique réduite des animaux, des chances de survie plus faibles, des taux de reproduction réduits, un isolement génétique et même une extinction locale » alerte le scientifique. Perturbés, ces mouvements  d’animaux – parce qu’ils sont liés à d’importants processus écologiques comme la pollinisation – peuvent avoir un impact dramatique sur l’ensemble des écosystèmes !

Conserver les zones épargnées, augmenter les espaces protégés, limiter l’urbanisation, réguler le tourisme et réduire drastiquement la chasse – notamment en période de reproduction – sont autant de pistes à privilégier pour restaurer les habitats naturels et protéger les espèces animales qu’ils abritent. Il en est encore temps, mais il y a urgence.

Commenter

  1. AnneV 05/02/2021 à 19:09:30

    Les humains sont la cause de......tout ! Certains en prennent conscience, d'autres ne privilégient que leus petits plaisirs ou les dollars !!! Qui a décrété que nous étions une "espèce supérieure" ? Un illuminé ?