Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Faune

Inacceptable ! L’ourse Sarousse tuée… par un chasseur en Espagne

L'ourse Sarousse a été tuée, le 29 novembre 2020, en Espagne... En huit mois, 3 ours ont été abattus dans les Pyrénées (photo d'illustration). ©AdobeStock / Jean-Paul Comparin

Introduite en 2006 dans les Pyrénées, l’ourse Sarousse a été abattue par un chasseur dans la vallée de Bardaji, en Espagne, fin novembre. Ce drame, qui porte à trois le nombre d’ours tués dans les Pyrénées en 2020, continue de fragiliser la population dont la pérennité est loin d’être atteinte. La Fondation 30 Millions d’Amis espère que les Etats français et espagnol prendront leurs responsabilités pour condamner les responsables et "remplacer" les ours abattus.

Un bien triste premier jour de l’Avent pour les ours des Pyrénées… C’est au cœur de la province de Huesca (Espagne), qu’une plantigrade a été tuée, ce 29 novembre 2020, lors d'une battue au sanglier. Agée de 21 ans, Sarousse avait été lâchée en 2006 dans le versant français, avant de s’implanter durablement dans les Pyrénées Aragonaises.

La survie de l’espèce d’autant plus menacée dans les Pyrénées

« Selon la presse espagnole, le chasseur aurait tiré à plusieurs reprises à courte distance, confie à 30millionsdamis.fr Sabine Matraire, coordinatrice ours de l’association FERUS. Une enquête a été ouverte (et confiée à la Seprona, unité de la Garde civile espagnole chargée de la conservation de la nature, NDLR) ». Le chasseur aurait déclaré, auprès des enquêteurs, avoir tiré pour se défendre (Heraldo). Il y a 15 ans, l’homme responsable de la mort de l’ourse Cannelle – dernière ourse de souche pyrénéenne – avait, lui aussi, invoqué la légitime défense. Mais si le juge de première instance l’avait relaxé pour ce motif, en revanche, la Cour de cassation avait par la suite rejeté le moyen et condamné le chasseur à verser 10 000 euros aux associations de protection animale (06/2010).

La mort de Sarousse porte à 3 le nombre d’ours tués dans les Pyrénées en 2020, soit 6% de la population de cette espèce en danger d’extinction ! Désormais, cette région compte moins d’une cinquantaine d’individus. Déjà, au début de l’année 2020, la restauration d’une population pérenne était loin d’être atteinte. L’introduction d’au moins 6 plantigrades était préconisée. Même dans les Pyrénées centrales où la grande majorité se concentre, la population n’est pas durablement sauvée, malgré la naissance de 10 oursons en 2019. En cause : un trop gros risque de consanguinité. Bien qu’issus de mère différentes, les oursons sont souvent nés du même père : Pyros.

Enquête aboutie en Catalogne… mais "lettre morte" en Ariège

Un risque d’autant plus prégnant depuis la mort de l’ours Cachou, seulement âgé de cinq ans, qui présentait des gènes éloignés de la plupart des ours slovènes (9/04/2020). « Un agent de l’environnement du Val d’Aran (Espagne) a été inculpé pour 3 chefs d’accusation dont l’empoisonnement de Cachou », précise Sabine Matraire. « On ne peut que saluer l’aboutissement de cette enquête en Catalogne, alors que les sanctions des exactions des anti-ours en France restent lettre morte, déplore FERUS, dans un communiqué (23/11/2020). La mort de Cachou du fait de l’homme se confirme donc, loin de l’explication d’un décès par combat entre mâles, trop rapidement avancée par les autorités aranaises. »

 

Le chasseur aurait tiré à plusieurs reprises contre SarousseUne enquête a été ouverte.

S. Matraire - FERUS

A ce jour, les associations n’ont aucune nouvelle de l’enquête menée sur l’ours tué par balles, en Ariège, en juin dernier (9/06/2020). Face à cette sordide découverte, la Fondation 30 Millions d’Amis avait immédiatement déposé plainte pour destruction d’espèce protégée, à l’instar de l’Etat lui-même. Un acte qualifié « d’illégal et profondément condamnable » par la ministre de la Transition écologique d’alors. La destruction d’espèces protégées est passible de 3 ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende en France, et d'une peine allant de 6 mois à 2 ans de prison - assortie d'amendes versables jusqu'à 24 mois - en Espagne. 

Sanctionner les responsables et "remplacer" chaque ours tué par l’Homme

« Les animaux sauvages sont déjà si peu protégés par le législateur qui ne cesse d’accorder des privilèges aux chasseurs, continue de déplorer la Présidente de la Fondation Reha Hutin. Par conséquent, le minimum que l’on puisse exiger face à de tels agissements, c’est que les quelques lois qui protègent ces animaux soient appliquées avec la plus grande rigueur et que les peines soient exemplaires ».

Les trois plantigrades tués en 2020, comme les autres ours qui arpentent actuellement les Pyrénées, sont précieux pour la survie de cette espèce menacée. C’est pourquoi, la Fondation 30 Millions d’Amis espère que les responsables seront poursuivis et sanctionnés à la hauteur de la gravité de leurs actes. En outre, elle rappelle au gouvernement - à l’instar des associations FERUS et Pays de l’Ours-Adet - son engagement de "remplacer" tout ours tué par l'Homme. « C’est un engagement prévu par le Plan ours 2018-2028, assure la représentante de FERUS. On va se battre pour qu’il en soit ainsi !»

Commenter

  1. kenzoamour 03/12/2020 à 23:38:47

    Je hais ces chasseurs !!! se sont des criminels qui tuent des vies à mes yeux les animaux ont bien plus de valeurs que certains individus !!!

  2. brb 02/12/2020 à 18:58:04

    "Les animaux sauvages sont déjà si peu protégés par le législateur qui ne cesse d’accorder des privilèges aux chasseurs".

    Les chasseurs sont choyés par le pouvoir parce que... ils ont des armes ! En ces temps de "révolte" des citoyens contre un pouvoir de plus en plus dictatorial, il faut éviter que les manifestants soient armés.

    Les chasseurs sont des gens qui prennent des armes pour compenser leur manque de courage. Ils ne risquent rien face à un lapin ou un chevreuil...

    Pareil pour des policiers qui, le pistolet à la ceinture, tabassent à plusieurs une personne à terre voire qui tuent des gens pacifiques mais qui pleurent quand ils prennent des coups. Si on porte une arme pour pouvoir donner la mort, on doit accepter aussi de pouvoir la recevoir.

  3. Bandy86 02/12/2020 à 17:40:25

    Il faut vraiment être c*n pour confondre un sanglier et un ours !! Moi qui suit chasseuse (rassurez vous, je chasse les images et les photos, les animaux ne risquent rien avec moi) je sais très bien faire la différence, la grosseur de l'animal n'est pas du tout la même. Et que faisait ce chasseur sur le territoire des ours ??

    J'éspère qu'il sera jugé et bien puni !!!

  4. nous pour eux 02/12/2020 à 13:50:57

    C'est une HONTE je me demande quand se termineront toutes ces conneries humaines ! Tirer pour se défendre MAIS bien sur la bonne blague..... J'espère que justice sera faite !

  5. pouguy 02/12/2020 à 11:46:00

    c'est rare de voir les ours tués en espagne, pourtant on nous fait l'éloge de ce pays pour cet animal