Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Faune

Des ours victimes de tirs d’effarouchement en Ariège !

Bien qu'inefficaces et dangereux, des tirs d'effarouchement ont été réalisés sur des ours, en Ariège. ©Pixabay

La préfecture de l’Ariège vient d’autoriser des tirs non létaux contre les ours sur deux estives dans les Pyrénées. Des mesures rendues possibles par l’arrêté du 12 juin 2020 qui a prolongé l’expérimentation, initiée en 2019, visant à permettre aux préfets d’autoriser le recours à des moyens d’effarouchement des ours. La Fondation 30 Millions d’Amis regrette qu’une fois de plus, un procédé dangereux et inutile soit préféré à des alternatives pacifiques et efficaces.

Un ours a été l’objet d’un tir non létal par arme à feu en Ariège dans la nuit du 6 au 7 juillet 2020 ! Cette opération d’effarouchement, réitérée le lendemain à l’encontre d’un autre plantigrade, pourra être renouvelée « au cours de l’été 2020 » selon la préfète de l’Ariège Chantal Mauchet (France Bleu Occitanie, 7/07/2020). En principe, en vertu de l’arrêté du 12 juin 2020, ce type d’effarouchement - dit renforcé - ne peut être autorisé qu’en cas d’échec des moyens d’effarouchement sonores, olfactifs et lumineux. Or, ces derniers ne peuvent eux-mêmes intervenir qu’en cas d’attaque sur l’estive (« pour laquelle la responsabilité de l’ours n’a pas été exclue ») et uniquement après « la mise en œuvre effective et proportionnée des moyens de protection du troupeau ».

Or, « il semblerait que des effarouchements soient autorisés sur un (voire des) troupeau(x) non-protégé(s), fustige Alain Reynes, Directeur de l’association Pays de l’Ours-Adet, contacté par 30millionsdamis.fr. Le recours à des mesures de protection, tel le regroupement nocturne, est pourtant une condition préalable à toute demande d’effarouchement ! ». Déjà en 2019, des troupeaux avaient bénéficié d’opérations d’effarouchement alors qu’ils n’étaient pas correctement protégés… « Les effarouchements peuvent être accordés alors même qu’aucune protection n’est utilisée (ni chiens, ni parcs électrifiés) », peut-on lire dans la synthèse de la consultation publique sur le projet d’arrêté. « C’est le cas de trois groupements pastoraux sur les cinq ayant bénéficié des effarouchements renforcés en Ariège, l’été 2019 », précise cette même source.

Des mesures contestées par 97% des contributeurs à la consultation publique

 

Des tirs inutiles, superflus, abusifs, néfastes, illégaux.
Extrait de la consultation publique

Du reste, l’effarouchement de l’ours dans les Pyrénées est massivement rejeté par l’opinion publique : 97% des contributeurs à la consultation publique ont exprimé leur opposition. Et pour cause, comme l’ont rappelé les associations Ferus et Pays de l’Ours-Adet dans leur communiqué du 15 juin 2020, l’effarouchement des ours est « inutile », - l’expérimentation de 2019 n’ayant permis aucune baisse de la prédation - « superflu », - la présence humaine suffisant à éloigner l’ours - mais aussi « abusif », - car autorisé à partir de seuils de prédation excessivement bas - ou encore « néfaste »  pour la faune sauvage avoisinante, « dangereux pour l’ours et pour l’Homme » - au regard des risques de blessures - et, par conséquent, « illégal ». De quoi remettre en cause, une énième fois, l’utilité des consultations publiques qui font fi des avis exprimés…

Les effarouchements récemment autorisés en Ariège interviennent moins d’un mois après la mort d’un ours, tué sous les balles d’un homme, dans le même département (09/06/2020). Cette macabre découverte avait suscité l’indignation de la Fondation 30 Millions d’Amis qui avait immédiatement porté plainte pour destruction d’espèce protégée.  « Nous n’avons, pour l’heure, aucune nouvelle de l’enquête, déplore Alain Reynes. Quant au remplacement de l’ours, aucune décision n’a encore été annoncée alors que l’Etat s’y est engagé : on nous dit que c’est à l’étude… ». Le 4 juillet 2020, plus de 27 000 personnes ont « télémanifesté » - sur le site touspourlours.fr - leur soutien à l’ours dans les Pyrénées.

Commenter

  1. nous pour eux 16/07/2020 à 10:09:34

     

    Le gouvernement reste sourd c'est dégueulasse ...

     

  2. Gryffondore 15/07/2020 à 20:42:04

    Des tirs d'effarouchement contre les chasseurs qui nous empoisonnent les promenades qu'on pourrait faire sereinement sans eux, voici une proposition de lois pour Mister Macron...

  3. AnneV 10/07/2020 à 18:59:39

    On pourra toujours dénoncer = Macron est sourd, muet, voire autiste concernant la protection animale en général !!!! C'est lui qu'il faudrait effaroucher !!!