Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Protection

Bien-être animal : la vitesse de croissance des poulets est déterminante !

En grossissant à un rythme effréné, les poulets souffrent de pathologies cardiaques, de maladies de peau et de boiteries. ©L214

Issus de souches à croissance lente, les poulets manifestent davantage de comportements positifs que leurs congénères sélectionnés pour grossir vite, selon une étude menée à l’échelle commerciale. Si la réduction des densités en élevage contribue au bien-être animal, la vitesse de croissance représente un facteur au moins aussi crucial à prendre en compte. Décryptage de 30millionsdamis.fr.

« Chi va piano, va sano », dit l’adage italien. Autrement dit, qui avance lentement avance sûrement. Une morale qui s’applique aussi aux poulets, d’après une étude menée par l’Université de Bristol (R.-U.), l’Université Norvégienne des Sciences de la Vie et l’institut de recherche agricole britannique FAI Farms. Placés dans les conditions d’un élevage commercial, à densité égale (30 kg de poids par m2), les poulets issus de souche à croissance lente – dont la prise de poids n’excède pas 50 g par jour – ont manifesté davantage de comportements « positifs », tels que le jeu et l’exploration, en comparaison avec leurs congénères à croissance rapide.

Pathologies cardiaques, maladies de peau et boiteries

Fait étonnant, les écarts de comportements selon la vitesse de croissance des poulets s’avéraient encore plus importants que ceux observés entre des souches de volailles identiques (à croissance lente) placées dans des conditions de densité différentes, à savoir 34 kg de poids par m2 versus 30 kg/m2. Ce qui suggère que la vitesse de croissance des animaux constitue un facteur au moins aussi crucial que la densité pour favoriser le bien-être animal en élevage !

En grossissant à un rythme effréné, les poulets souffrent de pathologies cardiaques, de maladies de peau et de boiteries, ce qui inhibe l’expression de leurs comportements naturels, en plus d’augmenter leur mortalité avant l’abattoir. « Se détourner des souches à croissance rapide serait le moyen le plus efficace pour améliorer la vie des 142 millions de poulets produits en Europe chaque semaine », affirme Annie Rayner, directrice des recherches. « Nous espérons que notre travail contribuera à orienter des changements au sein des filières d’approvisionnement et des grandes entreprises, afin d’apporter de réels progrès pour le bien-être des poulets », ajoute le Dr Siobhan Mullan, co-auteur de l’étude.

Sortir de l’élevage intensif

Favoriser les souches de poulets à croissance lente, c’est justement ce que propose le European Chicken Commitment, un cahier des charges destiné aux principaux acteurs de l’élevage, de la distribution et de la restauration. En France, les associations de protection animale CIWF, L214 et Welfarm – soutenues par la Fondation 30 Millions d’Amis – sont parvenues à obtenir l’engagement d’un grand nombre d’enseignes, à l’instar de Carrefour, Auchan, Système U, Picard, Bonduelle, Tipiak ou encore Danone. Plus récemment, les magasins Lidl et E. Leclerc ont eux aussi franchi le pas.

Tous ces industriels s’engagent à respecter les termes du "contrat", à savoir, d’ici à 2026, s’assurer que 100 % de leur viande de poulet provient désormais d’élevages favorisant des races à croissance lente, sans cages, respectant une densité maximale de 30 kg/m2 ainsi que des normes d’intensité lumineuse, d’enrichissement du milieu et de qualité de l’air. Autant de mesures indispensables pour mettre fin au calvaire subi par ces animaux sociables et intelligents… et pour enfin sortir de l’élevage intensif, comme le souhaitent plus de 8 Français sur 10 (baromètre Fondation 30 Millions d’Amis /Ifop, 2020).

Commenter

  1. AnneV 21/09/2020 à 18:22:23

    Les animaux nous entendent, les protecteurs aussi ! Le problème est que Macron et ses ministres s'en moquent.......totalement !

  2. Polluxopoil 20/09/2020 à 19:31:26

    je suis comme st Thomas, je ne crois que ce que je vois que les animaux vous entendent le calvaire est insoutenable

  3. AnneV 18/09/2020 à 18:29:26

    "Croissance lente ou rapide" ? Ce que ces animaux et beaucoups d'humains veulent, ce sont des animaux (et non pas des "produits") évoluant dehors, dans des lieux qui respectent leurs besoins de gratter de fouiner, bref ! de vivre !!!!! Leurs morts ne sont pas marrantes, au moins qu'on leur offre une vie !