Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Enquête

Au Crédit Agricole, votre épargne n’épargne pas les poulets !

Financées par des grandes banques telles que le Crédit Agricole, des firmes agroalimentaires n'hésitent pas à entasser les poulets dans des bâtiments fermés, au mépris de leur bien-être. ©L214

Le Crédit Agricole investirait massivement vers des entreprises impliquées dans l’élevage intensif de poulets, selon les révélations de l’association Welfarm. Le groupe bancaire aurait ainsi financé ces firmes à hauteur de 2,5 milliards d’euros en 2018. La Fondation 30 Millions d’Amis déplore le soutien de la « banque des agriculteurs » à un modèle contraire au bien-être animal et rejeté par plus de 8 Français sur 10.

Un comble ! Alors que le Crédit Agricole promet de devenir « le premier acteur européen de l’investissement responsable », favorisant le bien-être animal, la banque française investirait pourtant massivement dans des sociétés impliquées dans l’élevage intensif de poulets. L’ensemble des actions et des obligations détenues dans ces firmes s’élevait, en 2018, à près de 2,5 milliards d’euros ! Un constat antinomique révélé par l’association Welfarm, se basant sur une étude réalisée par un consortium d’ONG (Amnesty International, Milieudefensie, Oxfam Novib, PAX et World Animal Protection).

Les clients français financent, à leur insu, des fermes-usines !

Si le rapport de cette étude (Fair Bank Guide, 2019) ne mentionne pas directement le Crédit Agricole, ce sont les données brutes ayant servi à sa rédaction, transmises à l’association Welfarm par son partenaire World Animal Protection, qui permettraient de relier sans ambiguïté le géant bancaire français à des enseignes telles que Domino’s Pizza, Mac Donald’s ou le distributeur américain Walmart. Toutes ces entreprises ont refusé de respecter la charte du « European Chicken Commitment », selon laquelle au moins 20 % des approvisionnements en viande de poulets doivent être issus d’élevages en plein air.

A travers un spot vidéo (ci-dessous), l’association de défense des animaux d’élevage souligne le décalage entre l’attention portée par les clients eux-mêmes au bien-être animal, et le comportement peu vertueux de leur banque. « Parmi les entreprises financées par le Crédit Agricole, nous avons trouvé des distributeurs, des chaînes de restauration et des mastodontes de l’agroalimentaire tels que JBS [multinationale brésilienne, NDLR], des fermes-usines peu connues du grand public, précise Pauline Di Nicolantonio, responsable de l’analyse des données économiques pour Welfarm, contactée par 30millionsdamis.fr.  L’argent des clients français sert à financer ces firmes au niveau mondial. »

Les clients du Crédit Agricole ne soupçonnent pas l'usage fait par la banque de leurs économies. ©Welfarm

7 millions d’euros investis chaque jour vers les acteurs de l’élevage intensif

 

La "banque des agriculteurs" a un rôle majeur à jouer pour sortir du modèle d’élevage intensif.
Pauline Di Nicolantonio, Welfarm

Si d’autres banques françaises font également partie de la liste consultée par Welfarm, l’association justifie son choix de cibler le Crédit Agricole : « Non seulement il s’agit du plus gros investisseur auprès d’acteurs impliqués dans l’élevage intensif de poulets, mais surtout, ils constituent la 1ère banque des agriculteurs en France [8 éleveurs sur 10 en sont clients, NDLR], explique Pauline Di Nicolantonio. C’est pourquoi ils ont, selon nous, un rôle majeur à jouer dans la transition pour sortir du modèle d’élevage intensif. » Un modèle qui condamne les animaux à vivre dans des bâtiments surpeuplés, piétinant des litières souillées, sources notamment de lésions aux pattes et de problèmes respiratoires.

Sollicité par Welfarm en février 2020, le Crédit Agricole n’a pas souhaité réagir. « S’ils avaient pris des engagements concrets, je pense qu’ils auraient eu plaisir à nous répondre, analyse Pauline Di Nicolantonio. Le fait que notre demande soit restée lettre morte signifie, au contraire, que ces investissements ont été reconduits. » Réunis devant le siège du groupe à Montrouge (92), des militants y ont déversé l’équivalent de 7 millions d’euros en faux billets (9/09/2020). Ce qui correspondrait à la somme investie chaque jour par le groupe dans les fermes-usines et les firmes qui en dépendent.

« Reprenez le contrôle »

L’association de protection animale appelle désormais les citoyens à se mobiliser : « Cet argent c’est VOTRE argent : reprenez le contrôle ». Le site action-poulets.fr propose à chacun d’envoyer un mail automatique au Crédit Agricole, mais également d’imprimer un formulaire de réclamation, à remettre en agence locale pour exprimer leur indignation. Enfin, une pétition sera adressée au ministre de l’Agriculture pour réduire les densités d’animaux dans les élevages.

En France, parmi les 800 millions de poulets abattus chaque année, 83 % sont détenus en élevage intensif. Pourtant, plus de 8 Français sur 10 sont opposés à ce mode d’élevage (baromètre Fondation 30 Millions d’Amis /Ifop, 2020). La Fondation 30 Millions d’Amis enjoint le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, à se saisir de ce sujet délaissé par ses prédécesseurs.

Commenter

  1. pouguy 20/09/2020 à 17:33:59

    les banques sont comme certains patrons, ils font n'importe quoi, meme en enfraignant la loi, pour moi, cet argent qui servait à ces horreurs était de l'argent sale, car l'élevage intensif n'est pas sain pour notre santé

  2. GRAS 17/09/2020 à 10:06:43

    Merci pour cette information, je n'ai plus de compte au Crédit Agricole il n'y avait aucun intérêt. 

  3. Gryffondore 16/09/2020 à 15:00:20

    Je n'ai plus de comptes au crédit agricole depuis des années. Cette annonce me conforte dans le fait que cette banque est à éviter de toute urgence.

  4. nous pour eux 16/09/2020 à 14:10:11

    Contene de ne pas être cliente à cette banque ! Mais rien que le nom veut en dire beaucoup, même s'il y en a quelques un qui ne sont pas à mettre dans le même sac ! C'est attroce toutes cette souffrance animale....

  5. lekaal 16/09/2020 à 12:46:43

    Je viens d'envoyer un message aux 2 adresses du CA, en précisant que je suis cliente et leur demandant de ne plus subventionner les fermes-usines et les firmes qui en dépendent (votre texte ), au nom de 35 personnes. La souffrance animale est INSUPPORTABLE, ON ATTEND TOUJOURS DES ACTIONS DE NOS LAXISTES POLITIQUES, CHASSEURS, OFFICIONADOS... QUI PROTEGENT LES LOBBIES. UNE HONTE

  6. Bandy86 16/09/2020 à 11:19:25

    Le crédit Agricole n'est pas pour l'agriculture, il n'en a que le nom. C'est une banque au même titre que les autres, il finance tout et n'importe quoi, l'esprit animal il ne connait pas, vous pouvez demander un crédit pour construire une grande prison pour animaux (style élevage intensif) il dit oui, sans se préoccuper du bien être de l'animal, ni de l'éleveur ou du tortionnaire qui crée cet élevage.

  7. melsens 16/09/2020 à 09:28:19

    C'est fait : je vire ce jour mes compts du CA ! Ils vont le regretter car j'ai quelques économies depuis trop longtemps chez eux et moi qui allait les renflouer ... Merci de cette info .Si nous étions solidaires sur cette action , ça peut leur faire trés mal ... et c'est le but . 

  8. AnneV 10/09/2020 à 19:08:36

    J'ai envoyé un mail au CA !!!! Tant que les organismes "d'argent" financeront ce genre de dérives, ce ne sera pas gagné !!!! Comment leur faire comprendre que l'éthique peut être tout aussi productive que les tortures ?!!!!!