Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Protection

Des maires s’engagent pour le bien-être des animaux sauvages !

Les maires de Strasbourg, Saint-Lary et Besançon se sont engagés à mettre fin à la captivité des animaux sauvages dans leur commune. ©Zoo de l'Orangerie /Maison de l'ours /Citadelle de Besançon

Plusieurs maires élus en 2020 entendent mettre un terme à la captivité des animaux sauvages sur leur territoire. La Fondation 30 Millions d’Amis accompagne ces dynamiques locales à travers notamment la mise à disposition d’une convention destinée à aider ces communes volontaires dans leur transition.

Le renouveau a du bon ! De nombreux maires fraîchement élus en 2020 s’engagent pour la cause animale. A Besançon, à Saint-Lary, mais aussi à Strasbourg, ou encore à Nancy… les nouveaux édiles entendent sonner le glas de la captivité des animaux sauvages sur leur commune.

Les fauves de la Citadelle de Besançon

Récemment, la maire de Besançon (25), Anne Vigot, s’est engagée à ce que la Citadelle de la ville n’enferme, à l’avenir, plus aucun fauve (27/08/2020). Le Jardin zoologique de la Citadelle héberge effectivement de nombreux animaux sauvages, parmi lesquels des primates, des cervidés, des marsupiaux, mais aussi trois espèces de fauves que sont les tigres de Sibérie, les lions d’Asie et les mangoustes fauves. Or, aujourd’hui, « une nouvelle réflexion s’engage au sein du parc zoologique au vu des nouvelles connaissances en matière de condition animale, assure l’écologiste A. Vigot. A terme, les grands fauves ne seront plus présents à la Citadelle de Besançon ».

L’ours brun de Saint-Lary

 

 Une réflexion s’engage au vu des nouvelles connaissances en matière de condition animale.

Anne Vigot  - Maire de Besançon

A Saint-Lary (65), la Maison de l’Ours s’apprête, elle-aussi, à mettre un terme à la captivité de l’ours Lugo. Certes, l’établissement a été créé dans les années 80 pour faire découvrir au grand public les secrets du plantigrade, alors que moins d’une dizaine d’ours arpentaient les Pyrénées. Mais depuis, les effectifs ont été multipliés par cinq et, surtout, la captivité de la faune sauvage a révélé ses maux. Privés de leur milieu naturel, les animaux captifs développent divers troubles du comportement.   

Parce que le maintien de l’ours Lugo en lieu clos et séparé de ses confrères est, à cet égard, inenvisageable, la commune de Saint-Lary, propriétaire du plantigrade, en a tiré les conclusions qui s’imposent. « Cet animal qui est en parfaite condition physique, suivi très régulièrement par un vétérinaire qualifié, va être confié, dès la fin septembre, à une structure beaucoup plus adaptée pour l’accueillir sur le long terme, et ce, dans le respect des conventions internationales relatives à la faune sauvage, confie à 30millionsdamis.fr Michel Brousse, Directeur général des services de Saint-Lary. Désormais, c’est le bien-être de l’animal qui prime ».

Les animaux sauvages des zoos de Strasbourg et Nancy

 

Désormais, c’est le bien-être de l’animal qui prime.

Michel Brousse - Directeur général des services de Saint-Lary

Au nord-est de la France, Jeanne Barseghian – maire de Strasbourg – et Mathieu Klein – maire de Nancy – s’inscrivent pleinement dans ce mouvement favorable au bien-être animal. A terme, le zoo de l’Orangerie (67) et le zoo de la Pépinière (54) pourraient ne plus accueillir d’animaux sauvages pour s’orienter vers des espaces animaliers à vocation pédagogique. Ainsi, à Nancy, « Les macaques de Java ont été stérilisés pour éviter l’arrivée d’une nouvelle génération ; nous continuons de leur chercher un refuge capable de les accueillir, explique sur Lorraine Actu Dahman Richter, conseiller municipal délégué au bien-être et aux droits des animaux. Nous souhaitons conserver un espace animalier avec des espèces domestiques lorraines dont notamment des chèvres lorraines, qui sont en voie d’extinction, ou encore des poules meusiennes. Le but est double : conserver ces races locales et maintenir ce lien pédagogique avec les animaux ».

La Fondation 30 Millions d’Amis participe étroitement à cette dynamique. Elle travaille actuellement à la rédaction d’une convention à destination de ces communes, afin de les accompagner dans leur démarche pour la fin de la captivité des animaux sauvages. Elle apporte également son soutien au référendum pour les animaux dont l'une des principales mesures vise à mettre fin aux spectacles avec animaux sauvages. Une démarche souhaitée par 73% des Français

Commenter

  1. Gryffondore 11/09/2020 à 10:54:52

    Un grand merci à tous ces maires (femmes et hommes) intelligents et conscients que notre société doit changer positivement.

  2. Maurin.séolane 09/09/2020 à 15:50:04

    la France est TOUJOURS " EN RETARD" sur tout et surtout en ce qui concerne le bien-être animal qui ne rapporte rien au gouvernement!! Ce sont des vies que  l humain fat a mis en esclavage et traite comme des ustensiles. Ce mauvais devrait vivre enfermé et recevoir des coups pour faire un numéro. Et ceux qui assistent en applaudissant à ce triste spectacle sont des ignorants intentionnels  de la maltraitance ils sont autant coupables d aller payer pour voir des cirques avec animaux hyper malheureux. STOP AU CIRQUE AVEC DES VIES ANIMALES. s ils ne savent pas faire des spectacles sans animaux attrayants et attirant le public qu ils aillent au chômage 

  3. chatmama 09/09/2020 à 14:52:43

    Bravo à ces maires. Néanmoins ce qui me choque c'est qu'une chaîne publique diffuse une émission ou des animaux sont utilisés comme des choses, notamment quatre tigresses qui n'entendent que les coup de fouet et sont trimballées du Puy du Fou au Fort chaque année.

  4. Clairette2 09/09/2020 à 14:37:06

    Merci aux Maires qui ont su dire non. Certains sont plus courageux que d'autres...

  5. Bandy86 09/09/2020 à 13:23:37

    Bravos à ces nouveaux maires qui prennent des bonnes décisions. Mais ils faut bien prendre soins de ces animaux et les mettrent dans des parc adaptés pour eux. La pleine liberté est trop dangereuse, il connaissent l'homme et sont vulnérables. Nous devons rester à leur coté pour les aider dans une nouvelle vie avec plus de liberté.

  6. invariant 09/09/2020 à 11:23:11

    Christian GALIANO : poser la question c'est déjà y répondre : cela fait des dizaines d'années que la FRANCE est dirigée par des courtisans de lobbies qui ne seraient pas grand chose sans eux : d'ailleurs ils ne sont pas grand chose......il n'y a qu'eux pour penser le contraire !

  7. charbonnette 09/09/2020 à 10:59:30

    Bonne décision, ça devrait être 100 % du pays à le faire.

  8. nous pour eux 09/09/2020 à 10:13:55

     

    Alors là moi je dis bravo si tous les Maires, Députés etc... Pouvaient vraiment s'y mettre ce pourrait être un vrai combat ! En attendant MERCI aux Maires qui se sont engagés.

     

  9. Christian.galliano@wanadoo.fr 09/09/2020 à 09:58:24

    Autriche,Belgique,Bolivie,Hongrie,Chypre, Costa Rica,Croatie, Danemark,Estonie,Finlande,Grèce,Guatemala, Hongrie,Irlande,Israël,Italie,Lettonie, Liban, Malte, Mexique Hollande, Pérou, Portugal,Singapour,Slovénie,Suede.....tous ces pays on interdit les cirques avec animaux.......pourquoi pas la France.

  10. Millymagdalena 09/09/2020 à 09:46:46

    Je finis par penser que c'est par la base que nous y arriverons et pas par de belles décisions de nos sphères politiques supérieures ... enfin, celles qui sont en haut ! Bravo aux Maires qui prennent des décisions qui, j'espère, feront bouger l'apathie ambiante !