Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Covid-19

Veaux nourrissons : leur calvaire pendant les longs transports continue malgré le Covid-19 !

Les veaux entassés dans les camions souffrent de faim et de soif. Leur transport aura duré, au total, 50 heures (route et bateau). ©L214 Éthique & Animaux

Âgés de 2 à 3 semaines, des veaux nés en Irlande subissent plus de 50 h de transport jusqu’aux élevages intensifs des Pays-Bas où ils sont engraissés. Une nouvelle enquête menée par les associations L214 et Eyes on Animals en mars 2020 révèle que les bovins endurent, dans les camions, la faim et la soif. Leur vidéo montre plusieurs animaux victimes de coups de bâton et de pied dans un centre de transit normand. La Fondation 30 Millions d’Amis condamne l’irresponsabilité des autorités françaises et européennes, indifférentes semble-t-il au sort réservé à ces êtres sensibles et au risque pour la santé publique.

Combien de hurlements faudra-t-il encore entendre pour mettre fin à cette barbarie ? Tout juste un an après une précédente enquête révélant déjà l’enfer des veaux nourrissons, violemment frappés par les employés du centre de transit de Tollevast (50)... rien ne semble avoir changé ! Les associations L214 et Eyes on Animals ont à nouveau suivi le trajet infernal des veaux nés en Irlande, transitant par la France pour être engraissés aux Pays-Bas. Bilan : 4 pays traversés ; 2 000 km parcourus ; plus de 50 h de transport. Au centre de transit de Couville (50), c’est la même brutalité, froide et absurde. Des opérateurs frappent les veaux à la tête avec un bâton pour les déplacer, tandis que d’autres leur donnent des coups de pied pour les faire avancer.

Attention, contient des scènes difficiles. ©L214 Ethique & Animaux

« Maintenir le transport des veaux nourrissons, c’est de l’inconscience ! »

Des agissements scandaleux, alors même que la poursuite de l’activité est rendue d’autant plus incompréhensible dans le contexte pandémique de Covid-19. « Le transport des veaux nourrissons sur de longues distances est intolérable d’une manière générale, mais qu’il soit maintenu en cette période à haut risque, c’est de l’inconscience !, fustige Sébastien Arsac, cofondateur de L214. Alors que les citoyens sont invités à la plus grande vigilance et au confinement, quand la plupart des entreprises doivent restreindre ou suspendre leur activité, les longs transports d’animaux - absolument non essentiels - se poursuivent au détriment de la sécurité de tous et de la protection des animaux. » Les lanceurs d'alerte précisent que les veaux transportés actuellement ne seront tués et transformés que d'ici 6 mois. Cette viande ne palliera donc en rien à une éventuelle pénurie alimentaire dans les prochaines semaines !

Fait particulièrement alarmant, le transport des animaux d’élevage est devenu encore plus horrible depuis la mise en place des mesures de confinement liées au Covid-19. Plusieurs dizaines d'ONG de protection animale demandent à la Commission européenne de suspendre immédiatement le transport d'animaux vivants durant cette crise. Des camions se retrouvent actuellement bloqués pendant des heures en Pologne ou en Bulgarie, tandis qu’en Hongrie, le gouvernement a décidé de fermer les aires d'autoroutes, au prix d’une attente supplémentaire pour des bêtes déjà exténuées et apeurées. A cela s'ajoutent les risques pour la santé humaine, puisque le virus peut voyager sur le matériel ou les animaux.

Pour éviter le calvaire des transports, 83 % des Français sont favorables à l'abattage des animaux sur leur lieu d'élevage [baromètre 30 Millions d'Amis /Ifop, janvier 2020]. La Fondation 30 Millions d’Amis, qui réitère son appel à la limitation des transports à 8 heures par jour et à l’arrêt des exportations d’animaux vivants hors UE, réclame de la part des autorités françaises et européennes des mesures immédiates pour mettre fin à ces souffrances intolérables.

Commenter

  1. Sophaye974 07/04/2020 à 06:49:55

    A chaque fois j'en ai les larmes aux yeux.

  2. guilaine 80 04/04/2020 à 17:33:51

    Rien n arrêtera pendant le covid 19 ils en profite ils doit y avoir moin de contrôle. Et même encore ils en n'ont rien a faire. Au bout du compte c'est toujours une histoire d argent alors la maltraitance la souffrance de c est pauvre bêtes ils en ont rien à foutre. C'est écœurent le gouvernement est à la ramasse sur beaucoup de choses

  3. PecheMelba09 04/04/2020 à 15:05:49

    nous ne devrions pas manger de viande ni de légumes ni de fruits qui provient des autre pays .. nos agriculteurs sont obliger d'envoyer leur bêtes dans d autre pays européen pour pouvoir se sortir un minimum de salaire pour survivre. de plus les loi européenne ne sont pas les meme que en france ! arrêtons d d'exporter il faut manger français !! remuneron nos agriculteurs a leur juste valeur et nous cesseront de faire souffrir des bêtes dans les transport de longue durée et limiterons les maladie propager par l'importation de produits qui ne sont pas contrôler comme en france !

  4. AnneV 02/04/2020 à 18:07:38

    Arrêtons de manger de la viande, c'est le seul moyen puisque tous ces gens, avec la bénédiction de ce ministre de l'agriculture (et des autres) continueront tant que cela rapporte !!! Ce sont eux les machines ! Pas ces pauvres martyrs !

  5. frimousse 02/04/2020 à 17:20:43

    Même sans quarantaine, il n'y a aucune surveillance ni contrôle. ... mais là c'est intolérable, inadmissible ! Pourquoi faire encore et encore souffrir les animaux ? Arrêtons ce massacre et arrêtons tous ces trajets inutiles ! 

  6. prunette 02/04/2020 à 08:36:39

    je dirais que la quarantaine augmente atrocement la souffrance de tous les animaux puisque nous ne pouvons plus surveiller ce qui se passe...