Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Covid-19

Contre le Covid-19 le gouvernement chinois recommande... la bile d'ours !

En chine, plus de 10 000 ours sont détenus en captivité dans des fermes de bile. ©Animals Asia

Moins d'un mois après avoir interdit la vente et la consommation d'animaux sauvages pour l'alimentation, responsables de l'épidémie de Covid-19, le gouvernement chinois recommande l'injection de bile d'ours pour traiter les formes graves du virus. La Fondation 30 Millions d'Amis fustige ces recommandations aux conséquences désastreuses pour les animaux.

Interdire le commerce d'animaux sauvages à des fins alimentaires mais promouvoir l'exploitation d'animaux à des fins médicinales... C'est ce que recommande la Commission nationale de la santé en Chine (04/03/2020) ! Pour lutter contre le Covid-19, elle préconise le prélèvement de bile d'ours. Un paradoxe cruel aussi injustifié qu'inacceptable. Aucune preuve n'a été portée quant à l'efficacité de l'acide ursodésoxycholique - que contient la bile d'ours - pour le traitement du Covid-19. Au surplus, cette recommandation vient gravement menacer le bien-être et la survie des populations déjà fragilisées d'ours noirs d'Asie et d'ours bruns.

Une pratique cruelle...

« Plus de 10.000 ours sont gardés dans les "fermes de bile" en Chine et environ 1.200 subissent le même sort au Vietnam, fustige l'association Animals Asia, partenaire de la Fondation 30 Millions d'Amis, qui oeuvre pour mettre fin à ce commerce. La bile est extraite en utilisant différentes techniques invasives, douloureuses, qui causent des infections massives aux ours ». La plupart de ces ours d'élevage sont détenus en permanence, de leur naissance jusqu'à leur mort, dans des cages exiguës qui les empêchent de se mouvoir. Affamés et déshydratés, les ours souffrent en outre de multiples maladies et tumeurs, parfois fatales. 

 

La bile est extraite en utilisant différentes techniques invasives, douloureuses.

Animals Asia

Pour réduire les risques de propagation de maladies, la Chine entend fermer les exploitations qui produisent de la viande à partir d'animaux sauvages. Mais « que la faune soit consommée sous forme d'aliment ou de remède, des risques existent toujours dans la façon dont les animaux sont abattus, recueillis, entreposés ou transformés », confie à National Geographic Aron White, membre de l'organisation Environmental Investigation Agency (EIA). Les négligences et les maladies sont effectivement très fréquentes dans les fermes de bile, de sorte que les consommateurs risquent d'ingérer de la bile d'ours malade... et favoriser une nouvelle fois la propagation d'épidémies. « Nous ne devrions pas nous fier aux produits de la faune comme la bile d'ours comme solution pour lutter contre un virus mortel qui semble provenir de la faune, ajoute Animals Asia sur 30millionsdamis.fr. Mais nous espérons que la nouvelle législation renforcera les contrôles sur l'utilisation des animaux pour la recherche ».

... doublée d'un trafic illégal d'animaux sauvages

Si le commerce de la bile d'ours élevés en captivité est légal en Chine, celui de la bile d'ours sauvages est, en principe interdit (tout comme son importation depuis d'autres pays). Mais « L'existence d'un marché légal issu de la captivité n'allège en rien la pression exercée sur les populations sauvages. On constate une préférence prononcée des consommateurs pour les produits issus d'animaux sauvages, souvent considérés plus puissants ou plus "authentiques", regrette A. White. Les recommandations du gouvernement ont donc été reprises par les trafiquants pour promouvoir leurs produits illégaux comme traitement », déplore Aron White. 

Et comme si l'exploitation des ours ne suffisait pas, la Commission nationale de la santé recommande, pour le traitement du Covid-19, le recours à l'Angong Niuhuang Wan qui contient... de la corne de rhinocéros dont le commerce international est également strictement interdit ! Les recommandations du gouvernement chinois pourraient donc dangereusement contribuer à accroître le trafic illégal d'ours et de rhinocéros, alors que ces animaux appartiennent à des espèces protégées par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES).

Commenter

  1. Odelia 22/04/2020 à 16:14:21

    ALIZARINE49 : s'il n'y avait pas de demande, il n'y aurait pas d'offre, et ces margoulins ne s'acharneraient pas ainsi sur ces pauvres ours.

  2. jancia 09/04/2020 à 18:11:38

    C’est vraiment aberrant et cruel . L’être humain ne régresse vraiment pas dans ses pratiques barbares basées sur des croyances d’un autre temps ...

  3. alizarine49 08/04/2020 à 22:54:17

    Monstrueux ! J'évite désormais dans toute la mesure du possible d'acheter chinois, même si la population chinoise n'est pas forcément à mettre dans le même sac d'horreur !

  4. barique-daisy 05/04/2020 à 15:14:09

    C'est tout simplement affreux ce traffic de bile. Je suis malheureuse pour eux

     

  5. phoenix35 04/04/2020 à 15:44:47

    Abjecte ert horrible, comment peuvent-ils continuer à infliger autant de souffrance à ces pauvres ours !?

    Décidemment les Chinois ne comprennent toujours pas que maltraiter les animaux ne va pas arranger les choses. Rappleons que le Covid-19 est du aux conditions abjectes dans lesquelles sont détenus les animaux (chiens, chats, animaux sauvages, etc. entassés dans des cages puis torturés) dans les marchés chinois.

     

  6. alizarine49 03/04/2020 à 19:43:18

     C'est innommable, de même qu'une autre pratique : le festival de Yulin où l'on torture des chiens avant de les manger (leur souffrance les rendrait plus tendres !!!) En ce qui concerne la bile d'ours, il y a peut-être une protestation politique : le président chinois vient parait-il de préconiser la bile d'ours pour soigner le coronavirus !!!!

    Il y a d'extraordinaires merveilles dans la civilisation chinoise ancienne, mais les horreurs sont à la hauteur des merveilles : on pourrait espérer que la civilisation avance dans le monde contre la barbarie, au moins comme un idéal, on voit que les pires pratiques sadiques subsistent, puisque la souffrance de la victime est le principal objectif de ses bourreaux !

    Et tout cela dans cette Chine qui fut autrefois si raffinée par ailleurs !

  7. guilaine 80 03/04/2020 à 09:57:30

    Encore moi je suis scandalise de voir cette vidéo.Enfermé dans des si petite cage c'est honteux pauvre bêtes. C'est chinois ras le bol. Mais pourquoi ont arrive à maltraité tout c est animaux. Tout simple c est l argent ils y en a marre de tout sa

  8. alizarine49 02/04/2020 à 23:23:52

    Terrible mais utile rappel de certaines coutumes de nos amis chinois qui sont absolument inacceptables pour nous : j'espère qu'on ne m'administrera jamais de tels remèdes !

  9. Clairette2 01/04/2020 à 21:40:55

    Stop ça suffit raz le bol des chinois et leur médecine à "2 francs 6 sous" la bile de ses pauvres ours,  la corne de rhinocéros...  J'en passe la liste est longue.  Et le comble de tout qu'en on chope un virus il vient souvent de Chine merci. La Chine détruit cette planète un peu plus chaque jour.  La faune la flore ils s'en tapes. J'ai la rage de tout ça. De voir ces pauvres bêtes souffrir pour RIEN. 

  10. Krys35 01/04/2020 à 20:15:07

    Encore des animaux qui vont souffrir le martyr pour des croyances infondées. Tant qu'il y aura des C..S à acheter de la bile d'ours, il y aura ces fermes. A l'heure des technologies les plus poussées je ne comprends pas comment certains peuvent croire à de telles débilités. Mais si c'est la commission nationale de la santé de Chine qui le préconise, le combat s'annonce inégal. Il faut absolument que les mentalités changent et sans l'aide du gouvernement chinois, ça va être plus que compliqué.