Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Faune

3 choses importantes que vous ignorez (peut-être encore) sur les baleines

Les baleines portent secours à des animaux d'autres espèces, fertilisent les océans... mais restent chassées par 3 pays dans le monde. ©skeeze /Pixabay

Altruisme envers d’autres espèces animales, rôle dans la lutte contre le réchauffement climatique… A l’occasion de la journée internationale de la baleine ce 19 février 2020, 30millionsdamis.fr a compilé 3 faits surprenants au sujet de ces imposants mammifères marins.

1.    Les baleines portent secours à d’autres animaux

« Et si les baleines étaient les super héroïnes des océans ? ». Dans Complicités animales, 70 histoires vraies (éd. du Cherche-midi, 2019), la romancière Anny Duperey et le journaliste Jean-Philippe Noël relatent l’histoire de Nan Hauser, une biologiste spécialiste des cétacés, persuadée qu’une baleine à bosse l’a sauvée en la soulevant de l’eau alors qu’un requin-tigre rôdait à proximité. Cette histoire avait ému la toile en 2017, soulevant de nombreuses interrogations : la géante sous-marine avait-elle sciemment cherché à protéger la plongeuse, ou son comportement signifiait-il autre chose ? Si la question reste en suspens, d’autres scènes étonnantes avaient déjà pu être observées auparavant.

En janvier 2009, le chercheur américain Robert Pitman participe à la réalisation d’un documentaire animalier pour la BBC. A deux reprises, il observe des baleines à bosse faisant fuir des orques alors que celles-ci tentent d’attraper des phoques. L’une des « sauveteuses en mer » porte même un phocidé sur son ventre en le soulevant hors de l’eau, hors d’atteinte des prédateurs. Le scientifique s’intéressera par la suite aux cas similaires : « Entre 1951 et 2012, il ne comptabilise pas moins de 115 altercations entre des orques et des baleines à bosse. Dans 87 % des cas les baleines n’interviennent pas pour sauver l’une des leurs mais plutôt des lions de mer, des phoques, d’autres espèces de baleines et même des poissons-lunes », relatent A. Duperey et J.-P. Noël. Le motif de ces comportements « altruistes » reste un mystère…

Deux baleines à bosse s'interposent entre un orque et un baleineau gris. ©BBC

2.    Les baleines luttent contre le réchauffement climatique

Un lien entre les baleines, animaux aquatiques, et la captation de CO2 dans l’atmosphère ? Cela peut paraître étonnant, mais c’est pourtant bien une réalité… qui peut même être chiffrée. Le site web alternativi.fr cite une étude du Fonds monétaire international (FMI) en partenariat avec l’ONG Great whale conservancy, visant à calculer l’impact positif des baleines sur l’environnement. Avec leurs excréments, les baleines fertilisent les océans en azote et en fer, des nutriments qui permettent aux phytoplanctons de se développer. Or, ces végétaux aquatiques absorbent le dioxyde de carbone et produisent la moitié de l’oxygène de notre planète !

Au total, le phytoplancton absorbe environ 37 milliards de tonnes de CO2, ce qui correspond à la quantité capturée par 1700 milliards d’arbres… soit l’équivalent de 4 forêts amazoniennes ! Les géantes des mers contribuent donc, indirectement, à la lutte contre le réchauffement climatique. Le FMI évalue les services rendus par l’ensemble des baleines dans le monde à 900 milliards d’euros. Une approche certes purement comptable et « utilitariste », qui ne prend pas en compte la valeur – inestimable – de l’existence même de ces géantes…

3.    La chasse à la baleine reste pratiquée par 3 pays

Dans le monde, seuls trois pays pratiquent encore la chasse à la baleine : l’Islande, le Japon et la Norvège. Toutefois, les pêcheurs islandais n’ont tué aucune baleine en 2019, malgré le quota de 400 baleines par an autorisé par le gouvernement, rapporte le Huffington Post. En cause : le coût de la chasse à la baleine, trop élevé pour être rentable ; la baisse de la demande japonaise en viande de baleine ces dernières années ; et enfin, la popularité croissante des activités touristiques basées sur l’observation des cétacés.

De façon globale, les mesures de protection des mammifères marins ont porté leurs fruits. Ainsi, les baleines à bosse sont, depuis 2008, considérées comme « Préoccupation mineure » (risque d’extinction faible) par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Toutefois, d’autres espèces suscitent toujours l’inquiétude des chercheurs : la baleine bleue et le rorqual boréal, classés comme « En danger », ainsi que le rorqual commun, « Vulnérable ». Pour l’avenir de celles-ci, les collisions avec des bateaux, l’emmêlement dans des engins de pêche, la détérioration des habitats, le déclin des espèces proies et les perturbations sonores sont autant de menaces contre lesquelles nous pouvons – et devons ! – continuer à agir.

Commenter

  1. Emilia324 28/02/2020 à 20:19:03

    Pourquoi ils aident le monde et nous on le détruit «meunière de parler » on n’est pitoyable la race humaine est pitoyable on ne mérite même pas de vivre ! A la place de la détruire aidon l’a améliorons même et soyons en paix. Je parle en général