Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Justice

Cirques : condamnation en 1ère instance pour l’éleveur qui détenait des animaux sauvages

Les animaux de cirque détenus par un homme qui avait pour activité principale "l'hivernage" ont été sauvés par la Fondation 30 Millions d'Amis./©DR

Un homme qui détenait des animaux sauvages destinés aux cirques a été condamné à une interdiction d’exercer toute activité en lien avec les animaux pendant 10 ans. Une décision dont le prévenu a fait appel. Les fauves, primates et oiseaux ont été définitivement confiés à la Fondation 30 Millions d’Amis, partie civile. Elle avait porté secours aux animaux et avait publié une vidéo choc du sauvetage qui révélait l’envers du décor des cirques…

« Exploitation irrégulière d’établissement détenant des animaux non domestiques, placement ou maintien d’animal sauvage apprivoisé ou captif dans un habitat, environnement ou exploitation pouvant être cause de souffrance, privation de nourriture ou d’abreuvement par le gardien, éleveur ou détenteur d’animal domestique ou sauvage apprivoisé ou captif »… Telles sont les graves infractions dont a été reconnu coupable par le TGI d’Amiens dans la Somme ((6/04/19) le responsable de l’établissement « Au repos des fauves » à Bernaville (80) – nom paradoxal vu le sinistre sort réservé aux animaux. L’homme, qui a interjeté appel de cette décision, avait pour activité principale « l’hivernage » : il gardait les animaux qui lui étaient confiés par des cirques en dehors des périodes de spectacles.

En décembre 2017, la Fondation 30 Millions d'Amis a sauvé des animaux détenus dans des conditions déplorables. / ©Fondation 30 Millions d'Amis

En 2017, la Fondation 30 Millions d’Amis était intervenue avec la Douane, la DDPP et la gendarmerie de Bernaville (80) pour secourir les lions, le tigre, les macaques et les aras qu’il détenait, qui vivaient tous dans des conditions de vie déplorables. Tandis que les félins se morfondaient dans d’étroites cages, deux signes magots croupissaient dans un petit abri de fortune. Plusieurs cochons vivaient dans un enclos insalubre, servant selon toute vraisemblance à nourrir les fauves. Des animaux en « fin de carrière » étaient également recueillis. Sinistre « envers du décor » des cirques qui exploitent des animaux sauvages… Lors de ce sauvetage, Reha Hutin, Présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis, était sur place pour apporter son expertise sur la prise en charge des fauves.

Un lionceau à l’arrière-train fracturé

Lors de cette intervention les équipes ont pris en charge un lionceau à l’arrière-train fracturé, les muscles postérieurs atrophiés par le manque d’exercice. Outre la souffrance des animaux plongés dans cet enfer, « Il y [avait] un vrai risque pour la sécurité publique », rappelle Arnauld Lhomme, responsable des enquêtes à la Fondation 30 Millions d’Amis : ces installations de fortunes étant situées… juste en face d’une école maternelle ! Des visites pour les jeunes élèves avaient même été organisées.

A l’issue du sauvetage, les animaux avaient été transférés vers différentes structures partenaires de la Fondation 30 Millions d’Amis : les fauves vers le sanctuaire espagnol de l’association AAP, les primates vers son sanctuaire hollandais et les aras vers celui du NatuurHulpCentrum en Belgique. Grâce à la confiscation définitive prononcée par le TGI d’Amiens – dont la Fondation espère une confirmation en appel – ils devraient pouvoir y terminer leurs jours en paix… loin des sombres cages d’hivernage, des fouets des dresseurs et des cris du public.

Les Français majoritairement opposés aux cirques avec animaux sauvages

« Aujourd’hui, on n’a pas besoin d’utiliser des animaux sauvages pour donner du rêve aux gens, précise Reha Hutin. » Le dernier sondage de la Fondation 30 Millions d'Amis mené par l’Ifop (2019) révèle que 2 Français sur 3 (67 %) sont favorables à l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques. Une volonté prise en compte par des communes de plus en plus nombreuses, sous l’impulsion de la Fondation 30 Millions d’Amis et de l’association Code Animal.

Pour des cirques sans animaux sauvages  >>

Commenter

  1. phoenix35 06/05/2019 à 20:07:35

    Quelle horreur !!

    "des visites pour les jeunes élèves avaient même été organisées" ??!!

    C'est inadmissible. Comment peut-on faire visiter ces lieux ignobles à des jeunes enfants...

    Les instituteurs qui ont organisé ces visites devraient être également condamnés !

    Il est temps d'interdirec définitivement les cirques avec animaux en France, qui est bien en retard par rapport à certains de ces voisins...

    L'Angleterre vient de faire passer une loi pour interdire la présence de cirques ambulants sur l'ensemble du territoire :

    www.gov.uk/government/news/gove-delivers-legislation-to-ban-wild-animals-in-circuses

     

     

  2. giselet8@orange.fr 25/04/2019 à 14:36:54

    Quel horreur, décidément la France est en retard, il est temps qu'on arrête d'utiliser les animaux dans les cirques, dans beaucoup de pays y compris l'Europe, il y a longtemps qu'ils ont compris et qu'ils respectent les animaux. Pitié pour eux !!!

  3. guilaine 80 25/04/2019 à 06:23:45

    Guilaine 80\nOui il y a le maire qui doit interdire les cirques dans le village mais il faut que se soit une obligation sinon il y en a qui le feront jamais et surtout après il faut des contrôles pour aller voir les animaux je voudrai savoir se qu\'il font avec comme il ne leur ramène plus d argent il faut aller vérifié tout c est pauvre bêtes

  4. totoml 24/04/2019 à 21:48:51

    Inutile de faire appel, la condamnation sera maintenue. Ce soi-disant éleveur ne devrait pas avoir le droit de détenir des animaux non pas dix ans mais à vie. On peut se demander pourquoi il n’y a pas eu de contrôle sur les conditions de détention.

  5. mookie 24/04/2019 à 18:54:12

    encore une crapule avec des intentions purement mercantile

  6. Clairette2 24/04/2019 à 15:13:20

    Si tout les maires de France avaient le courage de dire NON aux cirques avec les animaux, beaucoup de ces pauvres bêtes pourraient sortir de leur prison - Mais peu encore ne veulent pas ou s'en contrefiche

    Encore un GRAND MERCI la 30 millions d'Amis

  7. murgod@outlook.com 24/04/2019 à 15:08:40

    Ouf! Mais que va-t-il advenir des animaux?

  8. amalitte2 24/04/2019 à 14:13:09

    10 ans pour ces personnes sans âme et sans aucune considération pour la vie, cela me semble bien peu, à vie aurait été beaucoup plus judicieux, sans compter que je doute qu'il y ait un suivi par la justice.  On attend dans l'urgence l'interdiction de tous ces lieux sordides ou l'animal est traité comme de la simple marchandise qui doit rapporter sans rien coûter. Et des peines bien lourdes seraient les bienvenues, afin de dégouter ces personnes à agir de la sorte.

    Il faut que les gens dénoncent tous ces endroits de maltraitance, que nous arrêtions de faire comme si tout était beau et magique.

  9. lotus2003 23/04/2019 à 19:03:01

    les cirques, c\'est sans animaux. les animaux sont pas des objets, ni des machines à fric. honte à ceux qui veulent encore des animaux prisonniers.