Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Faune

Les populations de moineaux en forte chute

Les moineaux désertent les grandes villes européennes dont Paris./©Pixabay

A l’occasion de la journée mondiale du moineau (20/03/2019), les cris d’alerte se succèdent concernant le déclin de l’espèce à l’échelle de la planète. En France, les chiffres sont également très inquiétants. Diminution des sites de nidification, raréfaction de l’alimentation ou encore usage des pesticides… 30millionsdamis.fr revient sur les causes qui expliquent en partie cette triste baisse.

Et si les futures générations n’avaient plus la possibilité de voir des moineaux dans leur jardin ? Cette hypothèse – qui pouvait paraître farfelue il y a une décennie – prend malheureusement tout son sens de nos jours.

3 moineaux sur 4 ont disparu à Paris

En effet, ce volatile, présent notamment dans les zones urbaines, voit ses effectifs se réduire à une vitesse folle depuis une dizaine d’années. La Ligue Protectrice des Oiseaux (LPO) estime d’ailleurs que dans la capitale, 3 moineaux sur 4 ont disparu… en 13 ans ! Depuis les années 80, les populations de moineaux auraient également perdu 70% de leurs effectifs en campagne. Dans une publication de la LPO de mars 2018, l’espèce est précisément prise en exemple pour alerter sur la « situation catastrophique » des oiseaux dans nos villes et nos campagnes. « A Paris, il semblerait que la situation se stabilise mais ne s’améliore pas, regrette Jean-François Magne, responsable de la délégation LPO en Île-de-France. C’est pourquoi nous avons relancé l’étude début mars afin d’identifier les moineaux mais aussi s’intéresser à la dynamique des colonies. »

Raréfaction des sites de nidification, manque d’insectes… Les causes sont multiples

 

A Paris, la situation ne s'améliore pas.

Jean-François Magne, responsable de la délégation LPO en Île-de-France.

Les raisons de ce fort déclin sont multiples, ce qui fragilise les solutions à apporter. L’une des principales causes est la diminution des sites de nidification dues à l’intensification de l’urbanisation. Les bâtiments sont bien moins adaptés pour que les moineaux y construisent leurs nids. « La raréfaction des sites de nidifications est effectivement l’une des causes de ce déclin, confirme Jean-François Magne. Il faut que des cavités soient disponibles pour les moineaux notamment en période de reproduction. On constate également un problème sur le nourrissage des jeunes à cause de la raréfaction des insectes. C’est l’un des sujets que nous devons mettre en évidence dans notre programme qui apporte des solutions concrètes pour le moineau. »

Si l’inquiétude se fait sentir en France, elle s’étend aussi à l’échelle mondiale. C’est ainsi que Mohammed Dilawar, fondateur de la Nature Forever Society, a créé le « Sparrow Day » (le jour du moineau) dès 2010 afin d’alerte sur le déclin numérique de cet animal dans son pays, l’Inde.

De grandes villes européennes qui perdent leurs oiseaux

Au Royaume-Uni, le moineau a même été inscrit sur la liste rouge des espèces d’oiseaux menacées, l’animal ayant quasiment disparu de Londres, la capitale. Dans le pays, la chute a été estimée à 62% entre 1970 et 1999. Plusieurs grandes villes d’Europe déplorent une situation analogue, que ce soit à Hambourg (-50% en 30 ans), à Prague (60% en 20 ans) ou en Finlande (60% en 25 ans). « Les baisses enregistrées en Europe occidentale sont attribués à la diminution de la disponibilité des aliments, explique l’ONG Birdlife International.  Cela peut être dû aux modifications de pratiques agricoles comme les pesticides et les herbicides. »

Si les populations de moineaux sont fragilisées, il est essentiel de rappeler que c’est malheureusement l’ensemble des oiseaux qui se retrouvent en difficulté. Les hirondelles elles-mêmes pourraient ne plus annoncer le printemps si le déclin de leur population se poursuit. Dans son rapport accablant de mars 2018, Birdlife International rappelait déjà que « la disparition des oiseaux [allait] entre 100 et 10 000 fois plus vite que la normale » et que « des douzaines d’espèces [risquaient de] s’éteindre chaque jour » à ce rythme ! Tristement prophétique… sauf à modifier rapidement et en profondeur nos comportements.

Commenter

  1. V5evasion 06/04/2019 à 15:37:28

    Où sont passés nos moineaux ??

    Un groupe de saint gillois (Bruxelles) s'interroge.

    Un avis de recherche a été lancé.

    Il les retrouve et crée le cahier des moineaux et des kits de survie ...

    Voir mon film : https://www.youtube.com/watch?v=LUKHMJor2Co

  2. sarahe76 01/04/2019 à 21:57:20

    c'est une catastrophe! quand on se promène on entend plus autant les oiseaux, le bruit des insectes... comment ces sujets peuvent ne pas être au coeur de toutes nos préoccupations! c'est universel! notre planète...

  3. Bandy86 28/03/2019 à 23:28:36

    Ils commencent à revenir chez moi, à la campagne, après plusieurs années où ils avaient diminuer.

  4. mookie 26/03/2019 à 20:05:08

    pesticide tous ce qui exploiter par les agriculteurs pour gagner plus mais empoisonner plus aussi

  5. murgod@outlook.com 26/03/2019 à 20:01:27

    Il y a quelques années, la population des moineaux avait diminué de 90%. Nous en avions encore 6 dans notre jardin. Nous avons commencé à remplir 2 mangeoires à suspendre, l'une avec des graines de millet et un peu de chanvre, pour les moineaux. L'autre avec des graines de tournesol pour les mésanges. Pourquoi 2 mangeoires? Parce que les moineaux jettent toutes les graines qui ne les intéressent pas, c'est-à-dire les graines de tournesol. 2 mangeoirs permettent d'éviter le gaspillage des graines. Pourquoi des mangeoires suspendues? Parce que, daans de simples plateaux, les tourterelles et les pigeons s'invitent et il ne reste rien pour les petits oiseaux. Ensuite - très important - toujours une coupelle d'eau fraîche. Au bout de quelques années, nous dénombrions 45 moineaux et ... 24 ou 25 espèces d'oiseaux de passage ou sédentaires (moineaux, mésanges mais aussi bouvreuil; troglodyte). Prenez soin de vos oiseaux de jardin, ils vous en récompenseront au centuple par leurs chants et leur présence.

     

     

     

     

  6. marie21330 26/03/2019 à 18:10:39

    eh oui les moineaux se font de plus en plus rare et même les hirondelles

  7. pouguy 26/03/2019 à 17:54:35

    ce n'était pas le cas chez moi après 5 ans où j'en voyait plus, cette année ils sont revenus, j'espère qu'ils seront encore là l'année prochaine. aussi derrière chez moi il y avait un jardin qui existe toujours et derrière le jardin un grande friche où l'on voyait plein d'oiseaux nicher. hélas cette friche a disparu à cause de la construction des logements sociaux qui on ne le dit pas assez détruit beaucoup de territoire pour les animaux, il n'y a pas que la pollution

  8. nous pour eux 26/03/2019 à 14:47:57

    Mais que faire contre ce déclin qui ne fait que des dégâts d'année en année ! 

    Et le peu qu'il y en a des personnes les piègent pour qu’ils ne viennent pas dans leur jardin manger leurs graines, du grand n'importe quoi......

    Les hirondelles, quand elles sont partis avant l'hiver nous avons eu le bonheur de les prendre en photo en face de chez nous sur les files électriques. Mais là c'est pareil, ils enlèvent aussi les files pour mettre des lampadaires les files sont mis sous terre. Les nids sont démolis par les habitants parce qu'ils font des dégâts avec leurs déjections. Mais ça se nettoie, ça se protège aussi on met ce qu'il faut sous les nids et voilà. Mais NON on détruit tout. L'autre jour sur MesOpinions.com, une personne faisait appelle justement pour des hirondelles dans son village, mais suite à l'appel de sa pétition elle abandonnait car elle se faisait harceler en retour.... C'est déplorable dans le monde où l'on vit ! 

  9. guilaine 80 23/03/2019 à 20:47:16

    Même a la campagne il y a moins de moineaux et les hirondelles c'est pareil on en voit plus c est triste