Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Biodiversité

500 hectares dédiés à la vie sauvage dans le Vercors

Les animaux peuplant le territoire de cette future réserve naturelle pourront vivre à l'abri des chasseurs. / ©Rémi Collange

L’association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS), partenaire de la Fondation 30 Millions d’Amis, a initié l’acquisition d’un terrain de près de 500 hectares dans la Drôme (26) afin d’y créer une réserve naturelle et faire barrage aux chasseurs.

Le projet est d’ampleur et pourrait offrir une véritable bouffée d’air frais à la biodiversité dans un contexte où celle-ci souffre de plus en plus. « Vercors Vie Sauvage », nom donné à l’initiative pilotée par l’ASPAS, s’étendrait sur pas moins de 490 hectares dans le Vercors drômois et offrirait un espace extraordinaire idéal pour protéger les espèces.

Un lieu idéal pour la protection de la biodiversité

« C’est un lieu idéal, se réjouit Madline Reynaud, présidente de l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS). Il s’agit probablement de la plus belle opportunité depuis une dizaine d’années. Nous avons eu la chance de tomber sur cette annonce puis nous avons gratté… » L’association, partenaire de la Fondation 30 Millions d’Amis, ouvre depuis 2010 des terrains afin de les transformer en réserves naturelles. Il y en a actuellement quatre : les réserves du Grand Barry et de Chateauneuf-du-Rhône (26), du Trégor en Côtes-d’Armor (22), et des Ranquas, dans l’Hérault.

Une alternative aux parcs naturels régionaux ou nationaux qui n’ont pas les faveurs de l’association : « C’est beau dans les paroles mais, dans les faits, cela ne protège pas la nature, regrette Madline Reynaud. Il n’y en a que très peu en France. Et la chasse ou la culture y sont souvent permises. »

Une zone totalement exempte de chasse

 

Si le projet réussit, cela offrirait une véritable protection à la biodiversité. Madline Reynaud, présidente de l'ASPAS.

Si le projet arrive à son terme, le symbole serait particulièrement fort puisque 250 hectares – soit la moitié de la zone en question – sont utilisés par les chasseurs. Ces derniers feraient d’ailleurs des pieds et des mains pour empêcher l’opération. « Il s’agit d’une zone de chasse privée en enclos, explique la présidente de l’ASPAS. Si le projet réussit, cela offrirait une véritable protection à la biodiversité. » Les animaux peuplant le territoire sont nombreux. Entre les cerfs, les aigles, les vautours fauves, les sangliers, les renards…  Mais aussi le loup qui est de passage dans les lieux.

Un million d’euros à réunir avant le 30 novembre

Pour parvenir à ses fins, l’association a jusqu’au 30 novembre pour récolter les 2,2 millions d’euros nécessaires. Elle a donc fait appel à des mécènes et à la générosité de donateurs via un site de financement participatif. 1,2 million d’euros ont d’ores et déjà été obtenus. La Fondation 30 Millions d’Amis soutient financièrement l’ASPAS chaque année depuis 2004.

Commenter

  1. Caliko 16/11/2018 à 21:25:58

    Il faut que ça se fasse. Une réserve de plus sans chasse et sans contrôle et le veganes devront passer le permis pour obéir aux demandes du préfet pour répondre présent au battu administrave.

    Les chasseurs ont horreur des battu administrative car le préfet exige la mort sans sélection de tout ce qui sort dans une espees.

    En pratique les chasseurs ne tue pas tout et pretendent raté par compassion.

     

    Il y a déjà un massif de veganes qui se retrouve contraint à faire des battues administratives. Finalement, ça va devenir des lieux de chasse pour la noblesse veganes.

     

    Bonne chance, je ne cautionne plus la stupidité et l'extremil'e sous couvert de sensibilité animale.

  2. totoml 14/11/2018 à 00:13:42

    Il faut que ça se fasse et bien fait pour les chasseurs ! Ce serait génial !

  3. pouguy 13/11/2018 à 16:46:07

    c'est une bonne idée, mais il y aura toujours des gens qui chasseront dans cette zone et ceux là montrent une mauvaise image à la chasse.

  4. renard.polaire1976@gmail.com 13/11/2018 à 16:41:52

    Super ! J’espère que ça va pouvoir se faire ????

  5. lety77 13/11/2018 à 16:22:18

    EST-CE QUE LES CHASSEURS (en réalité les CHIASSEURS !!) respecteront cette réserve ? Pas sûr, car ces individu sont sans scrupule et sans fierté !!! Des mauviettes avec un fusil !!

  6. nanou2017 13/11/2018 à 10:53:18

    Une forêt sans chasseur ni braconneur, je n'y crois pas du tout

  7. cyriellegiuko 13/11/2018 à 01:15:47

    Qu’elle merveille