Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Maltraitance

Delphinariums : ces pays qui ont eu le courage de les bannir

Les delphinariums sont absents de bon nombre de pays européens, mais pas en France… ©Pexels-Pixabay

Alors que Nicolas Hulot semble toujours sourd aux demandes des associations de protection animale d’interdire la reproduction de dauphins et d’orques en captivité, d’autres pays montrent la voie. La Croatie, la Slovénie, l’Inde, le Costa Rica et le Chili vont jusqu’à bannir les delphinariums par la loi, d’autres usent de restrictions pour les dissuader d’ouvrir. L’analyse de 30millionsdamis.fr.

Le dauphin Femke à l’agonie devant les visiteurs du Parc Astérix, l’ours polaire Raspoutine écumant de bave au Marineland d’Antibes… La douleur des animaux en captivité dans les delphinariums est de plus en plus décriée par une opinion publique qui refuse cette souffrance. Pour autant côté gouvernement, c’est : « les chiens aboient, la caravane passe » … L’arrêté ministériel ambitieux pris par Ségolène Royal en mai 2017 qui permettait l’interdiction de la reproduction des dauphins et des orques en captivité a été annulé par le Conseil d’Etat, fin janvier 2018. Depuis, statu quo !

Les quatre parcs aquatiques présents dans l’Hexagone (Marineland à Antibes, Planète Sauvage près de Nantes, le Parc Astérix à Plailly et le Moorea Dolphin à Tahiti) poursuivent donc leur « show » au grand dam des associations de protection animale et au mépris du bien-être animal. Il suffirait pourtant de se tourner vers l’étranger pour (enfin !) mettre un terme à ce triste spectacle.

Outre-manche, la disparition par la restriction

Le Royaume-Uni est l’un des premiers pays européens à avoir mis fin à la captivité des dauphins et cétacés par la mise en place de normes extrêmement restrictives, obligeant les delphinariums à fermer leurs portes en 1993 sans que cela soit interdit pour autant. Face aux nombreux décès d’animaux observés au zoo de Londres, l’association « Blue » s’est très fortement mobilisée, empressant le gouvernement de John Major [1er ministre britannique à l’époque, NDLR] à se pencher sur le sujet. « Ces restrictions sont une réponse à une étude menée par des experts sur le cas des delphinariums, nous apprend Cathy Williamson, responsable à Whale and Dolphin Conservation, une ONG britannique. Ces derniers ont examiné si les delphinariums se justifiaient du point de vue de l’éducation et de la conservation des espèces. » Le célèbre Flamingoland, près de York dans le Nord-est du pays, dernier bastion des enceintes aquatiques, ne se remet pas des mesures drastiques imposées par le pays et est contraint de fermer ses portes.

13 pays européens ont franchi le pas

Au sein de l’UE, la France a un train de retard. Nos voisins semblent en effet se préoccuper davantage du bien-être des cétacés. C’est notamment le cas de la Croatie qui a décidé d’agir contre la captivité des animaux aquatiques en juillet 2009 suite à un rapport la jugeant néfaste. Il y est désormais interdit de garder des cétacés à des fins lucratives. En Finlande, c’est le désintérêt des habitants pour les spectacles qui condamne les delphinariums en 2016.

Les autres pays de l’Union ayant contraint les spectacles à disparaître sont : l’Autriche, Chypre, l’Estonie, la Lettonie, la Hongrie, le Luxembourg, la Pologne, la République Tchèque, la Slovaquie, la Slovénie, l’Irlande et la Finlande.  « L’interdiction de la captivité est de deux types, explique Florian Sigronde, porte-parole de l’association C’est Assez. Soit elle passe par une prohibition réglementaire, ce que nous prônons en France avec la Fondation 30 Millions d’Amis. C’est le cas de la Slovénie et la Croatie qui ont interdit les delphinariums par la loi. Soit, on met en place des normes spécifiques les obligeant à fermer, comme au Royaume-Uni. Cette pratique dissuade leur création. »

Le Costa Rica, le Chili et l’Inde, les fers de lance

 

340 delphinariums dans une soixantaine de pays dans le monde. C'est Assez !

A l’instar du Royaume-Uni, de nombreux pays dans le monde ont mis en place des normes tellement prohibitives qu’elles empêchent la tenue des spectacles. C’est le cas du Brésil ou du Nicaragua.
Au Chili, la capture, l’importation, la commercialisation et l’exhibition des cétacés en captivité sont tout bonnement prohibées depuis 2005. Les manchots et les otaries sont également concernés afin de tuer dans l’œuf le trafic d’animaux aquatiques. Le pays sud-américain est suivi par le Costa Rica qui, la même année, interdit la captivité des baleines et des dauphins. Le pays va même très loin en inscrivant dans la loi des normes concernant les activités d’observation et de tourisme. Plus tard, l’Inde va encore au-delà en accordant dès 2013 aux dauphins le statut de « personne non humaine. » La conséquence est dévastatrice pour les industries de loisirs qui souhaitaient créer des delphinariums.

Toutefois, le mouvement doit encore progresser. « On dénombre 340 delphinariums dans une soixantaine de pays dans le monde dont 34 dans 14 Etats membres de l’Union européenne, rappelle Florian Sigronde. Cela représente plus de 2000 dauphins captifs, plus de 50 orques et plus de 220 belugas. » La France contribue donc à la souffrance de ces animaux. Pourtant, ce ne sont pas les exemples vertueux proches de nous qui manquent, et dont nous serions bien inspirés de suivre…

Commenter

  1. cachoucookie 28/08/2018 à 17:08:54

    toujours la france a la traine !! il suffit de ne plus aller dans ce genre d'endroit et tout rentrera dans l'ordre, il faut que le public réfléchisse aussi à ce qu'il engendre comme mal être !!

    aucun animal n'est sur cette planète pour qu'on l'offre en spectable à des humains. pourquoi doit-on être persuadé d'avoir un pouvoir sur les animaux ? 

  2. PetLover527828 12/08/2018 à 20:36:26

    Les dauphins sont de merveilleux animaux , d\'une intelligence et d\'une beauté incroyable ... ils méritent de vivre en liberté dans leurs milieux naturels et qu\'on leur f***** la paix

  3. Jaïa 29/07/2018 à 18:03:28

    en france ; ont n'avance pas ont recule ; comme d'habitude ; sans penser a la souffrance de ces pauvres animaux ; ils faudrait PENSER!!! c'est beaucoup demander !!!

  4. Bandy86 26/07/2018 à 22:21:55

    Je ne connaissais pas Black Fish, je viens de regarder le documentaire sur le net, et la vie de Tilikum..... Cet Orque a tué et j'ai pleuré, pas pour les personnes mortes, mais pour lui pour le sort que cet animal a eu pendant 35 ans. 35 ans de captivité dans un bassin de la grandeur d'une boite d'allumettes, J'en suis malade, il s'est laissé mourir..... C'est honteux, un dresseur a dit qu'il était resté pour lui, c'est bien de sa part, mais quelle vie ce pauvre animal a t'il eu ????  Il n'y a pas pire que l'humain, je lui pardonne tout ce qu'il a pu faire et j'espère qu'il repose en paix loin des humains et que dans le paradis des cétacés il est enfin heureux.

  5. Bandy86 26/07/2018 à 20:20:33

    En France on a les yeux et les oreilles bouchées, on est des siècles en retard et surtout il ne faut pas manquer un spectacle, même si l'animal souffre..... Bas on s'en moque..... Il faut fermer tout ça et vite..... Mais quand on voit comment notre président aime les animaux, c'est pas demain la veille . Malheureusement

  6. Avia 26/07/2018 à 11:13:42

    Pour ceux qui ne l\'aurais pas encore lu aller regarder le documentaire Black fish qui parle des orques et de leurs maltraitance

  7. cricri84200 25/07/2018 à 11:02:19

    il faut que les perosnnes comprennent la souffrance qu il y a derriere ces "spectacles"..qu ils ouvrent les yeux  ...mais non, malgré les preuves, les temoignages, les vidéos..seule leur plaisir compte...Ils cautionnent  ces cruautés ..mais iront pleurer si on indique qu un dauphin ou un orque  nest dcd..des hypocrites... il faut boycotter tous ces endroits...tous ces ieux qui se servent des animaux pour l argent, encore et encore

  8. AnneV 19/07/2018 à 18:43:41

    "Supplier" ne sert à rien !!! Ils s'en moquent ! Il faut persuader les gens de ne plus voir ces spectacles (Femke, se meure dans le bassin d'Asterix, les gens sont ils aveugles ou complètement c***** ?!!!!!!) Lutter contre la bêtise humaine est un combat inégal, vue l'ampleur, mais à force de leur faire rentrer un semblant de conscience à coups de massue, on y arrivera peut être ?!

  9. YaKomI MJ 19/07/2018 à 10:02:06

    Ah c'est triste tous ces animaux en captivité ! Je ne vais même plus au cirque, zoo, etc...comme quand j'etais encore enfant. C'en est assez de tous ces animaux tristes ! Votez et faites cessez ça, s'il vous plait ! Je vous en supplie !

  10. AnneV 18/07/2018 à 18:22:19

    Je suis sûre que N. HULOT n'est pas nul, mais il est confronté au monde de la politique, à un gouvernement qui se tape comme de l'An 40 des animaux et de la biodiversité et que ce n'est pas un "professionnel" du "On va les enfumer" !! Il perd des kilogs, et sa confiance en l'humanité doit en prendre un coup !! Il faut le soutenir, pas lui taper dessus. Ses convictions restent les mêmes mais se battre contre le grosse machine de l'indifférence, des lobbies et de l'appât du gain doit être épuisant, voire, tuant.