Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Comportement

Le sevrage du chaton, une étape essentielle à son bien-être

Les chatons dont le sevrage est incomplet peuvent développer des troubles du comportement. ©Adobestock

L'éducation d'un chat peut s'avérer complexe, notamment s'il se révèle anxieux, hyperactif, voire agressif. En réalité, ce type de comportement s'explique par un sevrage inachevé. Contactée par 30millionsdamis.fr, le Dr vétérinaire Brigitte Leblanc revient sur ses causes et les solutions pour y remédier.

« Chez les chats, la maman ne se contente pas de nourrir ses bébés ! Elle assure également leur éducation, et cela, à de nombreux niveaux », affirme le Dr vétérinaire Brigitte Leblanc. Un chaton peut donc être sevré physiquement assez vite, mais cela ne signifie pas qu'il le sera psychologiquement. Le rôle de sa mère est, à cet égard, essentiel.

Des troubles du comportement liés à un sevrage précoce

En effet, c'est la maman - ou un autre chat adulte, dit « régulateur » - qui, par les sanctions qu'elle lui inflige, éduque le chaton. Plus particulièrement, elle lui apprend les mécanismes d'auto-contrôle que sont la rétractation des griffes et l'inhibition des morsures. Cet apprentissage est acquis vers l'âge de 9 semaines. Il est donc nécessaire que les chatons restent suffisamment longtemps auprès d'un adulte de son espèce, avant toute adoption.

 

Des chatons dont le maternage a été insuffisant développent une hypersensibilité et une hyperactivité.

B. Leblanc - Dr vétérinaire

A défaut, les petits félins pourraient développer des troubles du comportement. « Ainsi, il arrive souvent que des chatons dont le maternage a été insuffisant développent une hypersensibilité et une hyperactivité, explique la vétérinaire. C'est le cas des chatons qui, certes appréciés de par leur tempérament jovial, ne parviennent pas à contrôler leurs morsures et griffures, mais aussi des petits félins qui jouent sans arrêt, incapables de stopper leur séquence de jeu ». L'anxiété, l'agression, voire la destruction qui en résultent ne pourront être annihilées qu'au prix d'un traitement médical à vie.

Interdire la cession d'un animal de moins de 10 semaines

Dans une telle situation, solliciter, au plus tôt, l'avis d'un vétérinaire est donc indispensable. Celui-ci pourra vous donner quelques conseils utiles à l'éducation de votre félin. « Par exemple, bannissez les punitions, trop anxiogènes, mais n'hésitez pas à le réprimander d'un « non » bien ferme dès qu'il vous griffe, recommande le Dr Leblanc. Il importe également que vous soyez à l'initiative des jeux pour ne pas le laisser décider. » Mais si la situation devient plus critique, il conviendra de demander l'aide d'un comportementaliste.

 

Bannissez les punitions, mais n’hésitez pas à le réprimander d’un « non » s'il vous griffe.

B. Leblanc - Dr vétérinaire

Ces troubles du comportement témoignent ainsi de la nécessité de ne céder - à titre gratuit ou onéreux - les animaux qu'après un délai suffisamment long pour permettre le meilleur maternage possible. Le député Loïc Dombreval (LaRem) propose, parmi ses 121 recommandations pour le bien-être animal, non seulement d'interdire la cession d'un chien ou d'un chat de moins de 10 semaines, mais aussi d'imposer son acquisition directement auprès de l'éleveur – le cas échéant – en exigeant de voir les interactions de l'animal avec sa mère. Actuellement, l'article L. 214-8 du code rural n'impose qu'un délai de 8 semaines, ce qui ne permet pas d'assurer une sociabilisation efficiente de nos 30 millions d'amis.

Commenter

  1. Gryffondore 08/08/2020 à 18:37:16

    ...Cela évitera des malheureux.

  2. Gryffondore 08/08/2020 à 18:36:29

    Entièrement d'accord avec Lolies. La stérilisation est encore une action des humains sur le chat sans lui demander son avis, mais si les personnes ne veulent pas garder les chatons d'une chatte, qu'ils la fassent stériliser avant sa première portée... cela éviter

  3. riot 07/08/2020 à 19:07:34

    il faut retirer des tribunaux egalité,fraternité,liberté.et mettre en place cette phrase juste.LE FORT DOIT TOUJOURS AIDER LE FAIBLE.

  4. Zigomard 05/08/2020 à 21:11:30

    J'ai adopté mon 2° chat à des enfants de la "rue". J'ai craqué du moins pris pitié, pour cette petite boule de poils qui tenait dans le creux de ma main. Le lendemain rendez-vous chez le vétérinaire pour savoir si ce petit minou était en bonne santé. (Malheureusement, non. Problèmes respiratoires... Les 6 premiers mois ont été difficiles. Il fallait souvent aller consulter). Le 1er mot du vétérinaire ce chat a à peine 2 mois et il devrait se trouver encore avec sa mère. Lorsque j'avais demandé aux enfants d'où provenait ce petit chat, leur réponse, là bas ? Impossible d'en savoir plus. Ce petit minou venait se faire câliner comme un bébé et parfois, sans savoir pourquoi, il s'agrippait au poignet, toutes griffes sorties et il enfonçait ses dents dans la chaire. Je commençais à regretter de l'avoir adopté mais j'adorais les animaux. Lorsque il avait ce comportement, je lui disais non, d'un ton ferme, j'essayais de le décrocher de mon poignet et je l'ignorais pendant un moment. Parfois, il revenait me demander un câlin, mais c'était non. C'était moi, ensuite qui décidait lorsque j'avais pardonné. Je voulais lui faire comprendre qu'il avait fait une 'bêtise" et qu'il était puni. Avec de la douceur et de la fermeté, j'ai pu lui faire perdre cette mauvaise habitude. Ensuite, il a été un adorable minou. Affectueux, câlin et d'une extrême gentillesse. Du fait qu'il avait été enlevé à sa mère trop tôt, celle-ci n'avait pas eu le temps de lui apprendre certains "dangers". Bien souvent, il montait sur le lit et ensuite il se laissait tomber de tout son poids. Problème, il ne vérifiait jamais si il était au bord ou au milieu du lit. Cela lui est arrivé plus d'une fois de se retrouver au sol. Mon 1er chat que j'avais adopté vers 3 mois environ, était beaucoup plus prudent. De ce fait, je ne pouvais pas faire confiance à mon 2è minou comme le 1er. Je ne le laissais jamais seul à la fenêtre j'avais des craintes qu'il tombe. Il n'était pas responsable c'était la faute de ces enfants qui l'ont arraché à sa mère trop tôt. Mon adorable minou a vécu 18 ans et 3 mois.

  5. pouguy 05/08/2020 à 18:22:11

    un animal quelqu'il soit, ne doit pas quitté sa mère avant le sevrage, autrement je trouve ça de la maltraitance, si on ne veut pas de petits qu'on stérilise la femelle ou castre le male

  6. lolies 05/08/2020 à 10:35:17

    Bonjour,

    J'ai une mère (maltraitée et laissée handicapée qui vient de la rue mais sait qu'elle peut être aidée par un Humain) et son chaton depuis un an... c'est un petit bonhomme à sa maman qu'elle éduque encore, un an après sa naissance !!

    Il n'y a encore pas si longtemps, elle le couchait à heures fixes et le réclamme quand il dort plus loin. Je pense que 10 semaines c'est encore BEAUCOUP trop tôt.

    Il se passe des choses entre les animaux que nous ignorons et nous avons grand tort de décider pour eux, pour leur bien soit-disant, ou plutôt pour que nous ayons le loisir de disposer d'un animal et les acquérir lorsqu'ils sont bébés n'est-ce pas un bon moyen pour s'assurer de cet amour qu'il nous est si difficile à trouver (et conserver) entre Humains ?...).

    Même si les animaux peuvent s'en accommoder ou même y trouver un intérêt qui ne doit jamais aliéner leurs DROITS fondamentaux (eau, air, nourriture et liberté, le tout à volonté)... ai-je bien lu qu'on les met sous traitement médical (opiacés ?!?) ou comportementaliste ?


    Finalement, ils sont dépressifs et nous n'y voyons aucun réel problème...

    L'appropriation et la "séquestration" de l'animal est un problème grave et pose question sur les intentions (commerce, faire-valoirs avec les Races rares maintenant on trouve des lions dans les appartements !!!, etc.) des Humains et de leurs propres problèmes psychiques.

    Bonne journée

  7. nous pour eux 05/08/2020 à 10:34:26

    Je soutiens le combat mené par 30 millions d'amis ! Tous bons conseils est dit et donc non au sevrage précoce...

    Interdire la cession d'un animal de moins de 10 semaines