Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Débat

Début d’activité pour la Ferme des 1 000 vaches en dépit des protestations

Photo : © Sébastien Gayet - Fotolia.com

C’est une immense ferme-usine à vaches qui vient de s’implanter dans la Somme, malgré de nombreuses protestations du monde agricole et des défenseurs des animaux. La Fondation 30 Millions d’Amis dénonce cet élevage intensif à grande échelle et réclame la suspension du projet.

La première traite a eu lieu samedi dernier, à 7h00 (13/9/14). La Ferme des 1 000 vaches, située sur les communes de Drucat et Buigny-Saint-Maclou (80) a commencé ses activités agricoles par la traite de 150 vaches, acheminées sur le site dans le plus grand secret. En dépit des blocages et des manifestations, cette exploitation géante a pour objectif de rassembler 1 000 vaches laitières et 750 veaux. Un projet gigantesque et inédit en France : selon le CIWF*, la plupart des fermes françaises sont encore familiales avec en moyenne 45 vaches laitières. Inspirée par le modèle américain, la Ferme des 1 000 vaches est donc une première dans notre pays, au grand dam de nombreux opposants : les défenseurs des animaux et de l’environnement, mais aussi de nombreux agriculteurs réunis sous l’égide de la Confédération paysanne.

Elevage hors-sol

Si cet élevage laitier est autant décrié, c’est avant tout pour les conditions d’élevage des bovins : enfermés leur vie durant dans des bâtiments clos, ceux-ci ne disposent d’aucun accès à l’extérieur. Un projet qui va à l’encontre des recommandations du Conseil de l’Europe, comme le souligne l’association L214 : les animaux doivent avoir l’opportunité de sortir aussi souvent que possible car « l’accès aux pâturages augmente la palette de comportements possibles et permet de limiter les boiteries » explique l’organisation. Par ailleurs, l’augmentation de taille des troupeaux accentue l’ensemble des risques de maladies respiratoires, digestives ou parasitaires.

Les opposants dénoncent également les dangers pour l'environnement : ils pointent du doigt d’éventuels risques liés à la présence d’un méthaniseur (réservoir de décomposition des déchets organiques, NDLR) de puissance industrielle, qui pourrait provoquer d’importantes nuisances olfactives et sanitaires. Des nuisances impossibles à quantifier, car aucune étude n’a été menée en amont du projet, comme le rappelle l’association Novissen - acronyme de « NOs VIllages Se Soucient de leur Environnement ».

 

Chacun doit refuser la généralisation de l’élevage intensif et ses dérives inquiétantes.

Reha Hutin

Procédures administratives

Financée par un investisseur extérieur au monde agricole, l’implantation de cette ferme-usine ne cesse de provoquer l’indignation. Pour Reha Hutin, Présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis, « ce type d’exploitation cruelle, sans aucune considération pour l’animal, devenu une machine de production, fera progressivement disparaître les petits agriculteurs, soucieux du bien-être des animaux qu’ils élèvent ». A contre-courant de l’actuelle amélioration des conditions d’élevage des animaux de ferme - évolution, création de labels, transparence vis-à-vis du consommateur - la Ferme des 1000 vaches « reflète une incitation à une consommation sans limites qui détruira à terme notre planète » poursuit Mme Hutin.

Novissen a déposé un référé en suspension d'exploitation devant le tribunal administratif d'Amiens, le 5 septembre dernier. Quant à la Confédération paysanne, elle dénonce un passage en force et prépare une procédure d'urgence contre la mise en route du projet, selon Le Figaro. Même le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a rappelé au micro de RTL qu'il n'avait « pas soutenu » le projet (14/09/14). « Chacun doit refuser la généralisation de l’élevage intensif et ses dérives inquiétantes, où les animaux ne sont plus considérés comme des êtres vivants à part entière, mais comme de la matière première utilisée sans états d’âme au nom du rendement » conclut la Présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis.

*Compassion in World Farming

Commenter

  1. luna5967 09/10/2014 à 16:45:51

    Quand la vie n'est plus respectée et qu'on traite un etre vivant comme un objet, honte à ceux qui permettent de telles horreurs, et gare au retour de baton...

  2. baghee21 19/09/2014 à 15:06:24

    Toute l'info figure sur le site de Novissen (voir le lien dans l'article). Ils font la liste des actions à mener pour les soutenir.

    En ce qui concerne la crainte de se nourrir d'animaux de batterie (les sociétés françaises ont un mal fou à se mettre en conformité avec les normes européennes pourtant si peu exigeantes!), j'ai fini par en avoir marre de me demander quelles souffrances pouvaient avoir traversées les animaux dont je me nourrissais. C'était devenu d'autant plus insupportable que je me disais que si j'avais dû tuer moi même ce que je mangeais, je n'aurais pu que devenir végétarienne. J'ai donc fini par me mettre en accord avec ce que je pensais et ressentais : je suis devenue végétarienne.

    Plus de viande ni de poisson, et depuis pas mal de temps j'étais passée au lait bio (prétendument de ferme ?) et aux oeufs de poules élevées en plein air. Je me sens beaucoup mieux d'autant plus que l'absence de viande m'a obligée à mieux équilibrer les légumes, céréales, légumineuses et fruits. Et j'ai redécouvert les saveurs :).

    Ce n'est même pas du boycotage, c'est juste un changement de mode de consommation et je n'y ai rien perdu financièrement, l'absence de viande et de poisson compense les surcoûts des autres produits. Plus il y aura des réactions de ce type et plus cela jouera sur l'offre : privilégier les produits éthiques dans la mesure du possible et continuer à informer. Pour ceux qui veulent continuer à manger de la viande, il y a des labels et des marques qui permettent de mieux choisir.

    Seul mon chat profite encore des sous-produits du système en place (croquettes et boites sont bien fabriqués à partir des sous-produits des animaux destinés à la consommation humaine). Il existe cependant des produits bio pour chiens et chats qui sont sensés être produits hors viande de batterie.

  3. genesian 19/09/2014 à 13:35:57

    Est-ce que la fondation  30 millions d'amis va agir? Pétitions etc?

  4. Darkswan 17/09/2014 à 21:19:08

    J'espère ne jamais manger de lait ou de viande provenant de l'"exploitation" (pour le coup c'est le mot juste) de ces pauvres bêtes.... Certes, l'homme est carnivore, mais quand même... Spéculer en achetant une exploitation.... Les riches savent plus quoi inventer pour que leur argent rapporte plus que sur un bon vieux livret à la banque.....

  5. RESEDA 17/09/2014 à 14:18:06

    Une solution vous appartient consommateurs de viande : n'en mangez plus et boycottez les produits laitiers provenant d'élevage honteux comme celui-là. C'est valable pour tout : pas de clients et la production s'arrête. Vous, consommateurs êtes responsables de ce que vous achetez !!!! et si au lieu de penser à votre ventre vous pensiez aux animaux, à ces vies que vous méprisez au point de les tuer pour les manger !!!!