Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Faune

Le Botswana met fin aux "chasses en boîte"

Le Botswana met fin aux "chasses en boîte"

Véritable paradis pour les chasseurs de gros mammifères, le Botswana a annoncé l’interdiction prochaine des safaris, véritables tueries de luxe. La Fondation 30 Millions d’Amis, qui lutte contre cette « chasse en boîte » depuis des années, se réjouit de cette décision.

Véritable paradis pour les chasseurs de gros mammifères, le Botswana a annoncé l’interdiction prochaine des safaris, véritables tueries de luxe. La Fondation 30 Millions d’Amis, qui lutte contre cette « chasse en boîte » depuis des années, se réjouit de cette décision.

Le Botswana met fin aux aux chasses en boîteA compter de 2014, la chasse commerciale aux animaux sauvages sera interdite au Botswana. Cette nouvelle fait écho au scandale qui a mis en cause Juan Carlos en avril 2012 : le roi d’Espagne s’était fracturé la hanche au cours d’une partie de chasse à l’éléphant dans le pays. Révélé au public, cet incident avait souligné le goût du monarque pour cette activité et choqué les Ibériques, le roi étant, par ailleurs, président d'honneur d’une célèbre association de protection de la nature. « La majorité des chasseurs viennent des Etats-Unis, le reste d'Europe principalement, même si certains africains blancs participent également à cette pratique barbare », précise Renaud Fulconis, directeur d’Awely*.

Tirs à bout portant

La chasse dite « sportive » des grands mammifères est un « loisir » pratiqué dans les pays africains dotés d’une faune riche et variée, par des milliardaires en mal de trophées. Les prix proposés par les tour-opérateurs sont exorbitants. Ainsi, l’Afrique du Sud et l’Ouganda autorisent la chasse de l'éléphant, du rhinocéros, du lion, du léopard et du buffle. Dans le cas des lions, cette pratique, appelée « chasse en boîte », use de méthodes particulièrement cruelles : les fauves sont en réalité captifs dès leur plus jeune âge, et donc particulièrement dociles. Rien de plus aisé que de les tuer d’un coup de fusil - parfois à bout portant - alors qu’ils ne montrent aucune méfiance envers l’homme. « Les animaux ne sont pas prélevés dans la nature. Il existe de véritables élevages dont l'objectif est uniquement de fournir des proies aux chasseurs » explique Renaud Fulconis. Or cela a des conséquences sur la conservation des animaux vivant à l’état sauvage : « Même si cela est difficile à estimer, il est incontestable que pour des espèces aussi emblématiques que le lion, dont les effectifs chutent dangereusement, l’impact n’est pas neutre » note Renaud Fulconis.

Lobbies puissants

Au Botswana, la chasse ne sera donc plus autorisée sur le domaine public, à compter du 1er janvier 2014, « sauf circonstances particulières », comme l’a déclaré le président Ian Khama sans davantage de précision. Le gouvernement est persuadé que cette interdiction facilitera la croissance durable du secteur touristique, et que les zones de chasse seront peu à peu transformées en « zones photographiques ». Mais les pro-chasse n’ont pas dit leur dernier mot. « C’est une ressource importante pour les organisateurs qui sont souvent des personnes privées. Et les lobbies sont également importants et puissants en Afrique ; le lien avec la conservation des espèces est paradoxalement souvent étroit, comme en Afrique du Sud. Ceux qui sont censés faire appliquer les lois internationales de protection des animaux menacés sont parfois impliqués, voire même les initiateurs de ce type d'activité, comme ils peuvent l'être dans le trafic ou les réseaux de viande de brousse » dénonce Renaud Fulconis.

Le combat est donc loin d’être gagné. Selon l’OIE***, la chasse dite « sportive » est pratiquée dans la moitié des pays d’Afrique. C’est précisément en Afrique du Sud que les caméras de 30 Millions d’Amis avaient pu filmer, en mai 2011, une « ferme » dans laquelle 160 fauves étaient élevés afin de devenir des proies. Une pratique malheureusement toujours légale dans ce pays.

*Awely « des animaux et des hommes »

**L’éléphant d’Afrique est classé en Annexe I de la CITES - Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction - depuis 1989

***World Organisation for Animal Health

Photo : © WildPix - Fotolia.com

Commenter

  1. Nadya 02/01/2013 à 08:23:15

    C'est ahurissant de savoir que ces lobbys s'opposent à cette décision. C'est  une décision qui aurait due déjà être prise et  pratiquée depuis bien longtemps. Mais que voulez-vous, l'argent à le pouvoir sur tout, même sur la vie.

    Je ne me fais pas de souci pour ces milliardaires en manque de sensations criminelles. D'autres pays autorisent ce divertissement    

    Je reste cependant sceptique lorsque je lis « sauf circonstances particulières » On sait tous ce que cela veut dire. Mais restons optimiste. Cette décision est déjà un petit pas pour la protection des fauves dans cette région.    

  2. chatchien 26/12/2012 à 00:19:50

    les 3/4 de l'espéce humaine est à éliminée d'urgence sur cette Terre,y compris ces c...... du monde de la mode comme Lagerfeld qui est pour la fourrure,je comprends pas pourquoi on lui a pas encore fait rtavaler ses dents.

  3. Lucky-titi 19/12/2012 à 20:19:14

    Bonjour, je trouve sa super mais malheuresement c'est encore bien loin janvier 2014, si j'en avais les moyens je leur ferait pareil, sa serait marrant non?? de mettre un mec dans une cage et de lacher le fauve.

    Je trouve sa ignoble de profiter de la gentillesse des animaux pour le plaisir massacreur de l'homme. Parfois on se demande de qui de l'homme ou l'animal est vraiment civiliser.

    Il ne faut pas lacher prise, et continuer a se battre pour eux.

    L'animal n'as pas a etre tourturer, battu, ou autres, l'animal doit etre respecter!!! 

  4. didoudidou 19/12/2012 à 19:05:28

    Je sugére la poursuite de la chasse, à arme égale, le chasseur disposant d'un opinel , et de son fabuleux courage de dominant !!!!

  5. chantal66 19/12/2012 à 12:28:53

    Je me souviens avoir vu un reportage où une RESERVE sensée protéger les animaux organisait ce genre de chasse soi disant dans le but de gagner de l'argent pour sauver plus d'animaux!

    L'homme (du moins les chasseurs ici) est juste un gros con qui se croit supérieur à toutes les autres espèces! Il ne resterait qu'un spécimen d'une race que ces chasseurs seraient capables de le mettre aux enchères pour avoir le droit de le tuer!

    J'ai découvert il y a peu qu'en France, il existait des élevages d'oiseaux et même de cerfs, de biches POUR LES CHASSEURS parce que ces ordures se plaignent, du moins pour les oiseaux, qu'ils ont quasiment tous disparus! La faute à qui donc???

    C'est comme le fait de les nourrir en hiver. Les gens se plaignent qu'il y a trop de sangliers, normal, les chasseurs les engraissent ainsi que les cerfs et les biches!

    Qu'on ne vienne pas me dire que tous les chasseurs ne sont pas pareils! Si! Ils sont tous pareils! Et en plus, certains maltraitent leurs chiens!

  6. anonyme 19/12/2012 à 10:29:24

    On devrait se réjouir de cette nouvelle... Et pourtant elle ne me fait pas sauter de joie. Car chaque fois qu'il y a une annonce qui semble aller dans le bon sens, celui de la défense et de la protection des animaux, il y a toujours un MAIS, car rien n'est jamais définitif et irréversible.

    Il y a de plus en plus de riches, très riches, milliardaires, qui ne savent plus quoi faire de leur pognon et qui créent ces évènements que vous appelez véritables tueries de luxe.

    Le Botswana ne met pas véritablement fin aux chasses en boîte puisque d'une part il autorise des "circonstances particulières" et d'autre part l'interdiction de cette "chasse" ne concerne que le domaine public. Et comme le rapporte Monsieur Renaud Fulconis : « C’est une ressource importante pour les organisateurs qui sont souvent des personnes privées. Et les lobbies sont également importants et puissants en Afrique ; le lien avec la conservation des espèces est paradoxalement souvent étroit, comme en Afrique du Sud. Ceux qui sont censés faire appliquer les lois internationales de protection des animaux menacés sont parfois impliqués, voire même les initiateurs de ce type d'activité, comme ils peuvent l'être dans le trafic ou les réseaux de viande de brousse ».

    Cette "activité" a donc encore de beaux jours devant elle. C'est bien ce qui me désole. Il en va de même hélas pour nombre de scandales. 

    Ma réaction peut vous paraître pessimiste, elle n'est que trop réaliste. Ne nous voilons pas la face.

    Et comme le dit I'm back sur un autre post, 2012 est une année bien noire pour nos chers animaux.