Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Biodiversité

Espèces en danger (UICN) : aux pouvoirs publics d’agir pour restaurer la biodiversité !

En 2021, plusieurs espèces de requins et de raies ont intégré la liste des espèces classées menacées par l'Union internationale pour la conservation de la nature. ©AdobeStock

Lors de son Congrès mondial, l’Union internationale pour la conservation de la nature a mis à jour le baromètre du vivant (4/09/2021) ! Verdict ? Près de 30% des 138 374 espèces étudiées dans la Liste rouge sont désormais « menacées »... Face à cette « sixième extinction de masse », la Fondation 30 Millions d’Amis tire la sonnette d’alarme et demande aux pouvoirs publics de prendre, de toute urgence, des mesures à la hauteur des enjeux.

Nature en danger ! La mise à jour de la Liste rouge de l’UICN est sans appel : le tiers des espèces étudiées apparaît comme « menacé ». « Le nombre d'espèces menacées continue d'augmenter d'année en année, déplore Harriet Blooker, responsable de communication à l'UICN, contactée par 30millionsdamis.fr. La liste rouge actuelle de l'UICN continent le plus grand nombre d'espèces menacées enregistré à ce jour. » « Les tendances montrent que nous sommes de 100 à 1.000 fois au-dessus des taux normaux d'extinction, ajoute Craig Hilton-Taylor, responsable de la Liste rouge à l'UICN. Si l'augmentation se poursuivait à ce rythme, nous serons bientôt confrontés à une crise majeure ». 

Surpêche, perte de l’habitat, changement climatique… 

Des espèces emblématiques ont vu leur statut passer de « vulnérable » à « en danger ». C’est le cas du dragon de Komodo, le plus grand lézard au monde. De même, plusieurs espèces de requins et raies ont intégré le classement des espèces « menacées » (37% en 2021 contre 24 en 2014). 

En cause : la surpêche, la perte d’habitat, les activités humaines et la hausse des températures liée au changement climatique. « Ces évolutions de la Liste rouge démontrent à quel point nos vies et nos activités sont en symbiose avec notre biodiversité », confirme Bruno Oberle, directeur général de l’UICN.  

 

Nous sommes de 100 à 1.000 fois au-dessus des taux normaux d'extinction.

C. Hilton-Taylor - UICN

Et si quatre espèces de thon ont vu leur classement redescendre sur la liste « grâce à la mise en œuvre de quotas régionaux », de nombreux stocks régionaux de thon « restent encore appauvris » selon l’UICN. Cette évaluation a au moins le mérite de montrer l’efficacité de la pêche durable « avec des bénéfices énormes à long terme pour l’activité économique et la biodiversité ». Le nouveau « Statut vert des espèces » devrait justement permettre de mesurer l’impact des efforts de conservation sur la régénération des espèces. 

Une volonté politique indispensable 

Nonobstant ce constat alarmant, « les espèces peuvent se rétablir si les Etats s’engagent vraiment à adopter des pratiques durables, tente de rassurer B. Oberle. Les Etats doivent saisir cette opportunité de renforcer leurs ambitions en matière de conservation de la biodiversité et travailler à attendre des objectifs contraignants ». Le Président Emmanuel Macron a annoncé sa volonté de passer de 0,2 % d’aires marines sous « protection forte » en Méditerranée, à 5 % d’ici 2027. Un vœu bien moins ambitieux que celui exprimé en mai 2019 (et confirmé par la stratégie nationale pour les aires protégées et son plan d’actions 2021-2023) lorsqu’il était prévu de porter à 30 % la part des aires marines et terrestres protégées d’ici 2022 « dont un tiers en pleine naturalité », autrement dit en protection forte. 

 

Nos vies et nos activités sont en symbiose avec notre biodiversité.

B. Oberle - UICN

L’objectif semblait toutefois peu réalisable puisqu’actuellement, 1,6 % seulement de l’espace maritime français bénéficie d’un statut de protection faute selon le CNRS (Marine Policy, 2021), tandis que seul 1,54 % du territoire métropolitain terrestre bénéficierait d’une telle protection. Or, « même à l’intérieur de ces espaces, l’exploitation forestière, le pastoralisme et la chasse sont encore bien présents, déplorent les membres de la Coordination « Libre Evolution » (lien). Arrêtons de vouloir maîtriser et exploiter la totalité des espaces et des écosystèmes ; laissons en certains lieux la nature prendre la direction qu’elle souhaite ! » 

Une voie inéluctable pour préserver les milieux naturels et les animaux qu’ils abritent, et par là-même la survie de l’humanité tout entière.