Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Biodiversité

Espèces menacées : D'une « Liste Rouge » à un « Statut Vert » pour garder l'espoir ?

Si les efforts actuels de préservation du Condor de Californie se poursuivaient, l’espèce pourrait atteindre 75 % de son rétablissement au cours du prochain siècle (donnée provisoire). ©Patrick Hendry /unsplash

Sur la Liste Rouge des espèces menacées, chaque animal (ou plante) est classé en fonction de son risque d’extinction. Prônant une approche complémentaire et porteuse d’espoir, plus de 200 scientifiques ont élaboré un Statut Vert basé sur les objectifs de préservation et sur les efforts de protection mis en œuvre. Les explications de 30millionsdamis.fr.

Voir le côté positif ! Plutôt que d’évaluer uniquement le risque d’extinction de chaque espèce comme c’est le cas sur la Liste Rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), 200 chercheurs proposent une approche complémentaire consistant à se focaliser sur les objectifs de préservation des populations animales (ou végétales) et sur l’impact des efforts de protection mis en œuvre. Fruit de dix années de réflexion, leur classement provisoire des Statuts Verts de 181 espèces  a été publié dans la revue Conservation Biology (21/07/2021).

Sur près de 9 millions d’espèces vivantes peuplant notre planète, 1 million seraient menacées d’extinction, principalement à cause des activités humaines, selon un rapport de la Plateforme intergouvernementale d’expertise sur la biodiversité (IPBES). « Le risque d’extinction, utilisé pour mesurer les progrès de conservation depuis des décennies, est quelque chose de très absolu. Le "rétablissement", en revanche, est relatif. Chaque espèce existe avec une abondance et une distribution différentes sur la planète, explique Molly Grace, chercheuse à l’université d’Oxford (Royaume-Uni) et responsable de l’élaboration du Statut Vert, interrogée par le Guardian (28/07/2021). Nous avons créé une définition standardisée du rétablissement, qui représente ce que cela signifie pour chacune des espèces en mesurant les progrès de zéro à 100 %. »

Des espèces peu (ou pas) menacées, pourtant loin du rétablissement !

Ainsi, si le Condor de Californie est classé « en danger Critique d’extinction » sur la Liste Rouge – avec seulement 201 individus capables de se reproduire dans la nature, si les efforts actuels de préservation se poursuivaient, l’espèce pourrait toutefois atteindre 75 % de son rétablissement au cours du prochain siècle [le critère de « potentiel de rétablissement » d’une espèce est défini sur un horizon de 100 ans, NDLR]. Le Statut Vert offrirait également une perspective plus nuancée sur des espèces classées « Préoccupation mineure » au sein de la Liste Rouge, à l’instar du Loup gris, le canidé sauvage n’occupant qu’une infime fraction de son habitat originel. « Certaines espèces (classées) dans des catégories de faible risque (d’extinction) sont plus éloignées de leur rétablissement que des espèces à risque élevé », soulignent les auteurs.

Sur la base de cette publication scientifique, l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature devrait publier prochainement une liste des Statuts Verts des espèces animales et végétales. Un document officiel qui devrait sans nul doute éclairer la prise de décisions lors du prochain Congrès mondial de la nature, prévu du 3 au 11 septembre 2021 à Marseille (13). Sans mesures ambitieuses, il sera bientôt impossible de voir le « verre » – ou le Vert – à moitié plein !

Commenter

  1. nous pour eux 04/08/2021 à 13:19:09

    A SUIVRE !!!!!!!

  2. Fouez 04/08/2021 à 11:22:13

    Enfin !!! Ils ont compris que ces listes rouges ne servent à rien, que du temps perdu, de toute façon nous le savons que des espèces sont appelées à disparaître si rien ne change. Il est beaucoup plus important de se focaliser sur les solutions à mettre en oeuvre pour protéger les animaux et la végétation.