Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Maltraitance

Condamnés à de la prison ferme pour avoir tiré sur des chevaux, moutons et chèvres

Des chevaux, poneys, moutons et chèvres ont été tirés à la carabine par quatre jeunes reconnus coupables de sévices graves. ©AdobeStock (photo d'illustration)

Quatre Vauclusiens ont été condamnés à des peines de prison ferme et une interdiction définitive de détenir un animal pour avoir tiré à la carabine sur des équidés, des ovins et des caprins en 2019. La Fondation 30 Millions d'Amis était partie civile au procès.

De la prison ferme ! Le tribunal correctionnel de Carpentras (84) a reconnu quatre hommes coupables d'actes de cruauté et de sévices graves sur des animaux domestiques (10/06/2021).

 

Une très bonne décision désormais définitive.

Maître Eva Souplet

Âgés d'une vingtaine d'années, les auteurs des faits ont écopé d'une interdiction de détenir une arme pendant 5 ans et d'une interdiction définitive de détenir un animal. Trois d'entre eux ont été condamnés à 3 ans de prison dont 2 assortis d'un sursis probatoire ; le quatrième a été puni d'une peine de 18 mois d'emprisonnement dont 12 mois assortis d'un sursis probatoire (avec obligation de travail et d'indemnisation des victimes).

« Une très bonne décision désormais définitive, assure l'avocate de la Fondation 30 Millions d'Amis maître Eva Souplet, les condamnés ayant décidé de ne pas faire appel du jugement ».

Un poney euthanasié, un poulain mort-né...

Les individus condamnés avaient, pendant plusieurs semaines en 2019, tiré à l'aide d'une puissante carabine à plombs, sur une quinzaine d'animaux parmi lesquels des chevaux, des poneys, des moutons et des chèvres. Ils avaient également visé des véhicules en circulation, dont un car scolaire et un camping-car. Un poney avait dû être euthanasié ; une jument gestante avait perdu son poulain et une autre son œil...

Ces faits sordides viendraient s'ajouter à d'autres actes de cruauté antérieurs :  l'un des auteurs a affirmé avoir commencé ce « jeu » par des sorties nocturnes au cours desquelles il visait des chats et des oiseaux ; un autre a de son côté avoué avoir tué et mangé un héron (Le Dauphiné, 9/04/2021)...

Commenter

  1. npagnard@gmail.com 21/07/2021 à 14:04:41

    Mais c'est quoi ces barbares ! Des humains, non de la s******** (pardon mais je suis tellement écoeurée) [***] De toutes façons, ces s****** recommenceront, ce sont dans leurs gènes. 

  2. bison blanc 15/07/2021 à 09:56:28

    MON DIEU !!!!! on ne sait plus quoi dire sur cette cruauté dans cette societé pourrie a cause des ces personnes la 

  3. Chopinou 30/06/2021 à 13:01:08

    Quand la justice prendra des sanctions à la hauteur des faits ? La prison, c'est l'hôtel 5* ! 

    Pour des douleurs aussi intenses engendrant pour certains animaux, l'euthanasie, il faudrait faire faire à ces criminels, l'armée du temps de nos parents à ramper sur des cailloux jusqu'au sang, à nager dans des eaux glaciales, etc... Là, peut-être, ça les ferait réfléchir à deux fois...

     

  4. AnneV 28/06/2021 à 18:40:57

    Prison ferme ? Pas terrible le temps passé derrière les barreaux !!!! Pas de quoi se réjouir, c'est une tapette sur la main !!!