Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Protection

Participez à l'enquête « Mission Hérisson » et contribuez à la sauvegarde de l'espèce !

Participer à la "Mission Hérisson" dans la durée permet d'obtenir des résultats utiles aux scientifiques afin d'étudier l'évolution de la présence des hérissons au cours du temps. ©Roland Pellion

Protéger les hérissons, c'est possible ! Co-organisée par la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO), le Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN) et Sorbonne Université, l'enquête annuelle « Mission Hérisson » propose aux volontaires de recueillir des données sur la présence de ces mammifères dans leur jardin (ou dans un espace de nature de leur choix), afin de mieux connaître ces animaux en vue d'améliorer leur préservation. Une initiative saluée par la Fondation 30 Millions d'Amis.

Construire un tunnel, identifier des empreintes, transmettre des données... Il ne s'agit pas là d'espionnage, mais d'un programme de sciences participatives destiné à améliorer les connaissances relatives aux hérissons. Car si les mœurs de ces mammifères sont bien documentées, il n'en va pas de même pour leur répartition sur le territoire métropolitain, ni l'évolution de leur effectif au cours du temps. Préfèrent-ils la vie citadine ou plutôt campagnarde ? Leur population tend-elle à diminuer ? C'est pour répondre à ces questions que la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO), le Muséum national d'Histoire naturelle et Sorbonne Université ont lancé la « Mission Hérisson », qui a réuni pour la 1ère fois en juillet 2020 quelque 960 participants.

 

La première cause de disparition des hérissons est la destruction de leur habitat.
Marjorie Poitevin, LPO

Malgré les piquants dont leur peau est bardée, les hérissons demeurent des créatures fragiles... en particulier face aux activités humaines. En quinze ans, un tiers des hérissons a ainsi disparu des campagnes anglaises. En 2018, le Centre de sauvegarde LPO situé à Audenge (33) en avait accueilli plus de 650 en l'espace de quelques mois. Parmi les motifs « d'hospitalisation » de ces animaux figurent les collisions routières, les empoisonnements par des granulés anti-limaces, les noyades dans des piscines et autres étangs artificiels, les blessures provoquées par des tondeuses à gazon, ou encore les morsures infligées par des animaux domestiques. Des dangers qui ne reflètent toutefois pas forcément les causes véritables du déclin de l'espèce en Europe...

Les villes, des refuges pour les hérissons ?

« La première cause de disparition des hérissons est la destruction de leur habitat, grignoté par l'urbanisation et par les terres agricoles. Ce sont des hérissons qui meurent avant même de pouvoir arriver dans un centre de soins, explique Marjorie Poitevin, Responsable de programme Service connaissances à la LPO, jointe par 30millionsdamis.fr. Les autres facteurs – collisions routières, tondeuse, débroussailleuse... – ne représentent que la face émergée de l'iceberg. » Évincés des campagnes, les hérissons trouveraient refuge au sein des villes et de leur périphérie. Un phénomène confirmé par l'analyse des données recueillies par la « Mission Hérisson » en 2020 : leur présence s'avère plus fréquente dans les zones urbaines ou péri-urbaines, où ces animaux semblent trouver davantage de ressources alimentaires et de zones de repos qu'en milieu rural.

Le tunnel permet de recueillir les empreintes des animaux nocturnes. ©Antoine Meunier

Si le chaos urbain pourrait sembler peu propice à la tranquillité des hérissons, cet espace offrirait en réalité à l'animal des bénéfices insoupçonnés. « En zone urbaine et péri-urbaine, le hérisson souffre moins de la pollution de son habitat [par les pesticides], et il va donc trouver plus facilement ses proies, à savoir des insectes, des larves ou encore des escargots, précise Marjorie Poitevin. Il y trouve aussi davantage d'endroits où s'abriter, gîter et élever ses jeunes, tels que des haies ou des fourrés, que l'on a communément dans nos parcs et jardins. » Enfin, les villes présenteraient l'avantage de tenir à distance le blaireau d'Europe, principal prédateur naturel du hérisson. Nos cités présentent néanmoins un inconvénient de taille : des frontières... parfois infranchissables !

« La "libre-circulation" du hérisson est un problème important, reconnaît Marjorie Poitevin. C'est un animal qui parcourt plusieurs kilomètres chaque nuit. Or, la fragmentation de son habitat est l'un des principaux facteurs de disparition de l'espèce. » Les grillages, les murs, mais aussi les routes... toutes ces « barrières » empêchent les hérissons de se déplacer, que ce soit pour se nourrir ou pour rencontrer un partenaire. Face à ce constat, il existe un geste simple à mettre en œuvre, pourvu que l'on dispose d'un jardin : « En perçant des trous d'une douzaine de centimètres de diamètre dans vos clôtures, vous facilitez les déplacements des hérissons », recommande la responsable de programme de la LPO.

Les empreintes de hérisson sont caractéristiques.

Participer à la « Mission Hérisson » dans la durée

Si les pièges photographiques fournissent des indices précieux sur la présence des hérissons, nul n'est besoin de posséder ce type de matériel pour contribuer au recueil de données sur l'espèce. Ainsi, pour participer à l'enquête « Mission Hérisson », il suffit de se munir d'un « tunnel à empreintes », à construire soi-même à partir d'un kit (sur commande) ainsi que de matériel disponible dans le commerce : feuilles de papier, huile végétale... Comme son nom l'indique, ce dispositif permet de figer les empreintes des bêtes qui s'y aventurent. Il faut laisser le tunnel dans un jardin (ou dans un coin de nature) au même endroit durant 5 nuits de suite, puis relever chaque matin les empreintes présentes et enregistrer les observations sur le site de l'enquête.

Pour obtenir des résultats utiles aux scientifiques et leur permettre d'étudier l'évolution de la présence des hérissons au cours du temps, ce protocole doit être reproduit – toujours au même endroit – une fois par saison (soit 4 fois par an) durant plusieurs années. « L'enjeu est de rassembler notre communauté et de l'animer pour que les gens participent dans la durée », souligne Marjorie Poitevin. Outre une conférence de présentation prévue le 29 avril 2021 de 18h à 19h30 (en ligne, sur inscription), des temps d'échange seront organisés par visioconférence tout au long de l'année, durant lesquels les participants pourront poser leurs questions directement aux chercheurs. Mission acceptée ?! Rendez-vous sur missionherisson.org !

Note : Pour venir concrètement en aide aux hérissons, il est également possible de réaliser un « gîte » où ces animaux pourront s'abriter, en formant un tas de feuilles, de branchages ou de restes de tonte dans un coin de son espace extérieur. Si des croquettes pour chats peuvent compléter leur alimentation naturelle, il ne faut en revanche sous aucun prétexte leur mettre à disposition du lait ni du pain : bien qu'ils en soient friands, les hérissons s'avèrent incapables de digérer correctement ces aliments... dont la consommation peut même s'avérer mortelle.

Commenter

  1. le meur 22/04/2021 à 00:41:21

    j habite en appartement mais devant une grande allée mal entretenue . je vois souvent des hérissons l été donc je leur lance des croquettes pour chats . des fois il y a des petits . trop mignon . je ne sais pas d ou ils viennent . je me dispute avec une voisine car elle ne veut pas que je donne des croquettes mais je continue quand meme .

  2. Bandy86 21/04/2021 à 22:58:22

    C'est une grosse boule de piquants qui fait allumer la lumière extérieure presque tous les soirs. Il voyage entre plusieurs maisons autour de chez moi, mes voisins l'ont vu aussi. Je lui ai laissé un abri de feuilles et branchages pour cet hiver et je lui ai donné à manger. C'est interressant de le voir et c'est aussi un grand plaisir. Je suis à la campagne, il n'y a pas beaucoup de circulation et chacun respecte la nature. Nous avons autour de nous beaucoup d'oiseaux, de grenouilles, de lézards et plein d'autres animaux. Nous les protégeons, les nourrissons et surtout nous les aimons.

  3. pouguy 21/04/2021 à 18:53:49

    c'est une bonne idée, j'en vois un toute les années dans mon jardin, ça doit etre une femmelle car il arrive que je vois parfois un petit mais comme c'est un animal nocture je le vois qu'en soirée mais pas souvent

  4. nous pour eux 21/04/2021 à 18:22:58

     

     

    Je vois des déjections dans mon terrain je sais donc qu'il en passe, quel bonheur si je pouvais pouvoir les voir les regarder les aider, les nourrir.... Très belle idée cette enquête qui propose aux volontaires de recueillir des données sur la présence de ces mammifères dans leur jardin. Que du bonheur ! Espèce a vraiment protégé ! Une amie en a dans son petit terrain ils viennent manger les croquettes c'est trop mignon...

     

  5. AnneV 21/04/2021 à 18:06:31

    Et il y en a qui les torturent ! L'erreur de la nature n'est pas celle qu'on croit !!!!

  6. michaou 20/04/2021 à 11:04:05

    Depuis l'été dernier j'ai 1 hérisson dans mon jardin, où j'habite depuis 50 ans, sans produits polluants. Toutes sortes d'oiseaux, papillons, insectes, vers de terre ( pas maniaque de la tonte, bcp d'herbes sauvages) Je lui donne à manger et à boire tous les soirs, croquettes pour chats, beurre et eau fraîche. Il a doublé depuis l'an dernier. Lhiver étant doux il est sorti tous les soirs jusqu'en janvier, puis a disparu qq semaines De retour depuis déjà longtemps, je continu à lui donner à manger, bien que je ne le vois plus, il attend que je ferme les volets de la terrasse pour venir.Je sais que c'est bien lui à cause de ses crottes. Il se réfugie sous du lierre assez épais près de la haie de troënes. J'aimerai bien le revoir. D'autres voisins en ont aussi, il y aura peut-être des petits bientôt. J'aime toutes ces bêtes qu'il faut protéger ; gras & graines pour les oiseaux de toutes sortes, 1 vrai bonheur !