Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Actualités

Cuba approuve une loi sur le bien-être animal, victoire de la société civile

Le 7 avril 2019, un demi-millier de personnes avait défilé à La Havane pour réclamer une loi protégeant les animaux. Une mobilisation qui a porté ses fruits. ©Falco Negenman /unsplash

Le Conseil d’État cubain a approuvé un décret-loi consacré au bien-être animal, une victoire de la société civile qui voit pour la première fois une de ses demandes traduite en loi.

"Avec l'approbation du décret-loi sur le bien-être animal il est apporté une réponse aux nombreux avis exprimés lors du processus de consultation populaire sur le projet", a indiqué dans un communiqué le ministère de l'Agriculture sur son site internet (27 fév 2021). La loi, qui prévoit des amendes et jusqu'à des peines de prison pour les contrevenants, entrera en vigueur 90 jours après sa publication au Journal officiel.

C'est un décret "moderne, adapté au Cuba actuel et résultat d'un dialogue avec la population", a salué le président Miguel Diaz-Canel, cité par la télévision d'Etat. L'annonce de ce décret-loi avait été saluée comme une victoire de la société civile cubaine, qui voyait pour la première fois une de ses demandes intégrée dans la législation.

Les défenseurs des animaux "explosent de joie"

Le 7 avril 2019, quelque 500 personnes avaient défilé à La Havane pour réclamer une loi protégeant les animaux, la première manifestation indépendante et non politique jamais autorisée par l'Etat cubain. Mais le report de la publication du décret-loi, d'abord prévu pour novembre 2020, avait suscité l'inquiétude des militants qui avaient obtenu une réunion au ministère de l'Agriculture. Ce dernier avait promis, selon les militants, que seraient interdits "tous les jeux illicites et combats d'animaux".

Restait toutefois la question des sacrifices religieux par la santeria, une religion syncrétique originaire du Nigeria, "un sujet assez sensible" que les autorités avaient dit "ne pas pouvoir interdire". A ce sujet, le ministère de l'Agriculture indique dans son communiqué que le décret-loi établit que les sacrifices d'animaux dans le cadre religieux doivent se faire "avec compassion, de façon rapide, en évitant la douleur et le stress" pour l'animal.

"Les défenseurs des animaux explosent de joie, cela a été un chemin et une bataille difficile. Cela marque un avant et un après", a réagi sur Twitter l'association Les Cubains pour la défense des animaux (Ceda), une organisation sociale tolérée mais qui n'a jamais été reconnue légalement.

(Avec AFP)