Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Evénement

Dans l’enfer des parcs aquatiques… Blackfish 2 poursuit le combat

La suite du célèbre documentaire dresse un état des lieux sur la situation des orques captifs dans le monde avec des espoirs... et des préoccupations./Capture d'écran Blackfish 2

7 ans après le succès du documentaire Blackfish sur l’histoire terrible de l’orque Tilikum, un nouvel opus révèle les menaces qui pèsent toujours sur les animaux marins : multiplication des delphinariums en Chine, captures choquantes de cétacés dans la nature… Blackfish 2 plonge le spectateur dans les profondeurs d’un business cruel. Christine Grandjean, présidente de l’association C’est Assez ! revient pour 30millionsdamis.fr sur la portée pédagogique du film.

7 ans déjà… Le monde découvrait le sort cruel réservé à l’orque Tilikum, personnage central du documentaire intitulé Blackfish. Capturée, à l’âge de 3 ans par des chasseurs en mer au large de l’Islande, le cétacé avait connu les affres de la captivité au sein du Parc SeaWorld, à Orlando (Floride - USA). L’animal mort après 33 ans de captivité dans cette prison aquatique (10/01/2017) est devenu, malgré lui, le symbole du combat contre les delphinariums dans le monde.

Entre notes positives et inquiétudes

Dans Blackfish 2 : le combat continue - disponible en streaming et en pré-commande avant sa sortie en DVD prévue en février 2021 - le réalisateur William Neal met davantage l’accent sur les solutions mises en place pour les animaux marins victimes de l’industrie du spectacle, dont les sanctuaires. 10% des recettes du DVD seront reversées au Whale Sanctuary Project, dont la mission est de créer le premier sanctuaire permanent pour orques et bélugas en Amérique du Nord. « C’est un état des lieux qui oscille entre une note d’espoir et un rappel que, 7 ans après, le combat est encore loin d’être gagné, explique Christine Grandjean, présidente de C’est Assez !, association partenaire du film. Le premier volet avait été un véritable élément déclencheur dans la lutte contre la captivité des orques. L’action du Parc SeaWorld avait dégringolé en bourse. Cette suite joue moins sur l’émotion et offre davantage de faits scientifiques. »

Lori Marino, fondatrice et présidente du Whale Sanctuary Project, contactée par 30millionsdamis.fr, avance elle aussi quelques raisons d’espérer pour le sort des cétacés captifs : « Depuis Blackfish, il y a eu des changements positifs. Moins de gens vont dans ces parcs et de plus en plus de personnes se détournent de ces divertissements. SeaWorld a cessé l’élevage d’orques et de bonnes lois ont été adoptées dans de nombreux pays pour interdire la reproduction et la détention de ces animaux. Mais nous avons encore un long chemin à parcourir… »

L’exemple chinois : « un désastre en devenir »

 

Depuis Blackfish, il y a eu des changements positifs. Mais nous avons encore un long chemin à parcourir.

Lori Marino - Whale Sanctuary Project

S’il n’oublie pas de mentionner les progrès réalisés dans la protection de ces espèces, notamment en Europe - où malheureusement 10 orques errent toujours dans des parcs aquatiques (6 en Espagne et 4 à Marineland en France) - le documentaire appuie aussi là où ça fait mal. « Il y a au moins 60 orques captifs dans le monde, rappelle Christine Grandjean. Un tiers de ces animaux se trouve aux États-Unis et un quart demeure en Chine. C’est là-bas que la situation est la plus inquiétante. »

Et pour cause, un parc aquatique ouvrirait tous les deux jours dans l’Empire du Milieu, selon le documentaire. « La Chine ferme les yeux sur toutes sortes de choses, y compris sur ce qu’ils appellent l’industrie des parcs océaniques à thème, confie Naomi Rose, biologiste spécialiste des mammifères marins. Si vous regardez l’industrie dans son ensemble, c’est un marché en expansion où des parcs sont installés tous les deux jours. Il n’y a pas de programme de reproduction. Ils se procurent tous leurs animaux dans la nature : les bélugas, les grands dauphins et maintenant les orques. C’est un désastre en devenir ! »

« Maintenir les gens éveillés »

Au-delà de la multiplication des parcs aquatiques, la Chine entretiendrait un véritable trafic avec des entreprises russes, principales pourvoyeuses des cétacés. Les orques y sont achetées entre 2 et 7 millions de dollars. 30millionsdamis.fr avait mis en lumière l’enquête autour de la prison des cétacés où 11 orques et 93 bélugas étaient entassés dans l’extrême-Orient russe ; elle avait indigné le monde entier.

 

C’est une lutte qui est plus que jamais d’actualité. Les orques ne sont pas tirées d'affaire!

Christine Grandjean - C'est Assez !

Des images choquantes de captures de mammifères marins rythment Blackfish 2 qui parvient à alerter et rappeler que le combat est très loin d’être terminé. « C’est une lutte qui est plus que jamais d’actualité, rappelle Christine Grandjean. Ces animaux ne sont pas tirés d’affaire. Le documentaire réussit sa mission première : maintenir les gens éveillés. » Il est possible de réserver le documentaire via la page de financement participatif accompagné d’un kit de fiches pédagogiques élaboré avec C’est Assez !, partenaire de la Fondation 30 Millions d’Amis.

En France, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a annoncé vouloir mettre fin aux delphinariums, sans inscrire pour autant les mesures de transition dans un calendrier contraint et précis.

Commenter

  1. papynature 26/11/2020 à 07:14:48

    Oui c'est dramatique comme l'éspèce humaine s'octroie des droits qu'elle n'a pas!!!En plus avec le covid j'ai pu voir que l'élevage pour la fourrure continue  france c'est navrant et qui plus est a 5 ou 6 par cage.Plus je vieilli et plus j'ai honte de faire partie de cette éspèce.

  2. nous pour eux 25/11/2020 à 17:20:40

    Il faut se battre contre tout cela et partout !

  3. Clairette2 25/11/2020 à 17:05:58

    Fermons tout les parcs aquatiques du monde - Ce n'est pas un lieu de vie pour ces mammifères des océans - On les prive de leur liberté - L'homme est vraiment cruel, il ne pense qu'au fric que cela peut apporter et rapporter  - Quelle tristresse

  4. Bandy86 25/11/2020 à 16:31:35

    Quand est ce que ce crétain d'humain comprendra que les animaux ne sont pas des jouets, que leur place n'est pas en captivité !!!

  5. Millymagdalena 25/11/2020 à 11:23:40

    Oui, il est quand même difficile de critiquer les autres .... quand les erreurs, nous les avons faites avant eux ! Commençons par balayer chez nous et faisons fermer les delphinariums français .... il faut mobiliser le public pour qu'il y ait désaffection des parcs aquatiques en France et de tous les lieux et les entreprises où on exploite les animaux sauvages à des fins d'amusement.

  6. AnneV 20/11/2020 à 20:31:48

    Bon en France, Pompili va faire ce qu'elle peut et c'est pas gagné !! En Chine et en Russie, les chinois ne sont pas vraiment des exemples de protection animale mais, tout comme en Russie, il est possible que leur conscience s'éveille ainsi que celle de leurs gouvernants !!! Un rêve ? Peut être pas après tout et le jour où ils décideront d'arrêter, contrairement à la France, ce sera acté. Allez ! Rêvons un peu !!!!