Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Faune

Journée mondiale de l’océan : mobilisons-nous pour les grands animaux marins

Le dugong compte parmi les espèces fonctionnelles, uniques et en danger, dont l'extinction aboutirait à une dégradation en cascade des écosystèmes. ©Adobe Stock

Les grands mammifères marins sont, plus que jamais, menacés d’extinction. Pire : la disparition de certaines espèces marines, considérées comme uniques, générerait un effet destructeur sur les écosystèmes. En cette journée mondiale de l’océan, 30millionsdamis.fr alerte sur cet état d’urgence révélé par des chercheurs de l’Université Swansea au Royaume-Uni (04/2020).

Requins, baleines, ours polaires, tortues de mer, manchots empereurs… Tous ces animaux marins sont menacés de disparaître d’ici un siècle. Parmi eux, certains revêtent des fonctions écologiques uniques dont la préservation est, par définition, indispensable.   

La mégafaune marine en danger d’extinction

Selon une étude menée par des chercheurs anglais, les grands mammifères marins - ceux dont la masse corporelle dépasse 45 kilogrammes - sont en danger (Sciences Advances, avril 2020). Si les scénarii imaginés par les chercheurs étaient malheureusement amenés à se concrétiser, 40% de la mégafaune marine pourraient s’éteindre à l’horizon 2120…

 

Aujourd'hui, les rôles écologiques des espèces marines sont confrontés à une menace plus grande des pressions humaines.

Dr Catalina Pimiento

Les causes ? Encore et toujours le changement climatique, lui-même responsable d’évènements météorologiques exceptionnels, de la hausse des températures et de l’acidification des océans. A cela s’ajoute évidemment l’intensification des activités humaines, à travers, notamment, l’exploitation des ressources, les pollutions - y compris sonore - mais aussi la pêche industrielle, ou encore, le trafic maritime.

« Nos travaux antérieurs ont montré que la mégafaune avait subi une période d’extinction inhabituellement intense alors que le niveau de la mer oscillait, il y a plusieurs millions d’années, déplore le Dr Catalina Pimiento, directrice de l’étudeNos nouveaux travaux montrent qu’aujourd’hui, leurs rôles écologiques uniques et variés sont confrontés à une menace encore plus grande des pressions humaines. » Preuve supplémentaire, s’il en fallait, de cette perte dramatique de la biodiversité.

« Si nous perdons des espèces, nous perdons des fonctions écologiques uniques »

Ce constat est d’autant plus alarmant que « toutes ces espèces jouent un rôle clé dans les écosystèmes, y compris la consommation de grandes quantités de biomasse, le transport des nutriments à travers les habitats et la connexion des écosystèmes océaniques », déplorent les universitaires.

 

 Il s'agit d'un avertissement selon lequel nous devons agir maintenant pour réduire les pressions humaines croissantes.

Dr John Griffin

Plus particulièrement, la disparition des espèces dites « FUSE » (fonctionnelles, uniques, spécialisées, en danger) aurait un impact considérable sur la diversité fonctionnelle, au point d’aboutir à une dégradation des écosystèmes : « Si nous perdons ces espèces, nous perdons des fonctions écologiques uniques », alerte le Dr John Griffin, co-auteur de l'étude. Parmi elles : la tortue verte, la carpe dorée de Jullien, la loutre de mer, le dugong et le bénitier géant. Si celles-ci venaient à s'éteindre, il est peu probable que d’autres espèces puissent jouer un rôle écologique similaire.

« Un regain d’intérêt pour ces espèces contribuera à garantir le maintien des fonctions écologiques assurées par la mégafaune marine », rassurent les scientifiques. D’où la nécessité imminente de mettre en place, à l’échelle mondiale, des politiques de conservation à leur égard. Car il n’est pas trop tard pour agir : « Il s'agit d'un avertissement selon lequel nous devons agir maintenant pour réduire les pressions humaines croissantes sur la mégafaune marine, y compris le changement climatique, tout en favorisant le rétablissement des populations. », prévient le Dr John Griffin.

Ce défi à relever conditionne la survie des mammifères marins, de leurs écosystèmes et - in fine - de l’Humanité toute entière.